De l’arme au stéthoscope : le parcours d’un ancien enfant soldat

ancien enfant soldat en RDC

Le jeune infirmier nourrit de grandes ambitions pour sa communauté

Au centre de santé Shalom de Ndosho, un quartier situé au nord-ouest de la ville de Goma, Fadhili, infirmier de 28 ans, incarne l’espoir d’une jeunesse ayant subi les affres de la guerre et de l’instabilité chronique dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Forcé de prendre les armes à l’âge de 16 ans, le jeune Fadhili a réussi à devenir infirmier, troquant son arme de guerre contre un stéthoscope et une seringue. Pour sa communauté, Fadhili est un modèle !

Forcé de porter une arme pour défendre la patrie

En 2006, Fadhili était en troisième année secondaire lorsqu’il avait été enrôlé par un groupe rebelle dans le territoire de Masisi, en Province du Nord-Kivu. « C’était un mardi du mois de février », se souvient Fadhali. « Je revenais de l’école avec six camarades de classe quand des hommes armés nous ont interceptés à mi-chemin et nous ont demandé de les aider à transporter leurs bagages. C’étaient des valises lourdes. »

Quand ils sont arrivés en brousse, les hommes armés ont dit à Fadhili et ses camarades qu’ils faisaient désormais partie du mouvement : ils devaient prendre les armes et apprendre à défendre la patrie contre l’ennemi. Comme il savait lire et écrire, Fadhili a été désigné secrétaire du mouvement. « Pendant plus d’une année, je rédigeais les rapports, les comptes rendus des réunions et les procès-verbaux des arrestations et des jugements rendus par le commandant de compagnie », explique Fadhili.

« Au CTO, ma vie a complètement changé »

Un matin du mois de décembre 2007, l’armée régulière a lancé une offensive contre la position du groupe rebelle. Fadhili et ses camarades ont été capturés et transférés à Goma. Séparés d’adultes, les jeunes de moins de 18 ans ont été placés dans un Centre de Transit et d’Orientation (CTO) géré par CAJED, une organisation partenaire de l’UNICEF.

« Au CTO, ma vie a complètement changé. Il y avait à manger, à boire et je pouvais me laver. Les encadreurs nous racontaient de belles histoires pour nous faire oublier notre expérience douloureuse. »

Trois mois après son arrivée au centre, Fadhili a commencé à apprendre la menuiserie et l’art plastique. L’insécurité dans son village d’origine ne lui a pas permis de retrouver sa famille biologique. Fadhili a donc été réunifié dans une famille d’accueil à Goma, qui lui a offert un chukudu (vélo artisanal en bois permettant de transporter des marchandises).

Enseigner et soigner les enfants, l’avenir de la nation

« Chaque matin, je partais à l’école puis le soir, j’utilisais mon chukudu pour transporter les marchandises et gagner de l’argent pour subvenir à mes petits besoins. »

Grâce à cette activité et à l’assistance fournie par sa famille d’accueil, Fadhili a pu étudier jusqu’à l’université. En 2016, il a décroché son diplôme de Graduat en sciences infirmières. Depuis, le jeune infirmier qui nourrit de grandes ambitions pour sa communauté, travaille à temps partiel au centre de santé Shalom. En même temps, Fadhili poursuit des études universitaires en pédiatrie.

Waepon versus stethoscope: a story of a former child soldier

Fadhili est un modèle pour sa communauté

« Mon plus grand souhait c’est de pourvoir aider les plus pauvres, les enfants en particulier. A l’école secondaire, j’ai appris la pédagogie ou l’art d’enseigner aux enfants. Maintenant, je veux apprendre l’art de les soigner car ils représentent l’avenir de notre pays », a conclu Fadhili.

Ancien enfant soldat en RDC : d’autres histoires

Merci aux coopérations suédoise (SIDA), américaine (USAID), canadienne (ACDI/CIDA), japonaise (JICA), néerlandaisebelge ainsi qu’à l’UNICEF FranceAMADE MondialeUNICEF Allemagne et CERF pour leur soutien aux programmes d’assistance aux enfants sortis des forces et groupes armés ou des milices.

The following two tabs change content below.

Djaounsede Madjiangar

Djaounsede Madjiangar est un Spécialiste de la Communication de l'UNICEF pour la RDC, basé à Goma. Il est convaincu que pour une vie harmonieuse dans la société, chaque enfant doit être élevé dans un esprit de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d’égalité, et de solidarité.

Djaounsede Madjiangarstrong is a UNICEF Communication Specialist for Eastern DRC, based in Goma. He believes that for a harmonious life in a society, every child should be raised in peace, dignity, tolerance, equality and solidarity.

Laisser un commentaire