Believe : une petite fille dont l’albinisme ne l’empêchera pas d’aller à l’école

Believe : une petite fille dont l’albinisme ne l’empêchera pas d’aller à l’école

Mon expérience au sein de l’UNICEF RDC touche à sa fin et je tenais à vous relater, dans mon dernier article, ma rencontre avec une petite fille incroyable : Believe, 7 ans. J’ai fait connaissance avec Believe et sa maman, Marielle, lors d’une visite à Maluku, commune de la périphérie de la province de Kinshasa. Je participais à la campagne dite « Porte-à-porte » que l’UNICEF et le gouvernement congolais mènent conjointement depuis 2012, deux semaines après la rentrée scolaire.

Ce jour-là, l’objet de la visite était double : nous allions dans un premier temps nous rendre dans le village de Kimpoko, à 60 kilomètres du centre-ville de Kinshasa, pour trouver des enfants vulnérables non-scolarisés, âgés entre 6 et 7 ans, et les inscrire à l’école primaire de Kimpoko dans le cadre du soutien matériel et financier offert par l’UNICEF et ses partenaires.

Cette campagne visant les enfants les plus vulnérables, nous nous sommes rendus dans la cité de Maluku, à 80 kilomètres du centre-ville de Kinshasa, pour rencontrer Believe, atteinte d’albinisme et qui vit avec sa mère. Si vous ne connaissez pas cette maladie, la dépigmentation de la peau, caractéristique la plus visible, signifie que les albinos sont beaucoup plus confrontés au risque d’attraper un cancer de la peau. Par ailleurs, leur vision est amoindrie.

Le chemin de l’école à parcourir sous le soleil et les leçons à suivre sur le tableau noir, parfois placé loin des pupitres, sont autant de facteurs défavorables à la scolarisation des enfants albinos.

IMG_8381ed

Marielle, la maman de Believe, est elle aussi atteinte d’une des quatre formes d’albinisme reconnues, comme l’était son propre père. Une femme et une petite fille au courage incroyable.

Le père de Believe les ayant quittées à cause de l’albinisme de sa fille, mère et fille se débrouillent, avec le soutien néanmoins de l’oncle de Believe, lui-même aveugle. La situation n’est certainement pas réjouissante, d’autant que la précarité dans laquelle vit le ménage signifie que les moyens sont restreints et Believe, en âge de rentrer à l’école primaire, n’a pas pu commencer sa scolarisation.

Marielle, dont le foyer est à présent brisé, souffre aussi des conséquences de la condition de sa fille : « Etre maman d’un enfant albinos est considéré une injure. Nous sommes donc encore plus vulnérables et marginalisées. » Les plus grandes difficultés qu’elle vit au quotidien sont l’absence du père de Believe et le manque de moyens pour acheter un traitement dermatologique pour sa fille.

Lorsqu’on m’a dit que d’autres enfants albinos vivaient dans le même quartier que Believe, j’étais étonnée quand sa maman, Marielle, m’a dit qu’ils n’ont pas l’habitude de jouer ensemble. En effet, les enfants albinos se sentent davantage marginalisés en restant ensemble.

Le Docteur Sophonie, coordonnatrice nationale de la Synergie des Associations des Albinos de la RDC et de l’association Compassion Albinos, m’a informé que 3% de la population de la RDC étaient atteints d’une des quatre formes d’albinisme et que moins de 2 enfants albinos sur 10 vont à l’école.

« Cela est dû aux préjugés. Par exemple, les albinos ayant une espérance de vie moyenne de 35 ans, l’idée est qu’il s’agit d’une perte de temps que d’éduquer les enfants albinos qui sont fragiles face, notamment, au climat. »

IMG_8390scaled

Believe, 7 ans, aimerait devenir couturière. La première étape : l’école !

Au vu de sa maladie mais aussi de sa situation familiale, Believe pourra bénéficier du programme conjoint entre le l’UNICEF et ses partenaires et le gouvernement congolais qui prendra en charge les frais et fournitures scolaires de la fillette. Believe a l’air motivée et nous a confié avec conviction, qu’elle souhaitait devenir couturière et qu’aller à l’école lui permettrait d’atteindre ce but.

Par ailleurs, Believe et sa mère bénéficient du soutien de la part de l’association Compassion Albinos depuis deux ans sous forme de conseils de protection de Believe.

Cette année, l’UNICEF appuiera environ 4 000 écoles, dont 282 dans la ville-province de Kinshasa, en prenant en charge, en collaboration avec ses partenaires, les frais de scolarisation d’une trentaine d’enfants vulnérables par école et en distribuant des fournitures scolaires à 1,4 millions de nouveaux élèves. En plus de ce soutien matériel, l’UNICEF a mis en place un mécanisme d’alerte précoce contre l’absentéisme en faveur de la rétention des enfants à l’école.

Plus d’informations sur l’édition 2015 de la campagne Porte-à-porte ? Cliquez ICI !

Pour plus d’informations sur l’association Compassion Albinos et sur la Synergie des Associations des Albinos de la RDC, veuillez contacter : [email protected]

©UNICEF RDC/2015/Eleanor Hac
À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/french
Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire pour rester informé sur les actions de l’UNICEF RDC et ses partenaires en faveur des droits des enfants. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter !

The following two tabs change content below.

Eleanor Hac

Eleanor Hac is the current (Jun-Oct 2015) InfoCom intern at UNICEF DRC and manages the Office's social networks but also this very blog! She has a legal academic background and is passionate about advocating for children's rights with the aim of reaching the right people in the right way. She particularly enjoys working with Young Reporters who defend their own rights.

Eleanor Hac est l'actuelle stagiaire InfoCom de l'UNICEF RDC et elle est chargée de la gestion des réseaux sociaux du Bureau mais aussi celle du blog Po na Bana même ! Elle possède une formation juridique et se passionne pour le plaidoyer en faveur des droits des enfants dans le but d'atteindre les bonnes personnes de la bonne manière. Elle apprécie particulièrement le travail avec les Enfants Reporters, défenseurs de leurs propres droits.

One comment

  • Merci pour ce dur travail ma cherie Eleonor.Merci a l’Unicef pour avoir accompagner ce travail de qualite .
    Ce pendant le travail scientifique renferment toujours quelques ecceuils d’imperfection,voici quelques precisions:
    -Sur le total de la population de la RDC 3% sont ceux dont l’albinisme est declaré.Toute fois il faudra noter que ce sont les 4 principales categories qui sont concernées.
    Nous voudrions dans le tout prochain jour vous envoyez le resultat des etudes de la sante que nous avons mené en RDC sur les enfants Albinos en particulier et des albinos adultes en general.
    Franche collaboration

Laisser un commentaire