semaines
0
2
jours
0
5
heures
2
0
minutes
4
8
secondes
1
0

Blanc ébène – Célébrons ensemble la différence

Blanc ébène – Célébrons ensemble la différence

La photographe Patricia Willocq nous livre son témoignage sur les personnes atteintes d’albinisme en RDC, en particulier les enfants. Le 26 février 2014, Kinshasa s’anime pour leur dignité.

L’albinisme est un phénomène souvent très mal compris

Sur le continent africain où les superstitions font partie de la vie quotidienne, les sorciers et marabouts de certaines  régions voient l’albinisme comme une source de financement. Dans certains pays tels que la Tanzanie ou le Burundi par exemple,  les sacrifices humains de personnes atteintes d’albinisme pour la concoction de gris-gris ont fortement augmenté depuis octobre 2007.

Le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies a adopté deux résolutions pour les protéger

La Résolution de juin 2013 est relative aux agressions et discrimination à l’encontre des personnes atteintes d’albinisme; celle de septembre concerne la coopération technique en vue de prévenir les agressions contre les personnes atteintes d’albinisme.

Ces résolutions permettent de soutenir le plaidoyer pour la protection des personnes atteintes d’albinisme et valident ses actions auprès des gouvernements nationaux.  Il est difficile pour un gouvernement d’ignorer un problème relevé par les Nations Unies.

Au Congo, la situation semble bien différente

Depuis une bonne dizaine d’années, grâce aux travail de nombreux acteurs et notamment de certaines associations telle que la Fondation Mwimba Texas ainsi que d’autres ONG, les personnes atteintes d’albinisme sont de mieux en mieux acceptées, comprises et intégrées à la société. Avec une moyenne de 1 personne sur 4 000 atteinte d’albinisme en Afrique (contre une personne sur 20 000 sur d’autres continents), l’albinisme touche les vies de beaucoup de gens.

En RDC le combat pour la dignité ne s’arrête pas aux croyances

Mis à part les croyances à leur égard, les deux problèmes majeurs des personnes atteintes d’albinisme sont l’accès inégal à l’éducation et le cancer de la peau.

Les personnes atteintes d’albinisme ayant généralement toutes des problèmes de vue, les enfants voient mal le tableau et décrochent souvent de l’école  avant la fin de l’année scolaire. Par conséquent, peu d’entre eux sont scolarisés. Le seul moyen pour éviter une détérioration trop rapide de leur acuité visuelle et leur offrir un accès plus égal à l’éducation est le port de lunettes photo-chromiques et progressives.

En ce qui concerne leur santé, le cancer de peau continue d’être la première cause de mortalité. Dans un pays où le soleil brille tous les jours, et où la population n’a pas besoin de se préoccuper des dégâts du soleil, les personnes albinos dont la peau  est dépourvue de mélanine subissent les attaques constantes des rayons UV. Les campagnes de sensibilisation radio et télévision sont un bon moyen d’apprendre aux familles les gestes essentiels pour protéger la peau des personnes albinos.

 

Retrouvez l’article écrit par les enfants reporters sur l’exposition “Blanc Ebene” sur:

http://ponabana.com/tous-les-enfants-quils-soient-albinos-noirs-bleus-ou-verts-ont-les-memes-droits/

Blanc Ebene, choisie comme “Photo de la semaine” par Pona Bana. Les commentaires de Patricia sur:

http://ponabana.com/blanc-ebene/

Découvrez le travail de Patricia Willocq sur:

 http://www.patriciawillocq.com/

Photo: ©Patricia Willocq

Author

Patricia Willocq est née et a grandi à Kinshasa (Congo RDC). Elle a parcouru le monde entre Irlande, Belgique, Emirats Arabes, Chili, Thailande ou encore Congo. Son intérêt pour la photographie a débuté après avoir été publiée deux fois dans le magazine chilien Geografica. Depuis, elle ne cesse d’évoluer dans ce domaine. Si depuis un an elle travaille principalement comme photographe de mode, elle continue néanmoins à évoluer dans le domaine de la photographie de voyage, de nature et de maternité. Son travail à été publié dans plusieurs magazines à travers le monde plus particulièrement au Chili, en France, en Turquie et au Congo.

Patricia Willocq was born and raised in Kinshasa (Congo DRC). She has traveled the world, including Ireland, Belgium, the United Arab Emirates, Chile, Thailand and the Congo. She became interested in photography after having been published twice in the Chilean magazine Geographica. Since then, she has continued to evolve in this area. Although she has spent the last year working mainly as a fashion photographer, she has remained active in the fields of travel, nature and maternity photography. Her work has appeared in several magazines worldwide, including in Chile, France, Turkey and the Congo.

Related Posts

No related posts found.

One comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>