Blanchard, un garçon talentueux

Blanchard, un garçon talentueux

Blanchard, 7 ans, fils de policier, vit dans la banlieue de la ville de Kikwit, dans la province de Bandundu. Il est le troisième d’une famille de cinq enfants. Son père Hubert n’a pas songé à l’inscrire à l’école en septembre 2014.

Fin octobre, Madame Louise, une bénévole qui identifie les enfants non scolarisés, s’est rendue à la maison de Blanchard et a convaincu Hubert de l’inscrire.

Blanchard a été inscrit à l’école primaire du Camp d’Ebeya, qui dépend du camp militaire, une école cible du projet « Éduquer un enfant » (Educate a child/EAC), pionnière dans la réforme des cursus en matière d’écriture et de lecture.

D’après l’enquête nationale sur les enfants non scolarisés, menée en 2012 avec le soutien technique de l’UNICEF, plus de 7 millions d’enfants, âgés de 5 à 17 ans, ne sont pas inscrits ou ne vont pas à l’école en République démocratique du Congo (RDC). Ils ont, pour la moitié, entre 6 et 11 ans, soit l’âge de l’école primaire obligatoire.

Dans la seule province de Bandundu, 576 549 enfants, âgés de 5 à 17 ans, ne sont pas scolarisés, et environ la moitié d’entre eux a l’âge d’aller à l’école primaire.

Afin de résoudre ce problème, les autorités éducatives du Bandundu ont mis en place une campagne d’inscription massive, incluant la participation de parties prenantes variées, parmi lesquelles des inspecteurs menant différentes actions afin de garantir l’accès et la qualité de l’éducation des enfants dans leurs zones respectives (en établissant notamment des rapports d’évaluation de la situation dans les écoles), des professeurs de pédagogie, ainsi que des professeurs de coaching, chargés de suivre les formations, d’identifier les principales difficultés et de contribuer à l’émergence de solutions.

En mars 2015, Mme Aime, inspectrice d’école primaire, a visité la classe de Blanchard. La maîtresse, Mme Christine, enseignait la lettre « M ». Elle racontait l’histoire d’un chasseur qui rencontrait un petit animal avec une coquille sur le dos, et marchait doucement.

4a

Lorsqu’elle a demandé aux élèves de deviner le nom de l’animal, Blanchard a levé la main, et identifié l’animal à une tortue, « Mfulu » ou « Mbati » en Kikongo. Mme Christine lui a demandé d’écrire le mot au tableau, ce qu’il a fait correctement, ajoutant qu’il savait aussi dessiner.

A la grande surprise de tous ses camarades, de la maîtresse et de l’inspectrice, Blanchard dessine une remarquable petite tortue.

Puis on lui demande de dessiner autre chose, alors il dessine aussi une voiture. Depuis ce jour, Blanchard est devenu célèbre non seulement dans sa classe mais aussi dans toute l’école. Tout le monde lui reconnaît un talent d’artiste.

3b

Malheureusement, Blanchard devra peut-être arrêter l’école en raison de la situation financière de sa famille. Il vient d’une famille pauvre qui ne peut pas payer ses fournitures scolaires, ses uniformes, sa nourriture, etc.

Mme Aime, l’inspectrice qui le connaît bien, lui et son talent, aide Blanchard à trouver quelqu’un qui pourrait l’aider à continuer l’école et à réaliser son rêve de devenir artiste.

Depuis septembre 2010, le gouvernement de la République démocratique du Congo a mis en place une politique de suppression des frais d’inscription scolaires au niveau de l’école primaire afin de permettre aux foyers ayant de faibles revenus d’envoyer leurs enfants à l’école.

Néanmoins, le 2ème Rapport d’Etat du Système Educatif National (RESEN) (ou Education System Country Status Report – CSR), achevé en 2014 avec le soutien de l’UNICEF et de l’UNESCO, a montré que les foyers contribuaient jusqu’à 75% aux dépenses d’éducation, ce qui représente un lourd fardeau pour les familles.

7 enfants sur 10 en RDC ne sont pas inscrits ou ont quitté l’école car leurs parents ne peuvent pas payer leur scolarité.

Avec le programme « Eduquer un enfant », l’UNICEF travaille avec le gouvernement, les ONG, les écoles et les communautés, pour mettre en place un mécanisme de protection sociale qui fournisse un soutien financier aux enfants vulnérables et garantisse leur éducation en leur servant de filet de protection pour qu’ils restent scolarisés.

Les résultats de la mise en place de ce projet seront utilisés à des fins de plaidoyer auprès des Ministères des finances et du budget pour que le gouvernement prenne le relais sur le long terme.

D’autres stratégies visant à garantir la mise en œuvre effective de la politique de suppression des frais d’inscription scolaire au niveau de l’école primaire incluent l’utilisation de méthodes innovantes permettant notamment d’informer les parents de l’existence cette politique, et de recevoir des informations sur les frais de scolarité demandés par les écoles aux parents.

Photo : UNICEF RDC 2015 Jean Paul Nico Luketo

Traduit de l’Anglais par Anne-Lorraine Meunier

The following two tabs change content below.

Jean Paul Nico Luketo

Jean Paul Nico Luketotravaille à l'UNICEF depuis 2006 dans la province du Bandundu. Il a travaillé dans le domaine de la communication pour le développement (C4D) et est Assistant au Programme Education depuis 2014. Il est spécialiste de la stratégie d'inscription porte-à-porte des enfants à l'école et estime que tout enfant ne peut se construire qu'à travers l'éducation: aucun enfant ne doit être privé de ce droit. "N'attendons pas que les enfants soient dans le rue pour les aider."

Jean Paul Nico Luketohas been working with UNICEF since 2006, in DRC's Bandundu Province. He started off in the field of communication for development and has been the Education Programme's Assistant since 2014. He is an expert in door-to-door school enrolling and believes that no child can develop without education: no child must be denied this right. "Let's not wait for children to be on the streets to helo them."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This