C’est grâce aux études que je suis devenu ce ‘’Papy Kero’’ que vous connaissez

C’est grâce aux études que je suis devenu ce ‘’Papy Kero’’ que vous connaissez

Bukavu, 7 Septembre 2015 « J’ai pu arriver là où je suis uniquement parce que j’ai eu la chance d’aller à l’école et de finir mes études », dit Useni Kapita, affectueusement appelé Papy Kero et gagnant du « prix Vodacom best of the best », un concours visant à promouvoir les jeunes talents désirant évoluer dans le monde professionnel de la culture.

C’est devant des centaines des personnes réunies pour son concert humanitaire à Bukavu, capitale du Sud-Kivu, que Papy Kero a lancé son message, invitant tous les parents à envoyer leurs enfants à l’école afin de leur garantir un avenir radieux.

Pour donner du poids à son message, en cette journée du lundi 7 septembre, journée marquée par la rentrée des classes, Papy Kero a effectué une visite à son ancienne école primaire, E.P. Bangu dans la commune de Bagira. Devant une foule composée de la presse, d’anciens directeurs et de parents et d’élèves, Papy Kero a renouvelé son message sur l’inscription des enfants à l’école.

« Je suis ravi de me retrouver ici parce que c’est dans ces vieux bâtiments que j’ai reçu l’éducation qui a constitué une base assez solide à mon envol dans la vie. »

Accompagné de son épouse et de son père, Papy Kero a remercié les enseignants pour leur dévouement et sacrifices dans l’accompagnement des futurs « cadres de la République ».

« On dit que les enfants sont l’avenir du pays. Pour arriver à bâtir ce pays, il faut que l’école nous soit garantie à tous, filles et garçons. Nous devons tous aller à l’école ! » déclare Bienvenu Murangaza, Enfant Reporter au Sud-Kivu dans son mot de circonstance.

Lancée le vendredi 4 septembre par le Vice-Gouverneur de la Province accompagné des ministres de l’Education, de la Justice, des Finances et des Mines et Affaires Foncières, la Campagne d’inscription des enfants à l’école en province du Sud-Kivu va se poursuivre jusqu’en octobre.

Chef de Bureau ad interim de l’UNICEF Bureau Sud-Kivu ave des enfants, le Ministre provincial des Mines, le Vice-Gouverneur, et les ministres provinciaux des Finances, Justice et Education après la remise symbolique des kits scolaires aux élèves.

Chef de Bureau ad interim de l’UNICEF Bureau Sud-Kivu ave des enfants, le Ministre provincial des Mines, le Vice-Gouverneur, et les ministres provinciaux des Finances, Justice et Education après la remise symbolique des kits scolaires aux élèves.

A Bukavu, certains parents ont justifié le retard dans l’inscription de leurs enfants à l’école en évoquant l’insuffisance des moyens pour la prise en charge du minerval et des outils pédagogiques nécessaires à la rentrée.

« J’ai quatre enfants qui doivent tous étudier cette année, seulement cela coûte très cher, surtout avec le chômage de mon mari. Au total, il me faut 100 dollars juste pour les objets scolaires, ceci en plus des frais scolaires, » se plaint Maman Brigitte vendeuse de beignets au marché de Bagira.

« Pendant cette campagne, nous avons prévu de distribuer des kits scolaires afin d’alléger la tâche aux parents. 30 000 enfants des sous-divisions de Mwenga 1 et Kalehe 2 vont en bénéficier, » explique Patrice Vayikalanga, Chef de Bureau ad interim. En effet, la priorité pour la distribution des kits scolaires a été donnée aux sous-divisions enregistrant des taux faibles d’inscription des enfants en première année de primaire.

« Je réitère ici l’engagement du gouvernement à prendre en charge les frais d’impression des documents scolaires, les assurances scolaires ainsi que d’autres frais; ceci avant que le principe de la gratuité ne soit étendu à d’autres frais plus importants, » dit le Vice-Gouverneur de province, et Gouverneur ad interim lors de son discours de lancement de la Campagne d’inscription des enfants à l’école.

La campagne concerne plus de 2 millions d’enfants en âge d’entrer en première année d’école primaire pour l’ensemble du pays.

Le Sud Kivu compte 510,768 enfants en âge de scolarisation qui sont en dehors du système éducatif. Parmi ces enfants, gouvernement provincial en a ciblé 383,076 qui seront inscrits d’ici 2016 grâce à la Campagne et grâce à toutes les actions de communication et de plaidoyer menées auprès des communautés et des parents.

©UNICEF RDC/2015/Manimani N’Simire [A propos de la photo de couverture : Useni Kapita, dit « Papy Kerro », accompagné de son épouse, remet symboliquement des kits scolaires au Directeur de l’Ecole Primaire Bangu dans la commune de Bagira.]
À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/french
Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire pour rester informé sur les actions de l’UNICEF RDC et ses partenaires en faveur des droits des enfants. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter !

The following two tabs change content below.

Aimee Manimani Nsimire

Aimee Manimaniest Administratrice à la Communication pour le développement à l’UNICEF Sud-Kivu. Elle est diplômée en Sciences de la Communication pour le Développement. Pour les six dernières années, Aimee a travaillé avec World Vision International, le Programme des Nations Unies pour le Développement et le Programme National Multisectoriel de Lutte contre le Sida. Son credo : « aucun investissement n’est perdu, surtout si il est fait en faveur d’un enfant. »

Aimee Manimani is in Charge of Communication for Development at UNICEF South Kivu. She has a degree in Communication for Development. Over the past six years, Aimee has worked with World Vision International, the United Nations Development Programme and the National Multi Sectoral Programme against AIDS. Her motto: "No investment is lost, especially if it is done for a child. "

Derniers articles parAimee Manimani Nsimire (voir tous)

Laisser un commentaire