Une cheftaine impliquée pour faire évoluer les pratiques traditionnelles

Réunis à l’ombre d’un arbre, les notables – tous des hommes – du groupement de Bukuyi, dans le territoire de Bagata, à environ 130 km à l’Est de Bandundu ville, dans la province du Kwilu, écoutent les paroles de leur chef, la « Mfumu Nkento » Anoy Ngolor, une femme engagée pour l’égalité des sexes et contre les mariages précoces dans sa juridiction.

La « Mfumu Nkento » tournée vers l’ égalité des sexes en RDC

« Ici, beaucoup de jeunes filles meurent des suites d’un accouchement difficile. Leurs parents sont alors accusés de sorcellerie. Pourtant, la vérité est que le corps d’une fille de 13 ans ne peut que difficilement supporter une grossesse. J’en suis très mécontente et j’ai fait interdire, sous peine d’amendes, les mariages précoces dans ma juridiction », martèle-t-elle.

égalité des sexes en RDC

La « Mfumu Nkento » a également interdit toutes relations sexuelles dans la brousse, afin d’éviter aux jeunes filles de tomber enceinte. Elle a aussi imposé aux hommes et aux femmes d’effectuer les travaux des champs et les travaux domestiques ensemble, et, comble de la modernité, a imposé la parité, nommant des femmes comme chef de localité ou comme adjointe dans tous les groupements qui constituent son territoire.

Des Enfants-Reporters mobilisés en faveur des conditions de la femme et de l’enfant

Légèrement à l’écart, Parfait, un Enfant Reporter de 16 ans, lycéen à Bagata, photographie avec application le conseil des sages. Parfait a rejoint avec enthousiasme le programme Enfants Reporters financé par l’Union Européenne car il était « révolté et souhaitait témoigner de la situation des enfants à Bagata ». Dans son école, les enfants sont soumis à des punitions aberrantes : transporter des briques, couper du bois en forêt, se mettre à genoux au soleil pendant une heure, ou encore effectuer des travaux domestiques chez les professeurs. Il a d’ailleurs commencé un reportage photographique sur le sujet.

Genève Mfumu, une autre Enfant Reporter de 17 ans, également lycéenne, l’accompagne. Elle enregistre les propos tenus et n’hésite pas à intervenir pour poser des questions. Elle semble surprise qu’on puisse être une femme et diriger une localité.

« Je suis une femme et je gère bien ma juridiction. Que manquerait-il donc aux femmes pour gérer des localités ? », riposte vigoureusement la « Mfumu Nkento ». « Depuis que j’ai pris cette série de mesures, je constate que les femmes s’impliquent d’avantage dans les décisions locales, et que les voix qui mènent aux sources d’eau sont mieux entretenus, car les hommes s’impliquent désormais dans les travaux ».

La lutte contre les mariages précoces est la responsabilité de tous

Genève note qu’être entourée d’hommes lors des conseils de sages ne semble pas déranger pas la cheftaine, qui a confiance dans son autorité et dans ses compétences.

Les notables interrogent la « Mfumu Nkento » sur comment faire appliquer l’interdiction des mariages précoces. Ces mariages sont encore nombreux dans ce groupement principalement rural. La cheftaine insiste sur le fait qu’il faille responsabiliser les parents, opine du chef lorsqu’un notable propose que les églises relaient le message, et rejette la proposition d’un autre de tuer les jeunes filles qui, tombant enceinte, accusent leur père d’inceste afin de protéger leurs amants.

Des progrès à poursuivre

Pour Genève, c’est une vraie leçon pratique d’égalité des genres, elle qui avoue qu’elle ne connaissait pas ses droits, en tant qu’enfant et en tant que femme, avant de rejoindre le programme Enfants Reporters.

En mai 2016, Genève et Parfait avait déjà rencontré la cheftaine afin d’effectuer un plaidoyer contre le mariage des enfants. Ils sont heureux de constater que l’interdiction, sous peine d’amendes, des mariages précoces soit maintenue, bien que jusqu’à présent, aucune famille n’ait dû payer d’amendes pour avoir marié leurs filles.

Le reportage effectué aujourd’hui leur permettra de relayer le message de la « Mfumu Nkento » à la radio, sur le blog de Ponabana, ainsi qu’auprès de leurs camarades.

Reportage photos réalisé par Gwenn Dubouthoumieu (2016)

The following two tabs change content below.

Gwenn Dubourthoumieu

Gwenn Dubourthoumieu s’est intéressé à la photographie alors qu’il travaillait en Afrique pour des ONG humanitaires. Professionnel depuis avril 2010, son travail est régulièrement récompensé. Il travaille régulièrement pour UNICEF RDC en tant que consultant photographique.

Gwenn Dubourthoumieu became interested in photography while working in Africa for humanitarian NGOs. Professional since 2010, his work is regularly rewarded.  He's a photography consultant for UNICEF DRC.

Laisser un commentaire