Chiffres clefs

 Les principaux chiffres clefs sur la situation des enfants de la RDC.

Dans cette section vous trouverez les données essentielles pour mieux apprehender le contexte, les progress realisés et le chemin à parcourir pour que l’ensemble des droits des enfants de la RDC soient respectés.

 

The following two tabs change content below.

Adrien Majourel

Adrien Majourel est Officier de communication à l’Unicef RDC et administrateur de Pona Bana. Spécialisé en relations internationales et journalisme, il est convaincu de l’importance de donner de la voix aux enfants car bien souvent ce qu’ils voient échappe à des yeux d’adultes. Son crédo ? « Les enfants sont des énigmes lumineuses » Daniel Pennac

Adrien Majourel is Communications Officer at UNICEF DRC and manager of Pona Bana. Specialized in International Relations and Journalism, he believes it is important to give children a voice as what they see often slips from adult’s grasp. l’importance de donner de la voix aux enfants car bien souvent ce qu’ils voient échappe à des yeux d’adultes. His leitmotiv ? « Children are luminous enigmas » Daniel Pennac

Derniers articles parAdrien Majourel (voir tous)

Ne perdons pas de vue que l’enfant est l’avenir de demain

Ne perdons pas de vue que l’enfant est l’avenir de demain

15 janvier 2018 Aucun commentaire sur Ne perdons pas de vue que l’enfant est l’avenir de demain

ENFANTS REPORTERS – Malgré les efforts du Gouvernement provincial et de ses partenaires dans la mise en œuvre de projets et programmes visant à améliorer la situation de la mère et de l’enfant, les droits des enfants dans la Province de l’Ituri ne sont pas respectés en totalité.

Retour à l’école au Kasaï : un espoir pour l’avenir des enfants

Retour à l’école au Kasaï : un espoir pour l’avenir des enfants

10 janvier 2018 Aucun commentaire sur Retour à l’école au Kasaï : un espoir pour l’avenir des enfants

KASAI – Le territoire de Kamiji, situé dans la Province du Lomami, a été le terrain d’affrontements entre les forces de l’ordre et les miliciens de Kamuina Nsapu. Ces violences ont obligé des populations entières à se cacher dans la brousse, loin des services de base. Durant des mois, les enfants n’ont pas pu poursuivre leur scolarité.