Choléra en RDC: le personnel de santé lutte tant bien que mal

choléra en RDCURGENCES – Ce qui frappe, en République Démocratique du Congo, c’est la capacité des gens à donner le meilleur d’eux-mêmes, malgré les conditions de vie et de travail difficiles. C’est exactement ce qui m’a sauté lorsque j’ai rencontré Espérance : un maigre salaire, peu de moyens, mais une volonté de soigner et de sauver les siens, contre vents et marées. Car cette année le choléra frappe le pays sur deux fronts : le Sud Est, de manière endémique, et le long du fleuve Congo – d’Est en Ouest du pays – de manière épidémique. De janvier à décembre, près de 23 000 personnes ont été contaminés par la maladie. 661 en sont morts.

La solidarité face au choléra

Malgré ces chiffres préoccupants, la réponse s’organise, et la volonté ne faiblit pas. Le gouvernement et les organisations humanitaires se démènent, bien sûr, mais c’est au niveau du terrain et du personnel de santé que la solidarité prend tout son sens. Espérance en est l’exemple parfait. Infirmière à l’hôpital de Mbandaka, elle a également été déployée sur un Centre de traitement du choléra (CTC). Une mission qui n’ajoute qu’un supplément minime à son salaire de base, lui aussi insignifiant. Mais l’essentiel est ailleurs pour Espérance : ne pas voir sa population mourir, emportée par une maladie qui ne devrait plus aujourd’hui tuer à grande échelle.

choléra en RDCMais comme souvent, la RDC bat de tristes records : le choléra touche huit provinces du bassin du fleuve Congo, et 660 000 personnes sont toujours exposées au risque de contamination. Près de la moitié sont des enfants de moins de 15 ans. L’UNICEF apporte un appui considérable, en épaulant le gouvernement dans sa stratégie de réponse, en coordonnant avec lui l’intervention au niveau national et provincial et en renforçant les capacités de réponse des centres de santé.

UNICEF DRC 2015 Nicolon 2

Un appui dont bénéficie directement Espérance. Une véritable héroïne congolaise. Timide, Espérance ne regarde pas toujours son interlocuteur dans les yeux. En entretien, elle déracine discrètement quelques brins d’herbe, avec lesquels elle continue de s’amuser pendant la discussion. Ses réponses sont souvent courtes : nul besoin de s’étendre, l’essentiel est ailleurs. Dans l’action. Dans la salle de soins, avec les patients. Nombreux, ils continuent d’affluer en masse au CTC de Mbandaka. Bonne nouvelle : ils repartent quasiment tous.

Le combat d’Espérance

Plus d’informations à propos du choléra en RDC

Merci à au Canada, à l’Angleterre, à USAID DRC, à la Suisse, au Japon et à ECHO pour leur soutien à l’action humanitaire pour les enfants en RDC.

The following two tabs change content below.

Thomas Nicolon

Thomas est un journaliste, cameraman et photographe indépendant. Passé par l'Australie et la Bolivie, il est maintenant basé en République Démocratique du Congo, où il collabore régulièrement avec plusieurs médias et organisations internationales. Il est correspondant de la chaîne d'information France 24.

Derniers articles parThomas Nicolon (voir tous)

Laisser un commentaire