Des clubs scolaires pour vivre ensemble de manière harmonieuse

clubs scolaires en RDC

« J’ai été élu car je suis courageuse », proclame avec fierté Ebangila Mbo, 15 ans, élève en 6ème primaire à l’école Biesi (qui signifie « Joie ») de Sampiere, un petit village situé à 80 kilomètres à l’Est de Bandundu ville, tout en enfilant son uniforme d’écolière : une chemise blanche et une jupe bleue marine, auxquels s’ajoute un badge, attaché à son cou à l’aide d’une cordelette bleue, signe distinctif de son statut de Ministre du Club scolaire.

Ebangila Mbo, 15 ans, élève en 6ème primaire, et présidente du club scolaire de l'école Biesi (« Joie ») de Sampiere, un petit village situé à 80km à l'Est de Bandundu ville, capitale de la province du Kwilu en République démocratique du Congo, se rend à l'école, le 5 octobre 2016.

Un Club pour apprendre à vivre ensemble

Comme tous les mercredis, les 30 élèves du Club, composé à moitié de filles et de garçons, se réunissent devant l’école pour participer ensemble à des activités parascolaires. À travers des jeux, auxquels participent filles et garçons, mais aussi grâce à des scénettes de théâtre, les enfants des deux sexes se retrouvent et apprennent à vivre ensemble de manière harmonieuse.

Ebangila Mbo, 15 ans, élève en 6ème primaire, et présidente du club scolaire de l'école Biesi (« Joie ») de Sampiere, un petit village situé à 80km à l'Est de Bandundu ville, capitale de la province du Kwilu en République démocratique du Congo, chante avec ses camarades du club scolaire, le 5 octobre 2016.

« C‘est aussi un bon moyen de développer l’esprit d’équipe », souligne Tenswe Kasai, enseignant-superviseur, animateur du Club. « Le Club scolaire a été créé il y a tout juste un an, et déjà j’observe qu’à l’école les garçons et les filles jouent ensemble. En dehors de l’école, c’est différent. Il y a des résistances de la part des parents, qui restent très attachés aux coutumes ».

Ebangila Mbo, 15 ans, élève en 6ème primaire, et présidente du club scolaire de l'école Biesi (« Joie ») de Sampiere, un petit village situé à 80km à l'Est de Bandundu ville, capitale de la province du Kwilu en République démocratique du Congo, anime une réunion du club scolaire, le 5 octobre 2016.

De l’école à l’amitié

Ebangila n’envisageait pas de jouer avec les garçons. Si elle a souhaité rejoindre le Club, puis se présenter à l’élection organisée en début d’année scolaire pour élire le Ministre dirigeant du Club, c’est avant tout parce qu’elle pensait que c’était bien pour son avenir : Ebangila souhaite devenir professeure.

Ebangila Mbo, 15 ans, élève en 6ème primaire, et présidente du club scolaire de l'école Biesi (« Joie ») de Sampiere, un petit village situé à 80km à l'Est de Bandundu ville, capitale de la province du Kwilu en République démocratique du Congo, joue avec ces camarades du club scolaire, le 5 octobre 2016.

Au club, elle a non seulement appris à s’exprimer devant ses camarades, elle qui était de nature timide, mais, à sa grande surprise, elle s’est aussi fait des amis parmi les garçons de sa classe.

Ebangila Mbo (à gauche), 15 ans, élève en 6ème primaire, et présidente du club scolaire de l'école Biesi (« Joie ») de Sampiere, un petit village situé à 80km à l'Est de Bandundu ville, capitale de la province du Kwilu en République démocratique du Congo, étudie en classe, le 5 octobre 2016.

Reportage photo réalisé par Gwenn Dubouthoumieu (2016)

The following two tabs change content below.

Gwenn Dubourthoumieu

Gwenn Dubourthoumieu s’est intéressé à la photographie alors qu’il travaillait en Afrique pour des ONG humanitaires. Professionnel depuis avril 2010, son travail est régulièrement récompensé. Il travaille régulièrement pour UNICEF RDC en tant que consultant photographique.

Gwenn Dubourthoumieu became interested in photography while working in Africa for humanitarian NGOs. Professional since 2010, his work is regularly rewarded.  He's a photography consultant for UNICEF DRC.

One comment

  • bonjour UNICEF, merci aux initiatives pour laisser certains caractères traditionnels ou coutumiers qu’on impose les enfants dans le 21è siècle mais nous demandons de l’élargir partout dans toute la RDC

Laisser un commentaire