D’une colonie de vacances aux bancs de l’école : l’histoire de Merveille

éducation des filles au Kwilu

Une jeune fille sur le chemin de l’école dans la Province du Kwilu (UNICEF DRC Dubourthoumieu)

TÉMOIGNAGENous sommes dans la cité de Masimanimba, une cité se trouvant dans le territoire portant le même nom dans la Province du Kwilu, au mois d’août 2016. Dans le cadre de l’initiative « Femmes et Hommes, progressons ensemble », l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP) en collaboration avec EDUCON (Educateurs Consultants, une ONG locale œuvrant dans le secteur de l’éducation) organise des activités de colonie de vacances à Masimanimba.

A la rencontre de Merveille, une petite fille privée d’éducation

« J’ai 12 ans, depuis la mort de notre mère, j’ai dû interrompre mes études. Comme mes frères fréquentent l’école l’avant midi, il n’y avait personne pour rester à la maison et prendre soin de notre cadet. »

Merveille, invitée par ses amis allait de temps en temps jouer avec eux. Les animateurs communautaires d’EDUCON profitaient de ces rencontres ludiques et conviviales pour expliquer aux enfants les notions de genre. Ils insistaient sur l’importance de développer les compétences de chaque enfant, fille ou garçon, et leur complémentarité au sein de la communauté. D’où le slogan, filles et garçons progressons ensemble.

« Lorsque j’ai écouté ces enseignements, j’ai pris conscience que je devais prendre le chemin de l’école. Mais voyant ma situation, je me demandais comment faire ? ». Merveille a décidé d’en parler à l’Animatrice communautaire.

« J’ai décidé de la retirer de l’école pour s’occuper du ménage et de son frère »

Passy Mwenze, se rappelle de sa rencontre avec Merveille. « Ce qui attirait notre attention, c’est le fait qu’elle venait toujours avec un enfant. Et quand il pleurait, Merveille quittait la cour de jeu. Lorsqu’elle m’a raconté son histoire, je ressentis au fond de moi, l’urgence et la nécessité d’agir pour l’aider à reprendre ses études. Je suis donc allé voir son père ».

Monsieur Jean-Luc, le père de Merveille raconte : « Suite à la mort soudaine de leur mère, il n’y avait personne pour s’occuper du cadet. Ses frères devaient continuer l’école. Merveille étant fille, j’ai décidé que de la retirer de l’école pour s’occuper du ménage et de son frère jusqu’à ce que je me trouve une autre femme ».

Assurer l’avenir des jeunes filles grâce à l’éducation

Convaincre le père de Merveille n’était pas facile, reconnait Passy. Se basant sur les arguments du projet Hommes et femmes progressons ensemble et sur la Convention relative aux Droits de l’Enfant, Passy a a réussir de convaincre Monsieur Jean-Luc.

Il a compris que sa décision était discriminatoire, contraire aux Droits de l’Enfant et à l’épanouissement de sa fille. Il s’est donc résolu à trouver d’autres solutions pour le ménage et la garde du cadet. Il a autorisé Merveille de reprendre études dès le mois de septembre 2017.

Consciente du bienfait du projet « Femmes et Hommes, progressons ensemble » et reconnaissante pour l’intervention de son éducatrice, Merveille a déclaré : « Aujourd’hui je me rends compte qu’il n’y a pas un travail qui soit exclusivement réserver aux garçons ou aux filles. Je voudrai plus tard devenir enseignante pour m’occuper de l’éducation des filles et des garçons ».

Les petites initiatives peuvent sauver des vies et l’initiative « Femmes et Hommes, progressons ensemble » en est une !

Femmes et hommes, progressons ensemble

À travers le programme « Femmes et Hommes, progressons ensemble », l’UNICEF et le Ministère du Genre, famille et enfant, financés par l’Union Européenne, souhaitent agir sur toutes les violences basées sur le genre et leurs causes profondes.

Plus d’informations :

The following two tabs change content below.

Jean Paul Nico Luketo

Jean Paul Nico Luketotravaille à l'UNICEF depuis 2006 dans la province du Bandundu. Tout enfant ne peut se construire qu'à travers l'éducation: aucun enfant ne doit être privé de ce droit. "N'attendons pas que les enfants soient dans le rue pour les aider."

Jean Paul Nico Luketohas been working with UNICEF since 2006, in DRC's Bandundu Province. He believes that no child can develop without education: no child must be denied this right. "Let's not wait for children to be on the streets to helo them."

Laisser un commentaire