Comment la participation communautaire peut améliorer les conditions sanitaires ?

Villages Assainis en RDC

Dans la Province du Kasaï-Oriental, les villages Central 4 et Bakua Bowa font figure d’exemple. Dans ces deux villages, la participation communautaire a été la clé de réussite permettant la pérennisation des acquis du Programme National Ecole et Village Assainis (PNEVA).

Entretenir le point d’eau grâce aux recettes communautaires

Au village Central 4, situé à 30 kilomètres de Mbuji Mayi, la participation de la population a été effective grâce à l’implication du chef de village, Fortunat Ilunga Luaba. Apres avoir perdu la deuxième norme assainie (au moins 80% de la population à accès à l’eau potable), le chef de village a convoqué en urgence une réunion avec les membres du Comité de Village (Covilla) et les membres de l’Equipe de Facilitation Locale (EFL). Une analyse approfondie a permis de mettre en avant que le manque d’entretien du point d’eau est à la base de la recrudescence de la diarrhée dans la communauté.

A la suite de cette réunion, l’ensemble de la communauté a décidé de redynamiser les recettes de la caisse communautaire afin de pouvoir assurer l’entretien et la maintenance du point d’eau. Un système de jeton à 7 cases a été mis en place, représentant le nombre de jours de la semaine. Un membre du Covilla, présent au point d’eau, donne ce jeton à chaque ménage moyennant le paiement de 100 Francs Congolais par ménage et par semaine (environ 0,06 USD).

Après la mise en place du système jeton, plus 60.000 FC (environ 38 USD) ont été collectés pour la réhabiliter le point d’eau. Pour une gestion transparente des recettes, la sortie des fonds est encadrée par le président du Covilla, de son trésorier et de l’infirmier titulaire de l’aire de santé. Un sac de ciment a été acheté et les travaux de maçonnerie ont été réalisés par une main d’œuvre locale spécialisée, formée dans le cadre du PNEVA. La communauté, elle aussi, a aussi en assurant le transport des matériaux locaux (sable, eau et moellons) et la restauration des maçons.

Aussi, en vue d’assurer la bonne utilisation du point d’eau par la communauté, les leaders et les membres de l’EFL ont intensifié leurs activités de sensibilisation auprès de la communauté, sur l’importance d’entretenir le point d’eau mais aussi de contribuer à la caisse communautaire du village.

Au village Central 4, l’appropriation communautaire du point d’eau a été une des clés de réussite pour la pérennité des interventions. Les membres du Comité de Village, de l’Equipe de Facilitation Locale et la communauté toute entière ont réussi à se mobiliser pour entretenir leur point d’eau afin de le maintenir en état de marche.

Réhabiliter une école grâce aux contributions des parents

Au village Bakua Bowa, situé à 25 kilomètres de Mbuji Mayi, la communauté s’est mobilisée pour réhabiliter une des écoles primaires du village. L’état des bâtiments de l’école Lukana ne répondait plus aux critères PNEVA qui exigent la construction de l’école en matériaux durables ou semi-durables pour bénéficier d’une dotation en latrines hygiéniques. L’école avait perdu la troisième norme assainie (au moins 80% des élèves filles et garçons utilisent les latrines hygiéniques).

Le comité des parents, la communauté scolaire et d’autres membres de la communauté ont cherché à résoudre ce problème pour permettre aux 639 élèves d’étudier dans de bonnes conditions d’hygiène et d’assainissement. Ainsi, ils se sont accordés à demander une contribution financière aux parents d’élèves, à raison de 500 FC par mois et par élève (environ 0,3 USD). Le montant réuni a servi à financer l’achat de bois, de tôles, de briques et de payer la main d’œuvre pour la réhabilitation des bâtiments de l’école. Les membres de la communauté se sont mobilisés en apportant de l’eau et du sable ainsi qu’en assurant la restauration des maçons.

Comme le nouveau bâtiment répond aux critères du PNEVA, des latrines sont actuellement en construction. Mis en en œuvre par la Croix-Rouge de RDC avec l’appui financier de l’UNICEF, les travaux de construction bénéficient également de l’appui de la communauté qui participe dans le transport des matériaux.

Ecoles et villages assainis en RDC

Le Programme National « Ecole et Village Assainis » est un programme à base communautaire qui vise la prévention des maladies diarrhéiques et autres maladies liées au manque d’eau potable, aux mauvaises pratiques d’hygiène et à un assainissement inadéquat tant en milieu rural que périurbain.

La stratégie de sa mise en œuvre se base sur un processus progressif de prise de décision locale visant l’amélioration des conditions sanitaires et l’adoption des bonnes pratiques d’hygiène au sein des ménages. La participation communautaire est la clé de réussite de ce programme, car elle rend possible l’appropriation des actions par les communautés bénéficiaires qui sont au centre du processus de résolution des problèmes de santé en impliquant tous les membres de la communauté. Ces derniers contribuent matériellement et financièrement pour le maintien des acquis du programme, un élan de développement de leur village.

Plus d’informations:

The following two tabs change content below.

Rose Kiabu

Rose Kiabu is the Focal Point for Communication for the “Healthy Villages” scheme in the Hygiene and Public Cleanliness office in Kasaï Oriental. Her aim is to spread good practice for keeping the Healthy Village status.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire