De l’eau potable et des latrines familiales pour les retournés à Mwenga

De l’eau potable et des latrines familiales pour les retournés à Mwenga

Burinyi, Mwenga, République Démocratique du Congo, 24 août 2015 – « Ces derniers mois, nous avons beaucoup souffert à trouver de l’eau potable. Nous ne pouvions pas utiliser le point d’eau parce que l’eau qui en sortait était sale. Maintenant, le point a été réparé et nous sommes très contents d’avoir de l’eau propre. »

Imani Mukungilwa, 22 ans, est revenue à Burinyi il y a six mois. Cette mère de trois enfants a été contrainte de fuir son village d’origine lorsque des combats entre les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et l’armée congolaise, la FARDC, ont éclaté dans le territoire de Mwenga dans la Province du Sud-Kivu de la République Démocratique du Congo (RDC).

« Quand nous avons entendu les bombardements s’approcher de plus en plus, nous avons fui. Sur le chemin, nous avons connu la famine, nous avons été pillés et certaines d’entre nous avons été violées », raconta-t-elle.

A l’arrivée de notre équipe sur le terrain, les nouveaux retournés manquaient quasiment de tout, y compris de l’eau potable saine puisque la plupart des points d’eau de la zone ne fonctionnaient plus. Ils n’avaient pas non plus accès à des latrines familiales, ni à du savon pour se laver les mains à des moments essentiels pour rester propres et en bonne santé.

Imani Mukungilwa, assise sur son bidon de 20 litres, en attendant sa fille pour se rendre au point d'eau, Burinyi, territoire de Mwenga.

Imani Mukungilwa, assise sur son bidon de 20 litres en attendant sa fille pour se rendre au point d’eau – Burinyi, territoire de Mwenga.

L’UNICEF collabore avec l’ONG IRC (International Rescue Committee) dans le cadre de la Réponse Rapide aux Mouvements de Populations (RRMP) pour fournir aux communautés retournées de l’eau potable dans le territoire de Mwenga.

Entre juillet et août 2015, 19 points d’eau ainsi que 17 latrines publiques ont été construits dans la zone de Burinyi afin d’ouvrir l’accès étendu aux retournés à l’eau potable saine, à l’hygiène et à l’assainissement.

« Plus de 3 000 ménages ont pu bénéficier de distributions de savon, d’assistance en cash pour la construction de latrines, et de bidons pour les stations de lavage de mains situés à côtés des latrines », souligne Patrick Biegulu Dunia de l’IRC.

Mukungilwa a assisté à des séances de sensibilisation organisées par l’IRC pour les retournés sur le lavage des mains après utilisation des latrines mais aussi sur la manutention des latrines.

Une employée de l'IRC (International Refugee Council) montre un poster à la communauté pour les sensibiliser sur les moments clé auxquels il faut impérativement se laver les mains.

Une employée de l’IRC (International Rescue Committee) montre un poster à la communauté pour les sensibiliser sur les moments clé auxquels il faut impérativement se laver les mains – Burinyi, territoire de Mwenga.

« Ils nous ont dit que nous devions nous laver les mains après avoir utilisé les latrines, avant de manger, et avant d’allaiter nos bébés. J’ai également reçu de l’argent puisque mon père et moi avons utilisé de la boue et du bois pour construire notre latrine familiale. Mon père a mis de la paille sur le toit et nous avons maintenant une bonne latrine », explique-t-elle.

Pendant ces derniers mois, Mukungilwa a pu bénéficier d’une foire à coupons, organisé par le RRMP, pour permettre aux retournés de choisir parmi une variété d’articles ménagers essentiels tels que des kits et outils de cuisine, des couvertures, vêtements et chaussures, et de les acheter avec les coupons.

Contrairement aux distributions classiques, les foires sont des marchés fermés où chaque ménage utilise des coupons d’une valeur de $75 pour acheter ce qu’ils identifient comme répondant le plus à leurs besoins, une manière très sûre de stimuler l’économie locale puisque les articles sont vendus par des commerçants locaux.

Imani Mukungilwa se lave les mains après avoir utilisé ses latrines, Burinyi, territoire de Mwenga.

Imani Mukungilwa se lave les mains après avoir utilisé ses latrines – Burinyi, territoire de Mwenga.

Le RRMP dirige également des activités éducatives pour les enfants retournés et déplacés. Kandanda Kitoga, la petite sœur de Mukungilwa, assiste aux cours organisés par l’ONG AVSI (Association of Volunteers in International Service) à l’école primaire de Kimalanjala pour rattraper les cours qu’elle avait ratés pendant son déplacement.

Le RRMP est un partenaire multipartenaire et multi-donateur. Cogéré par OCHA (le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies) et l’UNICEF, le mécanisme de première ligne est financé par plusieurs bailleurs tels que ECHO (le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile) afin de répondre rapidement aux besoins des déplacés, retournés et des familles d’accueil vulnérables.

« Le partenariat avec ECHO est gagnant-gagnant. Les contributions d’ECHO au RRMP nous permettent d’apporter une réponse au moment où celle-ci est le plus nécessaire pour les populations », indique Patrice Vayikalanga de l’UNICEF.

« Avec le contexte volatile qui caractérise la Province du Sud-Kivu, ECHO nous permet de positionner à l’avance des fonds et des capacités afin que nous puissions intervenir dans un délai court. »

En 2014, le RRMP a apporté une assistance à 2,2 millions de femmes, hommes et enfants en termes d’éducation, santé, articles ménagers essentiels, eau, hygiène et assainissement dans les provinces du Katanga, Maniema, Orientale, et Nord et Sud Kivu.

De janvier à août 2015, 1,3 millions de personnes ont été assistées par le RRMP.

« Maintenant, nous avons de l’eau potable, une bonne hygiène de vie, du savon et un bidon pour se laver les mains. Je vous remercie du bien-être de mes enfants et de mon père à la maison », conclut Mukungilwa.

Visionnez l’histoire d’Imani (en anglais) sur l’arrivée de l’eau potable à Mwenga :

© UNICEF RDC/2015/Seck
À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/french
Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire pour rester informé sur les actions de l’UNICEF RDC et ses partenaires en faveur des droits des enfants.

The following two tabs change content below.

Ndiaga Seck

Ndiaga Seck est le Spécialiste en Communication de l’UNICEF à l’Est de la RDC. Il a une spécialisation en Études Humaines et Sociales, en Éducation et en Journalisme. Pendant les huit dernières années, il a travaillé pour IRIN et OCHA en Afrique de l’Ouest, OCHA et UNICEF en RDC. Son credo : « Un monde digne des enfants est à portée de main. Saisissons-le ! »

Ndiaga Seck is a UNICEF Communications Specialist in Eastern DRC. He specializes in human and social studies, education and journalism. For the past eight years, he has worked with IRIN, OCHA, in West Africa. His leitmotiv: “A World fit for children is within reach. Let’s grab it!”

Laisser un commentaire