Violences, déplacement et malnutrition : l’histoire de Niclette

Nicellete et sa jeune fille

TÉMOIGNAGEFuyant les violences entre forces armées et miliciens dans la Province du Kasaï, Niclette et ses deux enfants se sont retrouvés dans une situation d’extrême vulnérabilité.

Il n’y avait rien à manger

« Je m’appelle Niclette, je suis maman de 2 enfants, toutes de moins de 5 ans. J’habitais le village Sumbila, dans la Province du Kasaï. Je souffrais de la tuberculose et, quand j’ai commencé le traitement, la guerre a surgie ! Nous avons fui avec les enfants jusqu’à Tshikapa… Nous nous avons été accueillies dans une Eglise et y sommes restées pendant des semaines.  N’ayant rien à manger, je ne pouvais plus continuer de prendre mes comprimés. Mon état de santé et celui de mes enfants se sont détériorés rapidement. »

Après avoir fui les violences au Kasaï, des conflits intercommunautaires opposant les Lubas aux Tshokwe et aux Pende ont éclatés à Tshikapa.

« Nous avons fuis Tshikapa pour nous rendre à Kikwit ! Arrivés à Kikwit, nous nous sommes fait enregistrer dans un de onze sites des déplacés de la zone. N’ayant pas trouvé une famille d’accueil, nous avons passé nos nuits sur le site même, presque à la belle étoile. On recevait des rations chaudes mais la distribution a cessée et ma santé est devenue pire : je commençais à  vomir du sang. Je craignais beaucoup pour mes enfants. Il n’y avait pas de centres de santé fonctionnels où aller pour recevoir des soins. »

L’alimentation thérapeutique prête à l’emploi

« Des gens d’UNICEF et de l’ONG FONLIV sont passés sur site. Ils ont pris des mesures sur les corps de mes enfants et sur moi-même, et nous ont immédiatement donné des Plumpy Nut. Cela fait un mois que mes enfants et moi-même avons commencé la prise des aliments prêts à l’emploi. Cela nous nous sert à la fois de ration journalière mais aussi des médicaments. Depuis, il y a une grande amélioration de l’état sanitaire de mes enfants et sur moi-même. L’UNICEF et l’ONG FONLIV nous ont sauvés la vie, à mes enfants et à moi, en ouvrant des centres de prise en charge des malnutris dans les sites des déplacés. Malgré la grève du personnel médical, nous sommes pris en charge et nous ne pouvons que vous dire ‘Merci’ ! »

Les violences du Grand Kasaï ont provoqué des déplacements de populations massifs. Au mois d’août 2017, plus de 28.000 personnes déplacées ont été comptabilisés dans les provinces voisines du Kwango et du Kwilu. L’arrivée massive de près de 12.000 personnes déplacées à Kikwit, dans la Province du Kwilu, a donné lieu à la mise en place de 11 sites d’encadrement, dont 6 sites présentent une forte concentration (Kazamba, Kanzombi, Mwanga-Dibaya, Carrière, CEDEC et SIMBA Mosala). Sur ces sites, plus de 700 cas de malnutrition aiguë sévère ont été dépistés en juillet 2017 parmi les femmes enceintes, allaitantes et les enfants de moins de 5 ans.

L’UNICEF, à travers le Programme National de Nutrition, fournit des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, à travers l’ONG FONLIV, son partenaire de mise en  œuvre, pour permettre la prise en charge des cas de malnutrition aiguë sévère parmi les déplacés.

Plus d’informations sur le travail de l’UNICEF et de ses partenaires

The following two tabs change content below.

Patricia Kiye

Patricia Kiye, nutritionniste de formation, est Chargée de Nutrition de UNICEF pour les Provinces du Kwango, Kwilu et Mai Ndombe. Elle aime voir les enfants en bonne santé.

Patricia Kiye, is a trained nutritionist in charge of UNICEF Nutrition in the provinces of Kwango, Kwilu and Mai Ndombe. She loves to see children in good health.

Derniers articles parPatricia Kiye (voir tous)

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire