Deux sœurs apportent leur soutien afin de faire de leur école un lieu assaini en RDC

Deux sœurs apportent leur soutien afin de faire de leur école un lieu assaini en RDC

Pour préparer la journée internationale du lavage des mains le 15 octobre 2014, découvrez l’engagement exemplaire de Seya et Baseke, pour le projet “école assainie” réalisé dans leur établissement ! 

Seya and Baseke posent en face des latrines de leur école  ©UNICEF DRC/2014/KAThomas

Seya and Baseke posent en face des latrines de leur école ©UNICEF DRC/2014/KAThomas

Bandundu, en République Démocratique du Congo– Seya, 8 ans et  Baseke, 10 ans sont des sœurs vivant à Bandundu, une petite ville localisée dans l’ouest de la RDC. Elles sont toutes les deux étudiantes de l’école EP Movoto, une école qui a récemment bénéficié du programme Ecole Assainie, de l’UNICEF.

75%des écoles ne sont pas équipées en structures sanitaires
L’accès à l’eau potable et aux toilettes saines est un défi pour de nombreuses personnes résidant en RDC, surtout dans les écoles où environ 75% n’ont pas accès aux nouvelles structures sanitaires. Le programme Ecole Assainie a pour objectif d’assurer que tous les enfants aient accès à l’eau potable, aux toilettes, aux lavabos et que la formation aux compétences pratiques sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH) fasse partie du programme scolaire. Le programme géré en collaboration avec les ministères de l’éducation et de la santé comporte la formation des enseignants qui à leur tour enseigneront aux jeunes enfants les techniques pour améliorer leurs comportements hygiéniques en ce qui concerne l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Des manuels sur l’eau, l’assainissement, l’hygiène et tous les autres thèmes touchant à la santé ont été mis à la disposition des enfants.

Seya et Baseke étaient deux des étudiants les plus dynamiques et ont été invitées par la suite, à joindre la brigade des écoles assainies qui a pour objectifs d’assurer un environnement scolaire sain, des toilettes maintenues propres, où les enfants se lavent les mains et sont fiers de leur apparence.

Seya montre son tablier de la Brigade des écoles assainies ©UNICEF DRC/2014/KAThomas

Seya montre son tablier de la Brigade des écoles assainies ©UNICEF DRC/2014/KAThomas

 

Nous avons joint la brigade car nous souhaitions apporter notre soutien à la promotion de la santé et l’hygiène dans notre école.» Explique Seya.  “ Nous demandons à tout le monde de se laver les mains après être allé aux toilettes et après avoir mangé.  Je demande à mes parents de faire la même chose quand je rentre chez moi le soir. Je dois personnellement m’assurer que notre salle de classe reste propre et que les autres élèves sont rangés.  Ce n’est pas toujours facile, mais j’aime le faire car on peut voir une différence.

Frustré par le manque d’eau potable et d’installations sanitaires, le chef d’établissement a pris contact avec le ministère de l’éducation en 2010.

En 2011, l’école possédait un nouveau point d’eau, 10 blocs de nouvelles toilettes et 3 ensembles de lavabos.  “ Cela a eu un grand impact à l’école – c’est évident quand vous comparez le nombre de personnes présentes et les taux d’inscription qui ont augmenté de juste 349 étudiants en 2008, à 869 de 2014.” Explique  Macaire Mayele du Ministère de  l’Education. “ Nous avons assisté à une vraie réduction de diarrhée et d’autres maladies ici depuis 2010.”

L’école EP Movoto est jusque-là une des 1,253 écoles qui ont participé à l’initiative Ecole Assainie.  Dans les années à venir, des plans sont en route pour élargir ce programme aux côtés du programme Village Assainis, qui a déjà touché 4,226 communautés. Ces programmes sont exécutés en parallèle. Les ménages sont encouragés à construire et maintenir leurs propres toilettes  et lavabos, au même titre que l’accès à l’eau potable.  Ceci signifie que les enfants sont en mesure de  mettre en pratique les comportements sains qu’ils ont appris à l’école.

Cela ressemble à une vrai école à présent.”  explique Baseke.Nous sommes si fiers de pouvoir venir dans ce lieu. J’ai l’impression d’avoir joué un petit rôle dans la mise en place de ce projet. Cela fait du bien.”

Photo : ©UNICEF DRC/2014/KAThomas

Traduit de l’anglais par F.Hammonds

The following two tabs change content below.

Emily Bamford

Emily Bamford est Officier en Eau, Hygiène et Assainissement, basée à New York. Auparavant, elle a travaillé pour l'UNICEF en République Centrafricaine et au Sierra Leone. Elle se spécialise actuellement dans les Approches communautaires d'assainissement total, les forages de puits rentables et la résilience au changement climatique.

Emily Bamford is a UNICEF Water Sanitation and Hygiene Officer, based in New York. Previously she has worked for UNICEF in the Central African Republic and Sierra Leone. She currently specialises in Community Approaches to Total Sanitation (CATS), cost effective borehole drilling and climate change resilience.

One comment

Laisser un commentaire