Écoles et villages assainis

eva

CONTEXTE ET OBJECTIF

Malgré l’importance des ressources en eau de la RDC, 51 millions de Congolais n’ont toujours pas accès à l’eau potable, soit près des trois quarts de la population du pays. Le faible accès à l’eau potable et le manque d’éducation en matière d’hygiène et d’assainissement comptent parmi les causes des taux élevés de morbidité et mortalité, en particulier chez les enfants de moins de 5 ans.

Pour faire face à ces enjeux du domaine de l’eau, l’hygiène et l’assainissement, le gouvernement de la RDC a renforcé ses efforts en vue d’améliorer les conditions sanitaires des zones les plus vulnérables. C’est ainsi qu’en 2006, avec le soutien de ses partenaires et notamment l’UNICEF, il met en place le Programme Village Assaini. Une extension aux écoles, via le Programme Ecole Assainie, interviendra en 2008.

L’Objectif du Programme Ecole et Village Assainis est donc de réduire la mortalité infantile et la propagation des maladies d’origine hydriques, ainsi qu’un accès à l’eau potable favorisé dans les zones rurales et périurbaines.

QU’EST-CE QU’UN VILLAGE ASSAINI?

1. Un village ayant un comité dynamique

2. Au moins 80 % de la population a accès à l’eau potable

3. Au moins 80 % des ménages utilisent des latrines hygiéniques

4. Au moins 80 % des parcelles sont propres

5. Au moins 60 % de la population se lave les mains avec du savon ou de la cendre avant de manger et après avoir été aux toilettes

6. Au moins 70 % de la population comprend le schéma de transmission des maladies à partir des matières fécales et es mesures de prévention

7. Le village est nettoyé au moins une fois par mois

ET UNE ÉCOLE ASSAINIE ?

1. 100 % du personnel enseignant formé à la stratégie « École Assainie », en Éducation à la Santé et à l’Environnement, et 100 % du Comité de parents (COPA) sensibilisé

2. 80 % de manuels pour élèves disponibles : 1 manuel pour 2 élèves ou 1 guide par enseignant

3. 1 porte pour 40 filles et 1 porte pour 50 garçons et 80 % de latrines hygiéniques

4. 100 % d’eau potable disponible et 80 % d’élèves se lavant les mains avec du savon ou de la cendre

5. 1 fois par jour, la cour d’école et les salles de classe sont balayées/nettoyées et les déchets jetés dans un trou à ordure

6. 100 % des brigadiers de santé et d’environnement élus dans les écoles sensibilisés et Opérationnels

L’APPROCHE “VILLAGE ASSAINI” PAS À PAS

0.    La communauté prend connaissance du programme et décide collectivement d’y adhérer, puis soumet une demande formelle a la zone de santé.

1.    Signature du protocole d’accord entre la communauté et la zone de santé.

2.    La communauté élit un comité de village après que la zone de santé ait formé une vingtaine de volontaires sur ce point.

3.    Les acteurs de la zone de sante réalisent une enquête sur les comportements, attitudes et pratiques des ménages du village.

4.    La communauté analyse ses conditions d’hygiène et d’assainissement, grâce à la cartographie communautaire, la promenade d’observation, le classement de dessins des conditions d’hygiène en 3 catégories et l’analyse des voies de transmission féco-orales.

5.    La communauté élabore son Plan d’action communautaire, en classant les interventions décidées par priorités.

6.    La communauté met en oeuvre les activités nécessaires pour améliorer son accès à l’eau et l’assainissement. Les volontaires font la promotion des bonnes pratiques d’hygiène.

7.    L’enquête finale : le bureau de la zone de santé réalise une étude des nouvelles connaissances, attitudes et pratiques acquises par la communauté.

8.    Le médecin-chef de zone vérifie si le village a atteint les normes exigées pour être déclaré Village Assaini. Si c’est le cas, le médecin accorde son certificat au village au cours d’une célébration.

Retrouvez toutes les informations utiles concernant les villages et écoles assainies sur le site officiel:

www.ecolevillageassainis.cd/

The following two tabs change content below.

Adrien Majourel

Adrien Majourel est Officier de communication à l’Unicef RDC et administrateur de Pona Bana. Spécialisé en relations internationales et journalisme, il est convaincu de l’importance de donner de la voix aux enfants car bien souvent ce qu’ils voient échappe à des yeux d’adultes. Son crédo ? « Les enfants sont des énigmes lumineuses » Daniel Pennac

Adrien Majourel is Communications Officer at UNICEF DRC and manager of Pona Bana. Specialized in International Relations and Journalism, he believes it is important to give children a voice as what they see often slips from adult’s grasp. l’importance de donner de la voix aux enfants car bien souvent ce qu’ils voient échappe à des yeux d’adultes. His leitmotiv ? « Children are luminous enigmas » Daniel Pennac

Derniers articles parAdrien Majourel (voir tous)

Pin It on Pinterest

Share This