A Kinshasa, les enfants plaident pour l’eau potable dans leurs écoles

eau potable à Kinshasa

Les Enfants Reporters oeuvrent pour la protection, l’éducation, la santé et la participation des enfants

Nouvellement formés aux techniques de participation et de plaidoyer, les Enfants Reporters de Kinshasa prennent la parole pour garantir l’accès à l’eau et l’hygiène dans leurs écoles.

Une école sans eau courante

Je m’appelle Jean-Claude, j’ai 10 ans et je suis en 5ème année à l’Ecole Primaire 4 de Masina, une commune de l’est de la ville de Kinshasa. Je suis Jeune Reporter depuis le mois de novembre 2017 et je veux partager avec tout le monde ce que je vois ici dans mon école.

Dans mon école, il y a au total 360 élèves et tous souffrent parce que la Régie de Distribution d’Eau (REGIDESO) a coupé l’eau au robinet depuis l’année scolaire 2015-2016. Il paraîtrait que l’école a une grosse dette.

Après avoir suivi la formation comme brigadiers chargés de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement, nous avons compris l’importance de l’eau pour la santé de chacun de nous.  Comme nous avons également été formés pour mener des plaidoyers auprès des autorités, nous avons été voir le chef de secteur de la REGIDESO à Masina pour que l’eau soit rétablie dans notre école. On peut dire que notre plaidoyer va réussir car le chef de secteur a déjà envoyé des agents dans notre école afin de voir comment résoudre ce problème.

En attendant, on a décidé de puiser de l’eau dans une parcelle voisine. Cette eau nous sert à laver nos mains, à nettoyer nos salles de classes ainsi que pour maintenir nos latrines propres et hygiéniques. On espère vraiment que le chef de secteur rapidement prendre une décision car pour aller puiser l’eau dans la parcelle voisine, il faut traverser une route et plusieurs enfants ont été victimes d’accidents de moto.  « L’eau, c’est la vie » mais nous pour le moment, on n’a pas vraiment la vie!

Des mouches pour camarades de classe

Je m’appelle Mimi et je suis un Jeune Reporter de la Ville-Province de Kinshasa. J’ai 11 ans et je suis en 5ème année à l’Ecole Primaire Lutondo, située dans la commune de Ngaliema à l’ouest de la ville de Kinshasa.

Lorsque vous arrivez dans mon école, vous allez voir une grande érosion derrière l’école. Les habitants du quartier viennent, chaque jour, y déverser des saletés. Lorsqu’on est en classe, toutes ces saletés dégagent des odeurs et nous dérangent beaucoup. Il Des mouches qui peuvent venir de là-bas et se poser sur la nourriture que les mamans vendent à la récréation ou à la sortie des classes. Je suis sûr que beaucoup d’élèves tombent malades et s’absentent à cause de cela.

Comme quelques-uns de mes amis et moi avons été formés aux droits de l’Enfant, nous avons plaidé auprès du chef de quartier pour qu’il prenne des mesures afin que la population arrête de jeter des saletés dans cette érosion. Je suis convaincue qu’il va le faire parce que l’article 24 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant dit que « les Etats parties reconnaissent le droit de l’enfant de jouir du meilleur état de santé possible et de bénéficier de services médicaux et de rééducation ». Le chef de quartier doit agir car il est le représentant de l’Etat chez nous.

Des latrines pour les maitres et maitresses mais pas pour les élèves

Je m’appelle Ornella et je suis aussi élève en 5ème année à l’Ecole Primaire Lutondo. Dans mon école, nous manquons de latrines hygiéniques et depuis très longtemps, les élèves vont faire leurs besoins derrière les salles de classe ou dans les maisons voisines.

Pourtant, nos maîtres et maîtresses, eux, ont des latrines à l’école. Avant d’être formée aux droits de l’Enfant, je ne voyais pas de mal à ça mais maintenant, je ne trouve pas cela juste. Nous, on va bientôt avoir des latrines mais les élèves des écoles voisines ne savent pas où aller lorsqu’ils ont besoin de faire pipi ou caca. Ils vont être victimes d’infections ou de la fièvre typhoïde. Je demande d’aider aussi ces enfants à avoir des latrines hygiéniques dans leurs écoles.

Si vous ne le faites pas, les enfants vont continuer à tomber malades et à échouer aux interrogations et aux examens. L’article 24 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant dit que les Etats parties doivent « lutter contre la maladie et la malnutrition, y compris dans le cadre des soins de santé primaires, grâce notamment à l’utilisation des techniques aisément disponibles et à la fourniture d’aliments nutritifs et d’eau potable, compte tenu des dangers et des risques de pollution du milieu naturel ».

Enfants Reporters et brigadiers chargés de l’eau

L’UNICEF, en partenariat avec Oxfam et le Réseau des Encadreurs pour l’Initiation à la Participation des Enfants (RIEPE), met en œuvre le Programme national « Villages et écoles assainis » dans les écoles péri-urbaines de Kinshasa. Grâce au financement du Comité national belge, 24 Enfants Reporters ont été formés sur les rôles et responsabilités des brigadiers chargés de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement.

A la suite de leur formation, les Enfants Reporters ont fait une séance conjointe de plaidoyer auprès de la REGIDESO pour assurer l’accès à l’eau potable pour 2.100 élèves. En décembre 2017, le directeur du département technique de la succursale de Masina a donné son accord pour approvisionner deux écoles en eau potable.

D’autres plaidoyers des Enfants Reporters:

The following two tabs change content below.

Junie Flegere

Junie Flegeretravaille à la Section WASH (eau, hygiène et assainissement) de l'UNICEF RDC et s'occupe de promouvoir les pratiques d'hygiène au sein des communautés. Actuellement presque 2 millions de décès chaque année sont dus aux maladies liées à un manque d'assainissement, et 90% sont répertoriés chez les enfants de moins 5 ans.

Junie Flegereworks in UNICEF DRC's WaSH (Water, Hygiene and Sanitation) Section and is in charge of promoting hygienic practices among communities. At present, nearly 2 millions deaths each year are cased by diseases that result from a lack of sanitation and 90% of deaths concern children under 5 years old.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire