Ebola à Likati : la contre-attaque UNICEF. Nous sommes les doigts d’une même main.

BLOGMon tel sonne. Je suis chez moi à Kisangani (province de la Tshopo) où je travaille comme responsable du bureau de l’UNICEF pour les provinces voisines de la Tshopo et du Bas-Uélé. Il est 22h30.  Lorsque je vois le numéro du Représentant ai de l’UNICEF en République Démocratique du Congo (le Dr Tajudeen Oyewale) s’afficher sur l’écran de mon téléphone, j’essaie de faire le rapprochement avec l’heure.  A cette heure, un coup de fil de Tajudeen ? Ca ne peut être qu’une catastrophe.  Effectivement, cela en est bien une : Ebola.

“Effectivement, cela en est bien une : Ebola”

« Olala ! » C’est tout ce que je parviens à dire lorsque Tajudeen m’annonce que la suspicion du cas de Fièvre Hémorragique a Virus Ebola (FHVE) dont nous avions eu vent pendant la journée du 06 mai 2017 a été confirmée positive.  Mon superviseur et Chef du bureau de l’UNICEF Zone Est à Goma, Thierry Dentice, m’envoie un message sur WhatsApp qui résume à lui seul toutes nos émotions face à la situation : « Aïe ! ».  Le mot Ebola réveille des souvenirs douloureux remontant à 2014 : les dizaines de milliers de morts de la Guinée, Sierra Léone et du Libéria et… de la RDC.

“C’est donc la guerre”

Au niveau de l’UNICEF, l’urgence est là.  Telle une fourmilière, tout le monde se mobilise désormais autour de la réponse à l’épidémie qui cette fois, a fait son irruption à Likati, une localité située à 160 Kms de Buta, chef-lieu de la province du Bas-Uélé.

Pour que l’aide et les intrants puissent atteindre Likati, il faut d’abord que le Ministre de la santé à Kinshasa se conforme au règlement sanitaire international à travers la déclaration officielle de l’épidémie. C’est chose faite le 11 mai 2017, à travers un message que le Dr Oly Ilunga prononce sur la chaine nationale de radiotélévision. Il demande surtout à la population de ne pas céder à la panique.  En effet, il s’agit pour la RDC de la huitième épidémie de cette nature et les ressources humaines nationales ont acquis l’expérience et le savoir-faire nécessaires pour contenir la maladie.

C’est donc la guerreUne de plus pour la RDC qui se bat déjà sur plusieurs autres fronts en ce mois de mai 2017 : le grand Kasaï, le poliovirus sauvage dérivé du vaccin, les déplacés internes, l’insécurité persistante à l’Est, les réfugiés des pays voisins tels que la République centrafricaine, le Sud Soudan, la situation politique interne …et maintenant la maladie a virus Ebola (MVE) !

Lutte contre Ebola à Likati : une riposte rapide et coordonnée

Aujourd’hui, plus d’un mois après le démarrage des opérations d’assistance à la zone en épidémie, et grâce à la riposte rapide et coordonnée, nous voyons le bout du tunnel car la situation se stabilise à Likati.  Il y a quelques jours, tous les collègues du bureau de la RDC ont pu s’exprimer à travers une téléconférence sur cet épisode de notre travail et de notre engagement en faveur des enfants.  A cette occasion, chacun à son niveau s’est remémoré comment il a vécu cette urgence Ebola.  Le Dr Tony Byamungu de la section Survie de l’UNICEF à Kinshasa a donné son témoignage du travail effectué à Likati, où il a assuré la coordination de l’assistance et obtenu entre autres que des médicaments puissent arriver dans les centres de santé qui en étaient totalement dépourvus.

Pour ma part, à partir de Buta, je gardais un œil sur la gestion quotidienne de mon bureau à Kisangani et veillais au bon flux d’informations, des collègues, matériels/équipements, entre Goma-Likati-Buta-Kisangani-Kinshasa. Chaque jour, une réunion téléphonique était initiée par le bureau national de l’UNICEF à Kinshasa sous la coordination de le Représentant ai le Dr Tajudeen Oyewale et du coordinateur de la réponse de l’UNICEF le Dr Hamady Ba, réunissant par téléphone tous les collègues impliqués dans la réponse à Kinshasa, Goma, Kisangani et Likati. La mise en œuvre du plan de réponse de l’UNICEF a la maladie a virus Ebola, développé dans le contexte du plan national de réponse, est parcouru.

Sur demande du gouvernement, l’UNICEF a coordonné la réponse dans les secteurs de l’Eau, Hygiène et Assainissement (EHA); et de la communication des populations.

Parmi les artisans du plan de réponse de l’UNICEF, il y avait aussi mon collègue le Dr Pierre Bakatubia.  Ce plan visait à contribuer au contrôle et à la réduction de la mortalité et de la morbidité liées à l’épidémie de la Maladie à Virus Ebola dans la province du Bas-Uélé et à prévenir sa propagation dans le reste de la RDC. Il prévoit aussi un renforcement des services de santé dans la zone de santé Likati, pour que la région soit mieux à même de gérer les besoins de santé de sa population et se prévenir d’éventuels autres périodes d’épidémie d’Ebola.

Un déploiement de grande ampleur sur le terrain

La réponse nécessitait le déploiement de collègues sur le terrain. Des collègues furent envoyés de Kinshasa, de Matadi, de Goma et de Kisangani vers Likati, l’épicentre de l’épidémie pour porter assistance et mettre en œuvre le plan de réponse de l’UNICEF. Le Dr Tony déjà cité et de notre collègue Astrid Nsuka, en charge du programme de communication pour le développement dans notre bureau de Matadi, furent parmi les premiers à partir – avec leur tente – vers Likati.

Et puis il y a eu Nelly Katende et Patrick Lonji, nos logisticiens, qui étaient au four et au moulin pour s’assurer que tous les intrants (radios GPS, onduleurs, relais VHF, motos et accessoires, savons de toilette, seaux en plastique avec robinet, purifiants d’eau, etc.) étaient bien embarqués à bord des avions affrétés à destination de Likati.

Ebola à Likati: une écolière se lave les mains en prévention

Jean-Marie Mulapu, notre collègue ICT n’a pas ménagé ses efforts pour démêler les dizaines de mètres de câbles électriques et pour que les « matos » comme il les appelle (Bgan, GSM, etc.), soient opérationnels et permettent à tous de communiquer sur la bonne fréquence, de rester connectés et de répondre « présents » lors des téléconférences.

Grâce aux supports de communication tels que les affiches et dépliants qu’Hervé Mwamba, Communication pour le développement au bureau de Kisangani, a envoyés dès le début de la riposte contre l’épidémie à la Division provinciale de la santé du Bas-Uélé, la communication continue avec les communautés a été largement facilitée.

Farellia Tahina, Spécialiste communication pour le développement venue en appui de Kinshasa, a notamment accompagné notre consultant C4D, Jean-Claude Nzengu dans les activités de sensibilisation des communautés contre la maladie Ebola à Buta.

Durant cette épidémie, le Dr Félicien Molima, Spécialiste de la Planification à Goma, a contribué lors de son séjour de travail à Kisangani et Buta, à assurer la coordination de l’assistance et à prodiguer de précieux conseils à tous les collègues de Kisangani et aux membres des différentes sous-commissions regroupés au sein du CPC du Bas-Uélé.

Faire connaître la situation au public

Une fois arrivé à Likati, Dieudonné Muhindo, notre collègue EHA de Kisangani a rapidement mis le pied à l’étrier, pour que les activités d’Eau, Hygiène et Assainissement (EHA) soient effectives et que les communautés s’en approprient. Des unités de lavage de mains furent installes dans des lieux publics : marche, écoles, églises, etc.

Astrid Nsuka de la section communication pour le développement à Matadi, s’est impliquée dans la sensibilisation des populations affectées de la Zone de santé de Likati, afin qu’elles adoptent les bons gestes qui sauvent la vie, comme par exemple le respect des mesures de protection tel que le  lavage régulier des mains à l’eau propre et au savon ou à la cendre.  Au marché, dans les églises et autres lieux publics, elle a sans relâche parlé en lingala avec les leaders communautaires, les responsables des chefferies et groupements pour qu’à leur tour, ils transmettent les informations correctes aux chefs des villages et aux membres des communautés.

Matin, midi et soir et… parfois la nuit, Yves Willemot, chef de la Communication à Kinshasa,  a insisté pour que nous lui envoyions toutes les photos des activités «parlantes» réalisées à Buta et Likati, en vue d’illustrer toutes les différentes phases de notre intervention dans la réponse à l’épidémie Ebola au Bas-Uélé.  Ensemble avec le Dr Hamady Ba, ils ont régulièrement condensé la réponse UNICEF aussi bien dans les sitreps qu’à travers les plateformes digitales à l’intention du public et des bailleurs.

Sur le front de l’épidémie

Pendant ce temps, le bureau de Kisangani a poursuivi les activités du programme régulier avec l’appui d’Aimé Dunia/OIC, de Louis Khuwa, notre Sr Admin/Fin qui gère les Opérations et qui a facilité le départ à Likati de  Dieudonné Muhindo, Wash Officer au bureau de Kisangani, qui a été le premier à se rendre sur le front de l’épidémie. Là, il s’est vite intégré dans le Comité Local de Coordination (CLC), dont il a été désigné « Président » de la sous-commission EHA. En collaboration avec les partenaires, il a fait installer des stations de lavage des mains dans les deux centres TENAFEP, les huit centres d’inscription de la CENI, distribué des affiches sur la prévention contre Ebola, des seaux en plastique, du chlore, des cartons de savons, des gants de ménages, etc. Il a aussi briefé la population de la zone de sante de Likati sur la gestion des déchets en milieu de soins, le nettoyage et la désinfection, participé à la constitution des comités d’hygiène dans les centres et postes de santé.  Jean-Marie Bofio, son homologue de Goma, a transité par Kisangani avant de se rendre à son tour à Likati le relayer. Lors de cette escale d’un jour et demi, son appui au bureau de Kisangani a permis à Dieudonné de rattraper un tant soit peu le retard dans la finalisation des fiches techniques causé par l’urgence Ebola.

Aussi bien à Buta qu’à Kisangani, Djuma, Jean-Claude et Jonathan, nos collègues chauffeurs, ont « avalé » tous les jours sans broncher, les kilomètres entre l’aéroport de Bangboka (Kisangani) et le bureau UNICEF ou entre l’aéroport de Buta et le centre-ville, pour assurer qu’à la fois les collègues, les matériels et équipements soient embarqués dans les hélicos reliant Kisangani-Buta et Likati.

Les résultats sont visibles, l’épidémie recule !

Tels les doigts de la main, nous avons tous soutenu l’intervention grâce aux prises des bonnes décisions à temps à Kinshasa et à Goma. Les résultats sont visibles, l’épidémie recule.  Depuis de plus de 21 jours – période dangereuse de propagation – il n’y a plus eu de nouveau cas. Le plus dur est en principe derrière nous. Mais, il nous faudra rester alerte, pour faire fasse a de potentiels nouveaux cas d’épidémie a l’avenir.

Plus d’informations sur l’épidémie d’Ebola à Likati

The following two tabs change content below.

Bibiane Ambongo

Bibiane Ambongo is a Communications Specialist at UNICEF Kinshasa, where she has worked for many years. She is particularly concerned with presenting the DRC as a country which is moving forward and finding its feet. And if children are at the heart of it all, they just have to be taken by the hand so they can reveal their talents. And Heaven knows, they have plenty!

Bibiane Ambongo est Spécialiste communication à l’UNICEF Kinshasa où elle travaille depuis de nombreuses années. Donner l’image d’une RDC qui se cherche et qui avance la préoccupe. Alors, si les enfants sont au centre de cette dynamique, il faut absolument les prendre par la main pour qu’ils révèlent leurs talents. Et Dieu sait s’ils en ont !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This