Éducation – Enjeux majeurs en RDC

Girl smiling - the flower she wears on her forehead is for the International Women Day; at Kakoy Primary School, in Kakoy.

DES FRAIS D’ÉDUCATION TROP ÉLEVÉS

En 2010, une politique d’annulation des frais d’éducation a été annoncée par le Président ; cependant son impact est limité. Les parents ont toujours à charge la majorité des coûts directs et indirects, dont les frais de fonctionnement des écoles et les primes des professeurs qui ne sont pas dans le système officiel ou sont payés en retard. L’UNICEF apporte sa contribution à l’évaluation formative de cette politique en vue de guider sa réorientation.

PART DE L’ÉDUCATION DANS LE BUDGET NATIONAL

En 2008-2010, le budget du secteur de l’éducation constituait 3 % du PIB et seulement 8,5 % du budget national. Bien que la part de l’éducation dans le budget national soit passée à 13 % en 2013, la plus grande partie des fonds nationaux sert à payer les salaires (voir le Plan intérimaire pour l’éducation 2012-2016). Le corps des enseignants représente 80% du secteur de l’éducation publique, tandis que le financement d’autres éléments tels que les opérations ou les investissements reste faible et souvent inefficace. On estime qu’un déficit de 270 millions de dollars doit encore être comblé par le Plan intérimaire pour l’éducation du gouvernement.

QUALITÉ ET INVESTISSEMENTS

Il manque aux enfants des connaissances de base, et plus un élève progresse sur l’échelle scolaire, plus la rétention baisse. Les inquiétudes majeures en matière de qualité incluent le manque d’investissements dans la formation de base des enseignants et l’absence d’avantages qui pourraient attirer des personnes de qualité à s’engager dans cette profession. Le programme est surchargé, avec des contenus sans rapport avec les besoins du 21ème siècle, notamment en matière de compétences économiques, sociales et émotionnelles utiles dans le monde du travail. L’UNICEF et ses partenaires travaillent ensemble pour améliorer l’acquisition des compétences fondamentales majeures que sont la lecture, le calcul et les connaissances essentielles à la vie quotidienne. L’UNICEF soutient également un nouveau programme d’éducation à la paix (Peace Building in Education) qui renforcera la résilience des enfants, de leurs parents et des institutions afin de prévenir, de gérer et de faire face aux conflits et à la violence dans les écoles et autour des écoles.

 

The following two tabs change content below.

Adrien Majourel

Adrien Majourel est Officier de communication à l’Unicef RDC et administrateur de Pona Bana. Spécialisé en relations internationales et journalisme, il est convaincu de l’importance de donner de la voix aux enfants car bien souvent ce qu’ils voient échappe à des yeux d’adultes. Son crédo ? « Les enfants sont des énigmes lumineuses » Daniel Pennac

Adrien Majourel is Communications Officer at UNICEF DRC and manager of Pona Bana. Specialized in International Relations and Journalism, he believes it is important to give children a voice as what they see often slips from adult’s grasp. l’importance de donner de la voix aux enfants car bien souvent ce qu’ils voient échappe à des yeux d’adultes. His leitmotiv ? « Children are luminous enigmas » Daniel Pennac

Derniers articles parAdrien Majourel (voir tous)

Pin It on Pinterest

Share This