Elles chantent la santé !

Elles chantent la santé !

L’histoire derrière la photo

Quelle ambiance ! J’arrive dans le village d’Athenée et la musique résonne, les femmes du village entonnent à cœur joie une chanson qui explique l’importance de l’allaitement, comment bien nourrir ses enfants, et prodiguent bien d’autres bons conseils.

Elles brandissent fièrement un drôle de sachet et appellent tout le village à les rejoindre : c’est jour de causerie éducative au village. On m’explique que leur rôle est de répondre aux interrogations et de conseiller les mères sur la santé de leurs enfants.

Cette chanson qu’elles entonnent à chaque occasion loue ainsi les mérites de la moustiquaire pour se protéger du paludisme.

Ce sachet avec lequel toutes les femmes sont venues est un kit familial. Il contient des médicaments pour traiter la fièvre et la diarrhée ainsi qu’un coupon pour aller faire soigner son enfant sans frais.

C’est un moment d’éducation, un moment clé dans la lutte contre la mortalité infantile mais c’est surtout un fort moment de partage que je suis en train de vivre, un instant de joie au plus proche des populations.

De mon œil d’étrangère, je suis le témoin de cette communauté qui se prend en main, qui agit pour se protéger et améliorer la santé de ses enfants.

Contexte

Cette photo a été prise en plein cœur de ce que l’on appelle de manière un peu trop technique le Cadre d’Accélération des Objectifs du Millénaire pour la réduction de la mortalité infantile et maternelle. En bref, tout commence avec la distribution du kit familial. On explique bien à la famille ce qu’il contient et comment s’en servir.

L’idée c’est d’amener la santé à la maison pour prévenir l’impossibilité des ménages à payer les soins de santé de leur enfant quand il tombe malade.

Ensuite il y a les visites régulières des relais communautaires. Enseignants, cultivateurs, ils sont les hommes et les femmes de leur communauté qui ont décidé de s’engager bénévolement sur leur temps libre à visiter 40 ménages par mois et s’assurer que le kit est bien utilisé, que les enfants sont en bonne santé, que toute la famille dort sous une moustiquaire, …

Le dernier maillon de la chaîne contre la mortalité infantile c’est le centre de santé. En dernier recours, si l’enfant ne guérit pas, la famille peut utiliser le coupon donné dans le kit et qui donne droit à une consultation médicale pour une somme modique.

Ce sont autant d’acteurs que j’ai eu la chance de rencontrer pendant ma mission terrain et dont le combat m’a inspiré espoir et admiration pour ce beau pays qu’est la République Démocratique du Congo.

The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire