De la prise en charge des enfants soldats à leur réinsertion sociale

enfants soldats en RDC

Depuis l’inclusion des FARDC comme partie au conflit qui recrute et utilise les enfants dans l’annexe du rapport annuel du Secrétaire Général des Nations Unies sur les enfants dans les conflits armés en 2003, la République Démocratique du Congo a aménagé des efforts multiples pour mettre fin à cette grave violation.

Le RDC engagée pour mettre fin au recrutement d’enfants

La RDC a adopté une Loi Portant Protection de l’Enfant en 2009 qui puni le recrutement, a signé un Plan d’Action en 2012 pour adopter des actionnes concrètes face à ses engagements et le Président a nommé une conseillère en la matière pour renforcer la lutte contre le recrutement et utilisation et les autres violations graves des droits des enfants.

Les acteurs de protection accompagnent les efforts du Gouvernement et plaident pour qu’un système durable de prévention soit mis en place surtout en ayant fait le constat que la gestion de la réponse demande une logistique importante dans l’ensemble des territoires du pays.

Une assistance en faveur des enfants associés aux groupes armés

En effet, entre 2013 et août 2016, 533 enfants associés aux groupes armés (16 filles et 517 garçons), ont été assistés dans l’ex-province de l’Equateur, dans la province du Kongo Central, dans la ville de Kinshasa, dans Kamina (ex-province de Katanga), avec le concours des partenaires en collaboration avec le Comité International de la Croix Rouge (CICR) et la Section Protection de l’Enfant de la Mission de l’Organisation des Nations Unies  pour la Stabilité au Congo (MONUSCO).

Faisant allusion aux 26 enfants venus de Kitona (Kongo Central) en avril 2016, Remy Mafu, du Réseau des Éducateurs des Enfants et Jeunes de la Rue (REEJER), souligne que « les enfants qui passent dans nos centres ne sont pas tous originaires de l’Est. Ils proviennent aussi des autres provinces et sont réunifiés (avec leur famille) dans presque toutes les provinces du pays ».

Une collaboration étroite et nécessaire

La collaboration entre Gouvernement et acteurs de protection est donc d’autant plus essentielle pour que les enfants ne quittent pas leurs zones d’origine et ils soient plutôt assistés sur place.

Dans l’attente qu’une prévention systématique se renforce, afin de pouvoir garantir des interventions à plus long terme et à travers le pays tout entier, il est important que les bailleurs des fonds apportent des fonds pour les activités de réunification et de réinsertion dans la partie centrale et occidentale de la République Démocratique du Congo.

Plus d’informations à propos des enfants soldats en RDC

Merci aux coopérations suédoise (SIDA), américaine (USAID), canadienne (ACDI/CIDA), japonaise (JICA), néerlandaise, belge ainsi qu’à l’UNICEF France, l’AMADE, UNICEF Allemagne et l’aide antérieure du CERF pour leur soutien aux programmes d’assistance aux enfants anciennement associés aux forces et groupes armés.

Photo: UNICEF DRC 2015 Dubourthoumieu

The following two tabs change content below.

Billy Nkono

Billy Nkonoest Administrateur à la Protection de l’Enfant à UNICEF Kinshasa et travaille depuis 2006 dans le domaine des enfants affectés par les conflits et les urgences humanitaires. Avant l’UNICEF, il a travaillé comme Assistant aux services communautaires à l’UNHCR et à l’IRC . Il vient d’obtenir un diplôme en Protection et droits de l’enfant. Billy croit que la protection de l’enfant est la clé pour atteindre la paix et le développement durable. Il milite pour le respect des droits des enfants par tous.

Derniers articles parBilly Nkono (voir tous)

One comment

  • Merci à l’UNICEF avec les efforts pour la prise en charge des enfants Soldats soit associé aux groupes armes en RDC,le Gouvernement congolais doit multiplier les efforts aussi pour les bien-être des enfants vulnérable.
    Le Maniema est oublié dans le DDR ||| or les groupes armes sont présent dans les différents coins de la province.

Laisser un commentaire