Que faire pour que les enfants vulnérables puissent étudier?

enfants vulnérables en IturiENFANTS REPORTERS – Nous, Shana, Daniella et David, Enfants Reporters de l’Ituri, avons effectué une descente à la rencontre des élèves dans une des écoles de Mandro, une localité environnante de la ville de Bunia. Le but était de nous imprégner de l’action pour la scolarisation des enfants vulnérables en Ituri.

Trop d’ enfants vulnérables en Ituri ne vont pas à l’école

Que peut-on faire pour que tous les enfants, même les plus vulnérables, ceux qui ont perdu leur père ou leur mère ou dont les parents ne peuvent pas payer les frais scolaires, puissent aller à l’école?

A l’école primaire Saint Augustin de Mandro, nous sommes allés voir l’avancée de la protection sociale soutenue par l’UNICEF pour les enfants vulnérables dans les écoles primaires de la sous-division de Djugu, et de comprendre à la même occasion l’impact des kits scolaires distribués aux enfants de la première année pour leur scolarisation.

Mapenzi, une enfant vulnérable avec un grand rêve

Mapenzi, 8 ans, souriante et engagée, orpheline de père et mère, nous explique son parcours avant sa vie scolaire : « je ne savais même pas si un jour je me retrouverais avec d’autres enfants avant que l’équipe de Caritas et de l’école primaire Mandro me sélectionne parmi les enfants du projet. Je peux écrire mon nom et comprendre d’autres choses que je ne pouvais pas avant ».

Très petite, mais déjà Mapenzi a un grand rêve, celui de travailler dans un orphelinat un jour. Pourquoi ? « Comme j’ai bénéficié d’une assistance, j’aimerais bien décrocher mon diplôme et après venir en aide à d’autres enfants une fois que je serai adulte. C’est bon d’aider les autres ». Mapenzi, 2e primaire fait partie des 30 enfants vulnérables (orphelins, abandonnés par les familles, …) qui bénéficient de ce projet dans cette école, de la première à la troisième année.

Connaissez-vous les kits scolaires?

Après notre entretien avec les élèves de première année, l’un d’eux a lancé un appel : « je veux qu’on continue à nous aider avec des matériels qui nous aident énormément vue la pauvreté de nos parents, merci à l’UNICEF qui ne cesse de se battre pour l’éducation des enfants dans notre village » ces enfants ont reçu chacun des crayons, cahiers et autres fournitures scolaires. Dans cette sous-division, la distribution des kits scolaires aux enfants de la première année fait partie des actions importantes qui contribuent au maintien de plusieurs enfants en âge scolaire à l’école.

Saviez-vous que les jeux aussi peuvent attirer les enfants à l’école ?

C’est ce que nous a relaté Monsieur Etienne LOBHO, Directeur de l’Ecole primaire Saint Augustin Mandro. « L’effectif a sensiblement augmenté cette année avec pour cause le championnat de football que nous avions organisé l’année passée et certains jeux parascolaires dans le cadre du même projet ». Le Directeur a fini par solliciter la continuité de ce projet qui ne dure que 3 ans, car selon lui beaucoup d’enfants, et pas seulement vulnérables bénéficient d’une manière consistante de ce projet. Chose que les parents que nous avons contactés soutiennent aussi.

Notre bilan

Comme nous l’a expliqué l’administratrice Education de l’UNICEF à Bunia, Angele Wakusomba, ce projet vise à prévenir et réduire les facteurs d’exclusion en vue d’améliorer la participation et la réussite scolaire de 30 enfants vulnérables  par école avec un total de 11,910 enfants répartis dans 397 écoles de la sous division de Djugu en Ituri. Ce projet est soutenu par la distribution des kits scolaires aux enfants de la 1ere année de la même sous division.

Ce projet s’étend aux élèves de toute l’école à travers les jeux récréatifs et les clubs d’élèves  organisés 2 fois la semaine, les cours de tutorat aux élèves ayant des difficultés d’apprentissage à la lecture, l’écriture ou en mathématiques 3 fois la semaine. Charmante, Gosi Grace, une des animatrices de la Caritas Bunia qui suit ce projet nous a expliqué que suite à la subvention reçue par chaque école, certaines sont parvenues à se construire des latrines pour toute l’école, etc. Tel est le cas de l’EP Mandro.

A ce jour dans l’Ecole Primaire Mandro, le taux d’inscription a augmenté comme celui de la réussite, celui de l’abandon diminue progressivement.

L’éducation est l’affaire de toute la communauté

Nous, Shana, Daniella et David, nous exhortons le gouvernement congolais et ses partenaires de multiplier les efforts pour que la distribution des kits aux enfants et l’appui pour le maintien des enfants à l’école soient intensifiés afin que ces enfants d’aujourd’hui deviennent valablement les responsables de demain.

« Personne ne vient d’une génération spontanée ». La communauté locale au nom de la solidarité africaine doit se soucier tant soit peu de l’avenir de ces enfants. Car après tout, l’enfant reste enfant de la communauté.

En savoir plus sur la situation de l’éducation en RDC

Photo: UNICEF RDC 2016 Justine Mounet

The following two tabs change content below.

Enfants Reporters Ituri

Suite à leur initiation à l'écriture de blogs, les Enfants Reporters de Bunia vous proposent leurs premiers articles.

After a blog writing workshop, the Young Reporters of Bunia are pleased to share their first papers.

One comment

  • L’etat congolais a la lourde charge de faire etudier tous les enfants.Commencer d’abord a recenser tous les enfants dans un coin donne.Effectuer un pladoyer aupres de l’autorite politico admnistrative pour qu’elle s’impregne de la situation.Etant donne que c’est un fait social,on peut integrer ces enfants dans une ecole avec une prise en charge par un organisme comme l’Unicef.

Laisser un commentaire