Enregistrement des naissances: innovation de l’Équateur

unicefrdc2016kahigwa-1Dans l’ex-province de l’Équateur, seulement 18% des enfants de moins de 5 ans sont enregistrés à la naissance; et seulement 10% ont un acte de naissance en mains1. La différence entre les 2 pourcentages représente le pourcentage de naissance effectivement transcrits mais qui n’ont pas été récupérés par les parents. Afin de réduire l’écart entre le nombre total d’enregistrements effectués et le nombre d’actes de naissance remis aux parents, de nouvelles stratégies ont été mises en place.

Enregistrement des naissances: des volontaires Croix-Rouge dévoués à l’activité

Pour améliorer le taux d’enregistrement des naissances, la Croix-Rouge nationale s’est fortement intéressée aux activités liées aux enregistrements dans l’ex-province de l’Équateur. Au début, les bénévoles Croix-Rouge intervenaient en tant que collecteurs de procurations aux cotés d’agents vaccinateurs. Aujourd’hui, la stratégie a évolué et des bénévoles apportent un appui précieux aux agents communautaires rédacteurs des registres de naissances, pour s’assurer que les informations contenues dans les registres de naissances soient transcrites en actes de naissance et remis aux parents.

Des résultats visibles grâce à des bureaux secondaires mobiles

Les efforts supplémentaires des volontaires la Croix-Rouge ont encouragé les officiers d’état civil à augmenter le nombre d’enfants à enregistrer dans les 90 jours suivant la naissance. Avec l’aide des volontaires communautaires possédant une bonne calligraphie, des chefs de quartier aux coins des rues se chargent de recevoir et de convertir les procurations et de lancer des messages de sensibilisation diffusés par mégaphones. Résultat : des actes de naissance convertis et remis aux parents concernés.

Remise symbolique du certificat de naissance

Les bureaux d’enregistrement mobiles permettent aux parents de rapidement récupérer les actes de naissance. Les parents communiquent le nom de leur enfant ainsi que l’adresse de leur résidence à l’officier d’état civil et l’acte leur est délivré.

De plus en plus de parents sont convaincus de l’importance des actes de naissance

Un père du prénom de Jean témoigne : « Parce qu’ils n’avaient pas d’acte de naissance, les enfants d’un de mes voisins ont été bloqués à l’aéroport de Kinshasa avec leur maman, alors qu’ils venaient rejoindre leur papa sur son nouveau lieu d’affectation. La mère de ces enfants a été taxée de vouloir voler les enfants. C’est quand mon voisin me racontait cette histoire que j’ai compris l’importance de ce document auquel nous n’accordons que trop peu d’importance. J’en suis maintenant conscient et je parlerai à tous mes proches de l’enregistrement des enfants à l’état civil. »

Enregistrement et certificat de naissance

Une maman commerçante, vendeuse de fournitures de bureau au centre-ville de Mbandaka, du nom de Sylvie témoigne: « Ma fille, élève à la 5ème des Humanités au LycéeEsengo de Mbandaka avait satisfait au concours des Enfants Reporters de Mbandaka pour aller représenter la province de l’Équateur au Forum de l’espoir des enfants des pays de la région des Grands Lacs à Bujumbura. L’acte de naissance figurait parmi les documents nécessaires pour constituer le dossier du voyage. Ma fille n’ayant pas été enregistrée à l’état civil à sa naissance, je n’ai pas eu de choix que d’aller lui chercher un jugement supplétif au Tribunal de Grande instance de Mbandaka au risque de devoir annuler son voyage. Avec les frais de justice et les honoraires de l’avocat, cela a couté 250$. J’ai alors compris l’importance de ce document auquel j’accordais, moi aussi, trop peu d’importance. Je suis maintenant convaincue et je transmettrai le message à tous mes proches. »

Il y a de plus en plus de parents  comme Jean et Sylvie qui commencent à se rendre compte qu’enregistrer leurs enfants à l’état civil constitue la preuve qu’ils en sont les parents.

L’Unicef sensibilise les parents qui ne sont pas encore convaincusEnregistrement des naissances

Cependant, les témoignages de Jean et Sylvie n’ont pas forcément le même effet aux oreilles de certains de leurs pairs. Pour ces autres parents, l’acte de naissance n’est utile que pour divers déplacements à l’étranger ou dans le pays. Pour ces  enfants qui ne risquent pas de voyager de sitôt, l’acte de naissance ne serait donc pas indispensable.

Les unités d’Unicef RDC en charge de la protection de l’enfant et de la communication pour le développement (C4D) collaborent étroitement pour sensibiliser les communautés sur l’utilité identitaire de l’acte de naissance et sa gratuité si l’enregistrement est effectué avant le délai légal de 90 jours. Ces efforts de sensibilisation lèvent progressivement le goulot.

Les parents sont émerveillés d’obtenir l’acte de naissance le même jour que la procuration et que la transcription des données dans le registre. La remise de l’acte de naissance directement par les mains des autorités compétentes des provinces est un évènement solennel, particulier, une journée mémorable pour ces parents qui reçoivent ce passeport de protection.

Les parents confient aux collecteurs : « Nous n’hésiterons plus à inscrire nos enfants dans le registre de naissance, le « Buku ya l’état », (appellation du registre de naissance en lingala). Nos enfants obtiennent un double privilège : être vaccinés et être reconnus comme citoyens ! »

D’autres initiatives d’enregistrement des naissances

Retrouvez ici l’ensemble des articles relatifs à l’enregistrement des naissances en RDC

Photos : UNICEF DRC Kahigwa 2016

Enregistrement des naissances

L’enquête démographique et de santé 2013-2014 renseigne que seuls 25% des enfants de moins de cinq ans sont enregistrés à l’état civil, et uniquement 14% ont un acte de naissance. Ceci s’explique par un système d’enregistrement peinant à atteindre les nouveaux nés, ce qui est accentué dans les zones de conflits. Le programme d’enregistrement des naissances à l’état civil se concentre sur la systématisation de l’enregistrement des nouveau-nés par un rapprochement des services de santé et de l’EC et la mise en place d’un plus grand nombre de bureaux d’Etat Civil permettant ainsi de réduire les distances à parcourir pour les jeunes parents. L’UNICEF mène également des activités ponctuels visant les enfants les plus vulnérables ayant dépassé le délai légal d’enregistrement et notamment les enfants sortis des forces et groupes armés et les victimes de VBG.

 

The following two tabs change content below.

Leonie Kahigwa

Leonie Kahigwa est chargée de Protection de l’enfant à l’UNICEF. Elle est convaincue que le respect des droits des enfants ainsi que leur pleine jouissance passent par une appropriation communautaire. Elle est très engagée aux côtés des enfants depuis 2008 est poursuit ce chemin vers un vécu des droits des enfants comme une réalité. Elle reste convaincue que la pauvreté ne saurait être un prétexte pour bafouer les droits des enfants, on peut vivre pauvre et digne.

Leonie Kahigwa is in charge of Child Protection for UNICEF DRC. She believes firmly that respect and effectivity of children’s rights lies on community ownership. Since 2008, Leonie is involved in defending the rights of children. She remains convinced that poverty can not be an excuse to violate the children's rights, we can live poor and in dignity.

4 comments

  • La LIZADELL Nord Ubangi en collaboration avec la Croix Rouge continuent à fournir les efforts et stratégies pour enfin accroitre le résultat du projet, à l’heure où nous publions ce rapport mi-parcours, nous avons dans chaque territoire un point focal qui supervise les activités du projet et nous envoi le feedback. Nous sommes ténus à prendre conscience, avoir un esprit humanitaire et travailler en collaboration en fin d’obtenir un favorable et bénéfique résultat.
    Avec nos collecteurs et sensibilisateurs sur terrains, la population commence à comprendre l’importance de l’enregistrement des naissances et les droits de l’enfant. L’implication des autorités locales est un signe fort pour la réussite et la pérennisation des activités sur l’enregistrement des naissances dans la province. D’après l’évaluation faite avec les Autorités communales et Territoriales de la place, il se révèle que seul 25% de la population habitant la ville et chefs-lieux de territoires comprenne l’importance de l’enregistrement des naissances, suite à la sensibilisation faite par la LIZADEEL Nord Ubangi et la CRRDC et ensuite par la tournée de son Excellence Madame la Ministre du Genre, Enfant, Famille et Affaires Sociales à travers tous le quatre territoire bien que les efforts restent encore à consentir. Nous avons fait le tour des tous les chefs-lieux des territoires mais nous n’avons pas atteint tous les secteurs de la province compte tenu des distances et de moyen financier. Le travail est énorme et le moyen est limité

    • John merci beaucoup pour les efforts de la Croix rouge et de la Lizadeel pour l’enregistrement de naissance dans le Nord Ubangi et de l’implication des Ministres du Gouvernement Provincial. J’encourage d’approcher d’avantage les autorités sur place pour atteindre les secteurs en vue d’une intense sensibilisation sur l’importance de l’enregistrement de naissance auprès des officiers état civil et des parents. Continuer également avec l’orientation des parents vers les bureaux pour la déclaration et récupération des actes de naissances.

  • leonie content de ton boulot mais ici chez nous à bikoro c’est plutot les enfants reporters qui passent pote par porte et bouche à l’oreille pour dire aux parents les avantages de l’enregistrement de l’enfant à l’état-civil et autre. alors votre soutien ou appui aux volontaires ou benevoles de bikoro qui sont les enfants reporters seront un atout et le taux sera aussi elevé svp

    • Nous sommes vraiment très comptants de la méthode de suivi et évaluation TANAHASHI. cette outil va nous permettre de bien gérer les activités sur l’enregistrement de naissance et surtout éviter le double comptage des actes de naissance et ensuite éviter de présenter les données qui ne sont pas vris. Merci à l’Editeur et tous le staffs de l’Unicef RDC et Equteur pour leur soutien pour les droits des enfants congolais.

Laisser un commentaire