L’équite des enfants en RDC : le point en 5 indicateurs

enfants-kabuela-zs-kanda-kanda-2Depuis bientôt une décennie, la République démocratique du Congo (RDC) a fait des progrès dans plusieurs domaines dont la santé, l’éducation et la protection de la jeune fille. Au regard de ces avancées, on remarque que tous les enfants n’en profitent pas de la même manière. C’est pour cela qu’il est important de mener une analyse en profondeur de la situation l’équité des enfants en RDC.

Voici quelques graphiques qui dévoilent ces inégalités en fonction du milieu de résidence (urbain ou rural), du genre (féminin ou masculin), de la localisation géographique (en fonction des provinces de la RDC) et du niveau socio-économique des ménages dans lesquels vivent les enfants (du plus pauvre au plus riche). Les indicateurs que nous avons retenus pour faire ressortir le niveau d’équité se regroupent sous plusieurs thématiques: la mortalité, la couverture vaccinale, la nutrition, l’éducation primaire et la protection des adolescentes.

1. Santé : taux de mortalité des enfants

This slideshow requires JavaScript.

Les enfants qui vivent en milieu rural sont défavorisés par rapport à ceux vivant en milieu urbain (118 décès pour mille naissances vivantes contre 96 en 2013-2014).

De 2007 à 2014, la mortalité a baissé, mais il y a encore des écarts énormes entre riches et pauvres.

Les provinces du Nord-Kivu, de Kinshasa et du Bandundu ont de faibles taux de mortalité tandis que les provinces du Sud-Kivu, du Kasaï Occidental et de l’Équateur ont une mortalité très élevée par rapport à la moyenne nationale  (104 décès pour 1000 naissances vivantes).

2. Santé : vaccination complète des enfants

This slideshow requires JavaScript.

En 2014, les garçons et les filles avaient les mêmes chances d’accéder à tous les vaccins du PEV (Programme élargi de vaccination). Cependant, les enfants dans les zones rurales étaient défavorisés en terme de vaccination par rapport aux enfants habitant en ville.

Il y a de grandes disparités entre les quintiles : en 2014, les enfants des ménages les plus riches (le quintile le plus élevé) avaient environ deux fois plus de chances que les enfants des ménages les plus pauvres (le quintile le plus bas) d’être vaccinés complètement.  Cet écart a diminué légèrement depuis 2007. Mais l’équité en matière de vaccination est encore loin d’être atteinte.

Il n’y a que dans la province du Nord-Kivu que la couverture vaccinale complète atteint au moins 70%. Les provinces à l’Ouest du pays atteignent une couverture complète entre 40 et 69% chez les enfants de 12-23 mois. Environ la moitié du pays a une couverture complète de moins de 40%.

3. Nutrition : retard de croissance ou malnutrition chronique

This slideshow requires JavaScript.

Depuis 2007, le retard de croissance affecte plus les garçons en milieu rural que ceux qui vivent en milieu urbain.

Sur 26 provinces, 21 présentent un taux de malnutrition chronique supérieur à 40%.  Seule la ville de Kinshasa, en vert, aurait moins de 20% d’enfants en retard de croissance.

4. Éducation : accès à l’école primaire

This slideshow requires JavaScript.

Entre 2007et 2014, le taux de frequentation scolaire a augmenté aussi bien chez les filles que chez les garcons et en mileu rural comme en milieu urbain.

Lorsque l’on compare les données par quintiles, puis par  niveau d’éducation, primaire et secondaire, on voit que les enfants pauvres qui fréquentent l’école primaire ont moins de chances d’arriver à l’école secondaire. Les enfants issus de familles riches qui fréquentent le primaire ont plus de 2 fois plus de chances de fréquenter l’école secondaire que leurs camarades venant des ménages les plus pauvres.

On remarque que dans les provinces du Katanga,  Kasai  Occidental et Province Orientale, moins de 80% d’enfants fréquentent l’école primaire.

5. Protection : équité pour les adolescentes en situation de grossesse et de maternité précoce

This slideshow requires JavaScript.

Les jeunes filles de 15-19 ans vivant en milieu rural sont plus nombreuses à connaître une grossesses ou de maternités précoces que les filles vivant en milieu urbain.

En 2007, il y avait 2 fois plus d’adolescentes mères ou enceintes vivant dans les ménages les plus pauvres (quintile le plus bas) que d’adolescentes mères ou enceintes vivant dans les ménages les plus riches (quintile le plus élevé). En 2014, il y en avait 3 fois plus. Le niveau d’équité a donc baissé.

D’un point de vue géographique, les provinces de Kinshasa, du Nord-Kivu et du Kasai Oriental sont les seules ayant moins de 20% de grossesses et de maternités précoces.


Ce qu’il faut retenir concernant l’équité des enfants en RDC

Voici quelques messages clés qui présentent les progrès et les disparités en matière d’équité :

Des progrès encourageants

  • La mortalité a baissé de manière équitable pour les filles et les garçons et selon les  provinces ;
  • La couverture vaccinale s’est améliorée en respectant l’équité entre garçons et filles ;
  • Presque autant filles que de garçons fréquentent l’école primaire et le taux de fréquentation est similaire dans presque toutes les provinces du pays.

Des disparités à prioriser dans les interventions

  • La persistance des inégalités entre provinces et entre milieu rural et milieu urbain  pour toutes les thématiques analysées, excepté la fréquentation de l’école primaire ;
  • Les enfants de familles pauvres fréquentent faiblement l’école primaire et ont très peu de chance par rapport aux enfants de familles plus riches d’arriver à l’école secondaire ;
  • Dans tous les domaines, les enfants issus de familles pauvres sont défavorisés par rapport aux enfants issus de familles riches ;
  • La malnutrition chronique reste un grand problème en RDC et les enfants les plus pauvres sont doublement touchés par rapport aux enfants de parents plus riches ;
  • Les grossesses et maternités précoces augmentent en milieu rural. Actuellement, les filles de 15-19 ans vivant dans des ménages pauvres sont environ 3 fois plus affectées que leurs paires vivant dans des ménages plus riches.

Ces points de disparité doivent susciter l’attention de tout le monde dans le but de mettre en œuvre les programmes avec équité.


Les informations utilisées ici proviennent des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) faites en RDC en 2007 puis en 2013/2014. L’EDS 2013/2014 a été réalisée par la Ministère du Plan et Suivi de la Mise en Oeuvre de la Révolution de la Modernité en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique avec l’appui de nombreux partenaires comme l’UNICEF, USAID, PEPFAR, la coopération britannique (DFID), la Banque Mondiale, le Fonds MondialUNFPA et la Fondation Bill et Melinda Gates.

The following two tabs change content below.

Flavien Mulumba

Flavien Mulumba est Officier de Monitoring et Evaluation pour le bureau de l'UNICEF à Kinshasa. Il croit fermement qu’investir dans les enfants en allouant plus de ressources pour favoriser leurs droits, c’est construire le monde de demain.

Flavien Mulumba has worked is a Monitoring and Evaluation Officer at the UNICEF office in Kinshasa. He believes firmly that investing in children's futures and allocating resources to protect their rights is creating a better world for tomorrow.

Laisser un commentaire