« J’étais devenue la femme d’un milicien »

femme d'un milicien

Au Sud-Kivu, l’UNICEF soutient la réintégration socio-économique des enfants sortis des groupes armés

Rachel* était toute joyeuse lorsqu’en décembre 2017, elle a été réunifiée dans un village du Sud-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Depuis six ans, l’adolescente de 17 ans attendait ce moment avec impatience.

Rachel n’avait que 11 ans lorsqu’elle est devenue l’épouse d’un milicien

En 2011, Rachel n’avait que 11 ans. Elle avait été enlevée par un groupe armé alors qu’elle revenait du champ avec ses parents.

Arrivée dans la forêt, un jeune milicien l’a pris comme épouse. « Ce n’était pas facile au début. Je pleurais tous les jours ; j’avais beaucoup de remords et ma famille me manquait. J’avais juste envie de mourir à l’idée que tout mon village savait que j’étais devenue la femme d’un milicien », raconte Rachel.

Au bout de deux ans, Rachel a eu un enfant. Elle n’a plus éprouvé l’envie de rentrer au village. « Je me disais que ma vie n’a plus de sens », se souvient-elle. « J’avais peur de devenir la risée de mes amies et d’être rejetée par ma famille. Je me suis donc résignée à assumer, en silence, ma responsabilité de mère et d’épouse. »

De la prise de conscience à la réunification familiale

Un soir, alors qu’elle suivait la radio, une émission sur les droits de l’Enfant a attiré son attention. On y parlait de la réintégration des enfants associés aux groupes armés. Rachel a alors pris conscience de sa situation et a décidé de quitter le groupe armé dès que possible.

En octobre 2017, profitant de sa deuxième grossesse, Rachel a demandé à se rendre à quelques kilomètres pour assister à une consultation prénatale à quelques kilomètres. Au lieu d’aller au centre de santé, la jeune maman s’est rendue à une base de la MONUSCO, où l’ONG Transcultural Psychosocial Organization (TPO), partenaire de l’UNICEF, a assuré sa prise en charge. Rachel a été placée dans une famille d’accueil transitoire et, au bout de trois mois, elle a été réunifiée avec sa famille biologique.

« C’est avec joie que j’ai été accueillie chez moi et dans ma communauté », a déclaré Rachel. « J’ai déjà commencé à faire des activités agricoles pour subvenir aux besoins alimentaires de mes deux enfants », a-t-elle ajouté.

Soutenir la réintégration socio-économique des enfants sortis des groupes armés

Dans les territoires affectés par les conflits armés au Sud-Kivu, l’Unité d’Exécution du Programme National de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (UEPN DDR) estime que plus de 1.000 enfants sont recrutés au sein des milices. En 2017, l’UNICEF et ses partenaires ont identifié 67 enfants sortis des milices grâce au soutien de la coopération canadienne (ACDI/CIDAet du CERF.

Plus d’informations :

The following two tabs change content below.

Joëlla Sambo

Joëlla Sambo est chargée de communication, suivi et évaluation pour l’ONG TPO, partenaire de l’UNICEF. Joëlla pense que tout enfant a le droit d’être protégé par ceux qui sont nés avant lui.

Derniers articles parJoëlla Sambo (voir tous)

Laisser un commentaire