Flambée de choléra en RDC : l’UNICEF préoccupé

Point de chloration contre le choléra en RDC, à UviraNote à la presse – L’UNICEF est préoccupé par la flambée de choléra en RDC, le long du fleuve Congo. Plus de fonds sont nécessaires pour mettre en place une réponse adéquate.

16860 cas de choléra en RDC de janvier à août

Depuis le mois d’avril 2016, la République Démocratique du Congo (RDC) est touchée par une épidémie de choléra, qui ne cesse de prendre de l’ampleur. La première semaine d’août, la RDC a rapporté 16860 cas de choléra avec 446 décès, dont 4 261 sont des enfants de 0 à 59 mois. Les nombres de cas et de décès du choléra ont doublé comparativement à 2015. Le pays fait face à des taux élevés de cas de choléra dans les zones endémiques à l’Est du pays, mais aussi à un nombre exceptionnellement élevé de cas dans la partie occidentale du pays, le long du fleuve Congo, où 5599 cas ont été rapportés, dont 1 363 enfants.

Le choléra en RDC se propage le long du fleuve Congo

L’UNICEF est particulièrement préoccupé par le nombre exceptionnellement élevé de cas de choléra en RDC dans les provinces le long du fleuve Congo. Il craint que la situation puisse continuer à empirer dans les prochaines semaines alors que la maladie se propage déjà le long du fleuve. La capitale, Kinshasa pourrait être sévèrement frappée par la maladie. L’arrivée de la saison des pluies rend la situation encore plus préoccupante car elle pourrait accélérer l’épidémie.

Le manque de sensibilisation de la population dans la partie occidentale du pays ; l’absence de systèmes de surveillance et d’alerte précoce appropriés ; le manque de résilience des communautés et de connaissances sur les mesures de prévention et d’intervention contribuent à une propagation rapide.

L’UNICEF riposte contre le choléra en RDC

En tant que chef de file du cluster WASH, l’UNICEF coordonne avec le gouvernement le plan de réponse et travaille en étroite collaboration avec les partenaires des Nations Unies et les organisations non gouvernementales pour la mise en place de campagnes de prévention et d’activités de prise en charge de malades.

L’UNICEF met à la disposition des organisations gouvernementales et non gouvernementales les intrants nécessaires pour le traitement des malades et la promotion d’un bon assainissement.

Inquiétude avant la rentrée scolaire

L’UNICEF exprime sa gratitude envers les bailleurs qui ont apporté jusqu’à présent leur soutien. Il faut faire davantage. Le nombre de cas de choléra continue d’augmenter, en particulier dans la partie occidentale du pays. 660 000 personnes dont 316 800 enfants de 0 à 14 ans sont à risque le long du fleuve – soit 48% de la population.

La nouvelle année scolaire commencera dans deux semaines et le retour en classe pourrait accroitre les risques chez les enfants. De nombreuses écoles n’ont pas d’eau propre, de savon, ni de toilettes de base, autant d’éléments vitaux pour les empêcher de devenir des lieux de reproduction pour la maladie.

Il est donc essentiel d’intensifier le plan d’intervention, tant en termes de prévention en matière de prestation de services de santé à la population touchée que d’information de masse. De plus, il faut coordonner la réponse avec le Congo-Brazzaville voisin et  République Centrafricaine qui est elle-même affectée par l’épidémie en ce moment.

Plan d’intervention contre le choléra en RDC

Plus de financement sont nécessaires à court terme afin d’être en mesure de répondre aux besoins et aux défis. Le plan d’intervention doit faire face aux divers défis notamment logistiques et proposer une stratégie de sortie durable. Le plan d’intervention développé dans le cadre des cluster WaSH et Santé a besoin de 12 millions USD supplémentaires.

L’objectif est de venir en aide aux populations affectées par le choléra à travers une stratégie conjointe multisectorielle Santé-WASH-C4D (Communication pour le développement) en 3 phases pour contrôler l’épidémie, d’une part, et diminuer le risque d’épidémie pour les zones non encore affectées mais à haut risque : (a) préparation et surveillance ; (b) réponse de 1ère urgence aux populations affectées sur une période de 6 mois et (c) sensibilisation pour les populations à risque.

L’UNICEF appelle la communauté des donateurs à contribuer rapidement avec des fonds supplémentaires pour une réponse immédiate. Cette nouvelle épidémie nous rappelle qu’il est important de renforcer les programmes liés au développement, réhabilitation et entretien des infrastructures congolaises.

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Yves Willemot, Chef de la Communication, UNICEF RDC, + 243 (0) 81 88 46 746, [email protected]

Franck Abeille, Chef WaSH, UNICEF RDC, +243 (0) 81 70 96 793, [email protected]

En savoir plus sur le choléra en RDC

Tous nos articles sur le choléra

Photo: UNICEF RDC 2015 Dubourthoumieu

The following two tabs change content below.

Yves Willemot

Yves Willemot est le chef de l’Équipe InfoCom de l’UNICEF RDC. Plus que tout, ce qui est important pour lui c'est d'être "tous ensemble pour les enfants".

Yves Willemot is Head of the UNICEF DRC InfoCom Team. More than anything, he believes that the most important is to "be together for the children".

Author

Yves Willemot est le chef de l’Équipe InfoCom de l’UNICEF RDC. Plus que tout, ce qui est important pour lui c'est d'être "tous ensemble pour les enfants".

Yves Willemot is Head of the UNICEF DRC InfoCom Team. More than anything, he believes that the most important is to "be together for the children".

One comment

Laisser un commentaire