A la rencontre d’un groupe réfractaire à la vaccination

Du mois de mars 2017 à aujourd’hui, une dizaine de cas de Poliovirus ont été enregistrés en République Démocratique du Congo, dont 8 cas dans la Province ldu Haut-Lomami. L’implication de tous est nécessaire pour éradiquer le Poliovirus.

La secte Kitawala, groupe réfractaire à la vaccination

Frappés pour la circulation du virus et par la problématique des groupes réfractaires à la vaccination au Haut-Lomami, des activités de sensibilisation et de plaidoyer ont été organisées autour des Journées Locales de Vaccination (JLV) et des ripostes de la fin d’année 2017. Une équipe est allée à la rencontre d’un groupe réfractaire à la vaccination : la secte Kitawala de Luvua.

Quatre missions de plaidoyer ont été effectuées de Papa Donatien, le pasteur de la secte Kitawala. L’objectif était de sensibiliser papa Donatien et sa centaine d’adeptes sur l’importance de la vaccination pour la survie des enfants.

Il leur a dont été expliqué que la vaccination était gratuite, que cela permettait aux enfants de grandir en bonne santé. C’est un droit pour chaque enfant mais surtout un devoir pour les parents. Afin d’obtenir leur adhésion à la vaccination, des explications ont également été données sur ce qui peut arriver à un enfant qui n’est pas vacciné (paralysie à vie).

Quelle est la cause profonde du refus de la secte Kitawala à la vaccination ?

Papa Donatien a expliqué que lui et ses adeptes fréquentent le centre de santé uniquement en cas de maladie. Versets bibliques en tête, le pasteur de la secte tente de démontrer que le vaccin n’est pas recommandé par la doctrine. Les défenseurs de la vaccination ont alors répliqué que Jésus Christ avait parmi ses adeptes un médecin et qu’ils ne pouvaient donc pas prendre la religion comme justification. Ils ont également expliqué qu’en fréquentant les centres de santé en cas de maladie, ils acceptent des médicaments fabriqués par les mêmes laboratoires que ceux qui produisent le vaccin contre le polio

Pourquoi les Kitawala refusent le vaccin alors qu’ils fréquentent le service médical pour les soins curatifs ? Interrogés, certains adeptes ont dévoilés qu’il s’agissait d’une façon d’attirer l’attention du gouvernement, une forme de vengeance contre ce gouvernement qui les a rejetés. Pour comprendre, il faut remonter dans les années 1936, lorsque la secte Kitawala luttait pour l’indépendance de la RDC. Après l’obtention de l’indépendance, la secte a été marginalisée et abandonnée.

« Nous avons certains de nos frères qui chôment avec des diplômes et qui ne sont pas engagés par l’Etat ; nous payons des taxes inutiles et nous n’avons aucun projet de développement », déclare Papa Donatien.

Un processus de négociation et de dialogue communautaires fructueux

De multiples rencontres ont été organisées avec Papa Donation et ses fidèles pour parler de la vaccination. Dans le souci de renforcer le processus de  négociation et de dialogue avec ce groupe, les autorités locales se sont impliquées afin de mettre en avant la responsabilité du Gouvernement congolais dans la vaccination. Une cérémonie officielle a été organisée pour marquer le premier passage des vaccinateurs à Luvua, le fief de la secte secte Kitawala.

L’administrateur du territoire, le commissaire général à la santé ainsi que le vice-gouverneur sont revenus, en langue locale, sur l’importance de la vaccination pour les enfants. Pour rassurer les adeptes de la secte, les autorités locales ont accepté de les recevoir afin de pouvoir approfondir les discussions. A la suite de plusieurs discussions, le pasteur de la secte a pris conscience du bienfondé de la vaccination. Il a adhéré à la vaccination et a accepté de faire vacciner les enfants de la communauté, avec le consentement de leurs parents.

Malgré les mauvaises conditions climatiques et les longues distances séparant les habitations des adeptes, 46 enfants de la secte ont été vaccinés par les vaccinateurs ! Grâce à des activités de plaidoyer et de sensibilisation telles que celles organisées avec la secte Kitawala, le taux de résistance à la vaccination a été réduit de 36% à 33% en quelques mois seulement dans le Province du Haut-Lomami.

Plus d’informations sur les groupes réfractaires à la vaccination:

The following two tabs change content below.

Amadou Malle

Amadou Mallé est consultant C4D Polio au bureau UNICEF de Kamina. Frappé par la problématique des groupes réfractaires à la vaccination, il plaide pour l’implication de tous les décideurs pour mettre fin à la polio dans le pays.

Amadou Mallé is a C4D polio consultant at the Kamina UNICEF office.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire