Je n’ai nul endroit où apprendre sinon à l’école

Je n’ai nul endroit où apprendre sinon à l’école

Je m’appelle Merveille, je suis Enfant Reporter de la ville province de Kinshasa. Cette année, la rentrée scolaire 2015-2016 est fixée pour aujourd’hui, lundi 7 septembre 2015.

Il existe un défi dans mon pays : c’est celui d’avoir plus ou moins 20 millions d’enfants, filles comme garçons, âgés de 6 à 7 ans inscrits à l’école et d’y être maintenus jusqu’à la fin du cycle secondaire.

Le but est bien évidemment que ces enfants deviennent instruits et développent leurs capacités en apprenant à lire, écrire, à s’exprimer, …

Pour cette année scolaire allons-nous relever le défi?

Plusieurs enfants vivant dans des quartiers de ma commune de Masina ont bien atteint l’âge de fréquenter l’école mais ils ne savent même pas si ce lundi 7 septembre ils iront à l’école. Et il y en a d’autres pour qui il est certain qu’ils n’étudieront pas cette année.

Idriss, un garçon âgé de 9 ans, ne sait pas encore s’il va commencer l’école aujourd’hui, lundi 7 septembre. Son père n’a pas encore acheté les uniformes de l’école parce qu’ils coûtent un prix très élevé et il n’a pas encore payé les frais scolaires.

Mais Idriss n’est pas le seul.

Je parlais aussi avec Isabelle, une fille de 6 ans et la cadette de sa famille. Cette année, elle ne va pas étudier parce que ses parents ont privilégié sa sœur et son frère aînés pour qu’ils finissent d’abord leur cycle secondaire.

Cette année, ses parents n’arriveront pas à supporter trois enfants à la fois.

Chers parents, vous avez le devoir de nous envoyer à l’école sans discrimination car l’école primaire est primordiale. Elle est utile pour notre développement parce qu’elle pourra nous permettre de découvrir tous les atouts avec lesquels nous sommes arrivés au monde. C’est avec un enseignement que l’on pourra nous-mêmes s’exprimer à l’avenir.

Il n’y a pas seulement Isabelle et Idriss qui sont dans cette situation. Il y a des milliers d’enfants qui se retrouvent dans une situation similaire. Ils se posent tous cette question :

Comment moi, enfant congolais, pourrai-je m’exprimer et me développer ?

Chères autorités de la RDC, n’oubliez pas que notre pays a ratifié la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE) ainsi que plusieurs autres documents juridiques.

L’article 28 de CDE contient les choses que le gouvernement doit faire en faveur de l’éducation des enfants. L’article contient aussi les choses que nous, enfants congolais, attendons de vous, autorités étatiques :

Rendez effectivement l’enseignement primaire gratuit pour tous sans discrimination.
Ne rendez plus obligatoire l’achat des uniformes d’école
Prenez des mesures pour encourager la régularité de la fréquentation scolaire et pour réduire les taux d’abandon scolaire.

Chers pères, mères et autorités de ce pays nous avons besoin de votre engagement pour permettre la réalisation de nos droits. Nous ne voulons pas vivre dans un pays où l’on respecte nos droits dans un avenir lointain. Nous voulons vivre dans pays où l’on respecte nos droits dans un avenir proche, et pourquoi pas dans l’immédiat ?

Parce que je n’ai nul endroit où apprendre sinon l’école.

©UNICEF RDC/Perrine Piton/2013
À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/french
Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire pour rester informé sur les actions de l’UNICEF RDC et ses partenaires en faveur des droits des enfants. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter !

The following two tabs change content below.

Merveille

Merveille a 17 ans et elle étudie en première année à l’Institut Supérieur Pédagogique de la Gombe à Kinshasa. Après plusieurs années d'expériences d’enfant reporter, Merveille s'est lancée dans des études d'histoire, sciences sociales et gestion politique. Son but est de défendre les droits de ses pairs et de venir en aide. Selon elle, “il ne faut pas se limiter au rôle d’enfant reporter mais poursuivre cet engagement pour les enfants dans la vie d’adulte”.

Merveille is 17 years old and is in her first year of university in Kinshasa. After a few years of experience as Child Reporter, Merveille has decided to study History, Social Sciences and Political Management. Her goal is to defend her peers' rights and help. Merveille believes: ‘One must not restrict oneself to the role of being a child reporter, but continue this commitment for children into adult life.’

One comment

Laisser un commentaire