Journée de l’Enfant Africain en RDC: priorité à la malnutrition chronique

Journée de l’Enfant Africain 2017

ACTUCette année, la Journée de l’Enfant Africain en RDC est l’opportunité de mettre l’accent sur le problème méconnu de la malnutrition chronique. 1 enfant sur 2 serait atteint dans le pays. Tout ce que vous devez savoir sur la JEA 2017 en RDC et la malnutrition chronique.

La Journée de l’Enfant Africain 2017

La Journée de l’Enfant Africain (JEA) est commémorée chaque année le 16 juin. Cette commémoration est une opportunité pour les Etats de se rappeler les insurrections de 1976 à Soweto (Afrique du sud) et également de réfléchir sur les réalités vécues de nos jours, par les enfants en Afrique.

Elle permet à ceux qui s’occupent du bien-être des enfants de se concentrer sur le travail de tous les acteurs dévoués aux droits de l’enfant sur le continent, de consolider leurs efforts et de lever les obstacles à la réalisation des droits de l’enfant.

Cette année, le thème choisi est : « L’Agenda 2030 pour un développement durable en faveur des enfants en Afrique : accélérons la protection, l’autonomisation et l’égalité des chances ». La version adaptée pour enfants se résume simplement sous le titre de «Accélérerons la protection, l’autonomisation et l’égalité des chances des enfants en Afrique d’ici 2030 ».

Quel est l’objectif de la Journée de l’Enfant Africain en RDC ?

En RDC, en plus du thème international, le Ministère du Genre, famille et enfant s’est choisi un thème national pour la célébration de la JEA 2017 : « combattre la malnutrition chronique ».

C’est dans cette optique que ce Ministère avec l’appui financier et technique de l’UNICEF par sa section InfoCom, se propose d’organiser  une série d’activités faisant activement participer les enfants dans la promotion de leurs droits, en rapport avec les thèmes des niveaux national et international.

En ce qui concerne le thème international, les différentes activités s’axeront sur la promotion des droits de l’enfant, en tenant compte des privations dont les enfants sont objet en RDC et en se projetant vers les Objectifs de Développement Durable (ODD) auxquels le pays s’est engagé à atteindre d’ici 2030, à l’instar d’autres Etats. Il s’agira notamment d’un concours national de plaidoirie d’enfants, d’une exposition photo « Rêve d’enfants 2030 & ODD », des prestations théâtrales et d’autres formes artistiques permettant de mobiliser les différents acteurs de la société ainsi que les décideurs.

Pourquoi la malnutrition chronique ?

Pour ce qui est du thème national, plusieurs activités seront organisées autour de la malnutrition chronique en RDC.

Globalement plus 200 millions d’enfants moins de 5 ans dans les pays à revenu faible n’atteignent pas les potentialités de développement à cause notamment de la malnutrition chronique et des carences en micronutriments.

La RDC compte plus de  6 millions d’enfants malnutris. Les causes directes de la malnutrition sont liées à une alimentation insuffisante en quantité et en qualité (depuis l’allaitement maternel). Mais elles sont aussi liées à certaines maladies, car il existe un cercle vicieux entre malnutrition et maladie. La malnutrition entraine un retard de croissance et a des effets dévastateurs qui entravent le développement psychomoteur et cognitif de l’enfant.

Pendant les trois premières années de vie d’un enfant, le cerveau est plus plastique, croît plus vite et est plus sensible au monde extérieur. La plupart des voies nerveuses du cerveau soutenant la communication, la compréhension, développement social et bien-être émotionnel croissent rapidement.

Une nutrition satisfaisante garantie la survie et une croissance adéquate, et permet au jeune enfant de jouir de son plein potentiel de développement. A travers le cycle de la vie, la nutrition renforce l’aptitude d’apprentissage, conduit à de meilleurs résultats scolaires, permet à la petite fille de devenir une femme adulte bien nourrie capable de donner naissance à un enfant en bonne santé. C’est pourquoi, les interventions de santé et de nutrition sont nécessaires pour le développement de l’enfant. Le cerveau a besoin de plus de nourriture pour grandir et pour mieux se développer.

Mais malheureusement, les enfants pauvres profitent beaucoup moins des programmes de développement de la petite enfance que leurs homologues plus riches. Cette situation est aggravée par le fait que les enfants pauvres ont également moins accès à une nutrition adéquate, aux services de santé, à l’eau potable et des infrastructures sanitaires de qualité.

Tout savoir sur la malnutrition chronique en RDC

Vaincre la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans en RDC


[Photo: UNICEF DRC Benoit Almeras]
The following two tabs change content below.

Sylvie Sona

Sylvie Sona est Chargée de Communication à l’UNICEF/Zone Sud. Elle est journaliste de formation et aime beaucoup écrire. Elle a fait de la documentation et de la participation des enfants son cheval de bataille. Selon elle, il est indispensable de documenter systématiquement les expériences réussies et de les diffuser dans les médias afin que l’information atteigne le grand public. Elle pense aussi qu’il est primordial de mettre les enfants au cœur de toutes les interventions. Son credo : « Donner la voix aux enfants ».

Sylvie Sona is in charge of Communication at UNICEF?DRC. She has a professional background as a journalist and very much enjoys writing. Documenting and children participation have become her speciality. According to her, it is essential to systematically report on successful experiences and to disseminate them in the media in order for the information to reach the general public. She also thinks that it is paramount to place children at the heart of each intervention. Her motto is: "Give a voice to children".

Laisser un commentaire