Des Journées pour améliorer la santé de l’enfant et la mère

Journées en faveur de la santéCe matin du 5 octobre 2016, premier jour du lancement des Journées de la santé de l’enfant (JSE) dans la province du Nord Kivu, Neema Risiki, 22 ans, est l’une des premières personnes à prendre d’assaut, avec son enfant, le centre de santé de Mugunga situé à environ 10 km au sud-ouest de Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu.

Cinq jours primordiaux pour améliorer la santé de l’enfant

« Je m’apprêtais à aller au champ lorsque ma voisine m’a annoncé la nouvelle » a-t-elle déclaré. « J’ai dû renoncer à mes activités pour emmener d’abord mon fils et celui de ma cousine se faire soigner ».riziki

Organisées par le gouvernement provincial avec le soutien technique et financier de l’UNICEF, les Journées de la santé de l’enfant ont pour objectif de promouvoir la santé infantile et maternelle dans toutes ses dimensions et sur toute l’étendue de la province. Pendant cette campagne étalée sur cinq jours, chaque enfant de moins de cinq ans reçoit une dose de vitamine A et de Mebendazole.

« Mon fils faisait souvent des diarrhées accompagnées de fièvre et de maux de ventre. Les infirmiers m’ont toujours dit qu’il y aurait des vers dans son ventre. Quand j’ai appris qu’on donne aussi des médicaments qui soignent ces vers, je n’ai pas hésité à l’emmener ici » a indiqué Risiki dont le fils aîné vient de recevoir une goutte de vitamine A et un comprimé de Mebendazole.

Une vulnérabilité chronique due à l’insécurité et à la pauvreté généralisée

Originaires du territoire de Masisi en  province du Nord Kivu, Risiki et son mari avaient fui leur village en 2010 à cause des affrontements armés opposant des groupes rebelles aux forces armées régulières de la RDC. Depuis, ils se sont installés à Mugunga où ils vivent des travaux journaliers agricoles. Mais le revenu de cette activité est à peine suffisant pour assurer une alimentation équilibrée à la famille.

unicef-drc-2016-djaounse-jse-maman

« A cause de la pauvreté généralisée et des déplacements récurrents des populations, plusieurs familles vivent dans des conditions difficiles et ne mangent même pas à leur faim.  Leur pouvoir d’achat est très bas ; cela a des répercussions sur leur état de santé »  a déclaré Paul Mulolwa, infirmier titulaire au centre de santé de Mugunga.

Selon les résultats de la deuxième enquête démographique et de santé en RDC (EDS-RDC II 2013-2014), le taux de mortalité infanto-juvénile est de 65 pour 1000 au Nord Kivu. L’étude révèle aussi que plus de la moitié des enfants de moins de 5 ans de la province ont un retard de croissance tandis que  27 % des enfants de ce même groupe d’âge sont anémiés.

Des gouttelettes qui sauvent la vie

La prise de la vitamine A couplée au Mebendazole permet non seulement de protéger les enfants mais aussi de réduire les dépenses des ménages liées aux problèmes de santé. Cette vitamine renforce la protection contre les infections, stimule la croissance, contribue à prévenir la malnutrition et améliore la vision des enfants. La supplémentation adéquate (deux fois par an) permet de réduire de 99% la prévalence d’une certaine forme de cécité et de faire baisser de façon significative la mortalité infanto-juvénile due à des maladies comme  la diarrhée (33%) et la rougeole (50%). Quant au Mebendazole, il permet de protéger les enfants contre les vers intestinaux.

unicef-drc-2016-djaounse-jse-medicament

« Ces deux interventions ont un impact avéré sur le développement intellectuel des enfants avec des résultats  sur leurs  performances scolaires et leur productivité à l’âge adulte. J’invite donc tous les parents à conduire leurs enfants âgés de 6 à 59 mois, au centre de santé ou au site d’intervention le plus proche pour recevoir la dose de vitamine A et de Mebendazole » a déclaré Amina Bangana, Spécialiste de la Nutrition, représentant le chef de bureau de l’UNICEF pour la Zone Est à la cérémonie de lancement des JSE.

Risiki, qui attend un autre bébé dans les tous prochains mois, a aussi pu bénéficier d’une dose de vaccin qu’elle n’avait pas reçue lors de ses visites prénatales. Consciente des problèmes de santé vécus lors sa première maternité, la jeune mère promet de sensibiliser ses voisines à respecter les visites prénatales et à allaiter leurs enfants pendant les six premiers mois suivant la naissance de l’enfant.

Plus d’informations à propos de la santé des enfants en RDC

Photo: UNICEF RDC 2016 Djaounsede Madjiangar

The following two tabs change content below.

Djaounsede Madjiangar

Djaounsede Madjiangar est un Spécialiste de la Communication de l'UNICEF pour la RDC, basé à Goma. Il est convaincu que pour une vie harmonieuse dans la société, chaque enfant doit être élevé dans un esprit de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d’égalité, et de solidarité.

Djaounsede Madjiangarstrong is a UNICEF Communication Specialist for Eastern DRC, based in Goma. He believes that for a harmonious life in a society, every child should be raised in peace, dignity, tolerance, equality and solidarity.

Laisser un commentaire