Avec les kits familiaux, Katungo accouche sans peur

Mme Katungo qui montre son kit aux autres femmesMadame Katungo Tangazwa attend avec quatre autres femmes la visite de consultation prénatale auprès de l’Infirmier titulaire du Centre de santé. Elle se trouve dans une chambre du Centre de santé de Nduko servant de salle d’observation aux femmes enceintes, dans la zone de santé de Musienene au Nord Kivu. Sa voisine de chambre madame Masika observe avec curiosité son kit d’accouchement, reçu deux jours auparavant lors de la distribution des kits familiaux dans son village de Vikuku, à 1 kilomètre de là.

Pour répondre au regard interrogateur de sa voisine de chambre, Katungo lui montre fièrement le sachet et dit : « J’ai apporté mon kit accouchement lors de cette dernière consultation prénatale car tout peut arriver. Mon mari ou ma mère n’auront pas le temps de courir dans toutes les pharmacies pour acheter les intrants manquants. En plus, nous n’avons pas $16.50 pour acheter tout ce qui se trouve dans ce kit ».

L’infirmier peut me retenir ici et je dois avoir de quoi prendre en charge l’accouchement de mon bébé.

Composition du kit d’accouchement

Katungo, ménagère de son état, est mère de 3 enfants, deux garçons et une fille. Son mari, Dofiko Kambale est conducteur de taxi-moto. Elle se rappelle de son premier accouchement en 2005 quand elle habitait encore chez ses parents. « Je n’avais pas préparé ma maternité mais ma mère m’a remis les gants, les seringues, un bassin pour le bébé plus un pagne pour moi-même. Pour les deux autres accouchements, le centre de santé a pris en charge les intrants et je n’ai payé que $17,50 ».

« Cette-fois-ci », constate-t-elle, « la prise en charge s’est améliorée et le kit d’accouchement apporte une valeur ajoutée en intrants comme le bistouri, la couverture de survie de l’enfant, les comprimés de fer et d’acide folate, les comprimés d’antibiotiques tétracycline, le désinfectant du cordon ombilical. Je remercie l’UNICEF et l’Union Européenne qui nous ont apporté ces kits ».

Des milliers de kits familiaux  pour les mères et les enfants

40 193kits de Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfance distribués au Nord Kivu
En effet, la Zone de santé de Musienene a procédé depuis samedi 14 mai à la distribution des kits accouchement aux femmes enceintes et des kits de Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfance (PCIME) pour la prise en charge à domicile de la diarrhée et de la fièvre des enfants de moins de 5 ans.

Avec l’appui de l’UNICEF, 3 336 kits accouchements et 40 193 kits de Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfance ont été distribués par les Relais communautaires de chaque Cellule d’Animation Communautaire (CAC). Les femmes enceintes et enfants de moins de cinq ans ont reçu leur kit suite au dénombrement des personnes éligibles sous le leadership des chefs de village ou de quartier.

La radio locale, clé de l’information

Dimanche 15 mai en suivant la radio « Moto » de Butembo, Madame Katungo et son mari, Dofiko Kambale, avaient appris que le Mwami (chef traditionnel) avait lancé la distribution des kits familiaux au centre de santé d’Ivatama, à plus de 5 km de son village. Le Mwami a exhorté les responsables des ménages à bien utiliser les kits car leur santé était entre leurs propres mains.

C’est aussi sur la radio Moto,  appuyée par l’UNICEF, que Katungo a appris qu’il était maintenant possible d’enregistrer son enfant nouveau-né avant l’âge de trois mois à la chefferie. Plus question donc de faire de longues distances – plus de 30 km pour aller à Beni – pour enregistrer son enfant à l’état civil.

Le représentant du Mwami (chef du village) distribuant les kits familiaux au femmes lors de la cérémonie du lancement à Ivatama

Les relais communautaires mobilisés

Lundi 16 mai, Dofiko Kambale a rappelé à son épouse Katungo l’imminence du passage des relais dans leur village pour distribuer les kits. « C’est comme pour la vaccination, il faut bien accueillir les agents de santé et suivre avec attention ce qu’ils vont te dire. N’hésite pas à poser des questions. Tu me feras le compte-rendu le soir car je tiens à ta santé et à celle de nos enfants ». Cela dit, il a pris sa moto pour partir à la rencontre des clients, nombreux en ce début de semaine.

Et effectivement, Katungo a recu la visite des relais communautaires le jour même. « Exactement ce lundi, deux femmes Relais communautaires se sont présentées chez moi et m’ont remis un kit d’accouchement et un kit de  Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfance pour ma fille de deux ans et demi, Kahindo Dofiko. Elles m’ont montrée le contenu des kits et m’ont expliquée dans les moindres détails chaque intrant ou médicament. »

« J’étais agréablement surprise car le dénombrement a été fait depuis plus d’un mois et je n’avais pas totalement cru à la distribution des kits de cette grande valeur médicale » explique Katungo à Madame Kavira, l’autre femme enceinte venue d’une autre zone de santé.

La santé avant tout

« L’octroi du kit d’accouchement, en plus d’accoucher dans un centre de santé avec un personnel médical compétent, réduit les risques de mortalité de la mère et de l’enfant » affirme Madame Katungo à l’intention des quatre femmes présentes dans la salle.

« Ceci m’encourage à planifier avec mon mari une cinquième naissance dans trois ans » a-t-elle dit en souriant a sa voisine Masika. « Après je pourrai me consacrer à mon projet tant rêvé : l’élevage des porcs et la vente des porcelets. Ainsi, nous aurons un peu plus de ressources avec les recettes de la mototaxi et de la vente des porcelets pour mieux élever nos enfants. » A-t-elle conclu.

 

Financement du programme contre la mortalité infanto-juvénile et maternelle

Le programme CAO4&5 du gouvernement congolais est mis en place avec l’appui de l’UNICEF, de la Banque Mondiale, de Gavi, l’Alliance du vaccin et du Fonds Mondial. Pour sa mise en oeuvre, l’UNICEF a le soutien de l’Union Européenne et de la Suède notamment.

The following two tabs change content below.

Alphonse SITEKE UBIAL est Spécialiste en Communication pour le développement à l’UNICEF RDC Zone Est à Goma depuis 2011. Il a été aussi Communication Officer dans cette Zone depuis 2008. Il supervise dans les 5 provinces de l’Est de la RDC les approches communautaires participatives, notamment la dynamique communautaire, la lutte contre la malnutrition et le choléra. Il appuie la promotion des pratiques familiales essentielles pour la bonne santé de l’enfant et de la mère dans un environnement assaini ainsi que la promotion et la protection des droits de l’enfant congolais. Son credo : «Je ne perds jamais, j’apprends toujours et sans cesse ».

Alphonse SITEKE UBIAL is a Communication Expert for the development of the UNICEF in the Eastern Area of DRC in Goma since 2011. He has been also Communication Officer in this Area since 2008. He is overseeing the community participatory approaches, especially in terms of the community dynamics, the fight against malnutrition and cholera in 5 provinces of the Eastern DRC. He is not only supporting the promotion of essential family practices for the good health of the child and the mother in a clean environment but also the promotion and protection of the rights of Congolese children. His life moto: “I never lose, I keep learning”

Derniers articles parAlphonse Siteke (voir tous)

Laisser un commentaire