Le miracle du retour

Le miracle du retour

L’histoire derrière la photo

Cette photo illustre l’un des moments les plus intenses et délicats du processus de réunification familiale, au Nord-Kivu.

Deux jeunes filles retrouvent leur famille dans leur village après plusieurs mois de séparation forcée par la guerre. Pendant tout le trajet qui précède, entre le camp de déplacés et le village, le sentiment qui domine dans la voiture est l’incertitude.

Après les épreuves physiques et morales accumulées, la solitude, des semaines sans nouvelles de leur famille et sans possibilité de savoir si leurs parents et frères et sœurs sont vivants ou morts, les enfants ont du mal à croire qu’il vont finalement retrouver leur village, leur maison, leur vie d’avant.

Quand elles sont sorties de leur voiture devant leurs parents qui les attendaient, tous ont d’abord cherché à dissimuler leur émotion, par pudeur, peut être aussi par peur de devoir souffrir encore s’ils montraient une trop grande joie.

Mais le papa que l’on voit sur la photo a finalement laissé éclater sa joie et son émotion. Il remerciait les animateurs de l’ONG PAMI qui avaient pris soin de fille et l’avaient ramené. Il l’embrassait, la touchait comme si un miracle venait de se produire sous ses yeux…

Contexte

La réunification familiale est la solution préférable et durable pour la protection des enfants sortis des forces et groupes armés ainsi que des enfants non accompagnés et séparés durant des déplacements.

L’UNICEF collabore avec le CICR pour la recherche d’informations et la réunification familiale inter provinces. Pour la réunification intra province, l’UNICEF travaille avec des partenaires de mise en œuvre comme PAMI.

Afin d’assurer une réunification optimale, les enfants et leurs familles sont préparés. Une médiation est est parfois nécessaire quand le rétablissement des liens familiaux peut poser problème.

Un kit de réunification composé d’habits, de sacs, des produits de toilettes sont remis à l’enfant. Un suivi et un appui à la réinsertion/réintégration économique à base communautaire est quant à lui assuré par les assistants sociaux après la réunification.

En 2013, sur 5209 enfants assistés dans les structures d’accueil, 3286 dont 531 filles et 2755 garçons ont été réunifiés soit 63 %.

Par ailleurs, plus de 30 % ont été réunifiés au début de 2014 et environ 5 % se trouvent encore dans les structures d’accueil en raison de la sécurité prévalent dans leurs zones d’origines ou par manque d’information et de traces de leurs familles.

Photo: UNICEF RDC 2013 Perrine Piton.

The following two tabs change content below.

Perrine Piton

Lecture, écriture et photographie sont les trois passions de Perrine Piton qui a pu faire de ses pratiques culturelles un tremplin pour sa vie professionnelle. Après plusieurs années à Paris dans le domaine de la littérature, elle s'est installé au Congo et a largement participé à la création du magazine IMPACT, tout en contribuant à différents projets de communication auprès d'ONG internationales et d'agences onusiennes dont la réalisation de sept films courts accompagnés de sept histoires humaines sur les principaux enjeux pour l'enfance en RDC avec UNICEF.

Perrine Piton has been able to make his three passionate cultural pursuits of reading, writing and photography, a springboard for her professional life. After several years in Paris, working in the field of literature, Perrine settled in the Congo and was heavily involved in creating the magazine IMPACT while contributing to various communications projects with international NGO’s and United Nations agencies. This included the making of seven short films together with seven human interest stories, made with UNICEF, on the principal issues that children are facing in the DRC.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire