Le parcours d’un héros de la vaccination

Job Ngandu vaccine le petit Destin, age d'un an

Job, 29 ans, n’est pas un jeune comme les autres : il est vaccinateur dans sa province du Nord-Kivu et fait son travail avec le cœur. Depuis 2008, Job est impliqué dans toutes les campagnes de vaccination, dont plus récemment, les Journées Locales de Vaccination (JLV) qui ont fait partie de la Semaine Africaine de Vaccination (SAV) dans la ville de Goma, à l’Est de la République Démocratique du Congo.

« Quand je vaccine cet enfant d’un an, Destin, j’ai beaucoup de joie. Je voudrais le voir grandir et bénéficier de toutes ses fonctionnalités physiques car il a eu tout le soin et les vaccins nécessaires pour sa bonne croissance »

La plupart des jeunes de son âge, quoi que sans emploi, ne s’intéresse souvent pas à ce genre de métier. Faire des va-et-vient dans les ruelles de Goma pour vacciner des enfants requiert un temps et une énergie que Job, lui, n’hésite pas à mettre.

“Personne ne doit refuser de faire vacciner son enfant”

Job vaccine des dizaines d’enfants dans les Journées Locales de Vaccination. Lors des JLV, près de 1.4 million d’enfants de 0 à 52 mois devraient être vaccinés contre la poliomyélite. 1.3 million d’entre eux reçoivent en plus une supplémentation en Vitamine A et parmi eux, 1.1 million d’enfants de 12 à 59 mois, du Mebendazole.

Pour Kiza, 20 ans, mère du petit Destin, « personne ne doit refuser de faire vacciner son enfant. Je sais que la Vitamine A contribuera à sa bonne santé. Je veux le voir grandir normalement », soulignant qu’elle encourage tous les parents à ne pas présenter de résistance.

Kiza a fait vacciner son petit Destin contre la polio pendant les Journées Locales de Vaccination à Goma, RDC

Kiza a fait vacciner son petit Destin contre la polio.

Pas besoin d’études de médecine pour être vaccinateur

Après des études en mécanique automobile, Job a travaillé dans son quartier, acquérant toute la confiance de sa communauté. Il ne rencontre quasiment aucune résistance quand il vaccine les enfants. Des formations conséquentes l’ont aidé quand même à devenir ce mobilisateur social.

« J’ai l’habitude d’être affecté dans mon propre quartier pour servir les enfants et comme ils me connaissent tous, ils sont contents et confiants de venir vers moi pour recevoir leur vaccin », dit-il fièrement.

Job est le seul dans sa famille à être impliqué dans les activités de vaccination. « Cette activité m’a aidée à savoir distinguer les tranches d’âge des enfants, à savoir comment compléter les fiches de suivi et par-dessus tout, comment vacciner », a-t-il dit, avec joie.

Job marque le doigt d'une petite fille pour signifier qu'elle a reçu le vaccin pendant les Journées locales de vaccination

Job met de l’encre au doigt d’une petite fille pour signifier qu’elle a bien reçu le vaccin.

« En vaccinant, je sauve des vies »

En faisant ce travail, Job est certain d’une chose : il sauve des vies. C’est ce qui le motive et le satisfait plus que tout.

Certains de ces enfants que je vaccine aujourd’hui seront des autorités dans ce pays : des ministres, des députés.

“Je serai content d’en rencontrer un et de le trouver en forme, sachant que j’y ai contribué », confie-t-il, l’air rêveur.

La poliomyélite est une maladie paralysante qui empêche l’enfant de marcher, peut le conduire à l’exclusion et au rejet par la société, blessant ainsi son estime de soi et sa capacité à s’épanouir.

« Depuis 2008, j’ai eu des témoignages de parents qui me remercient car leurs enfants évoluent très bien à l’école, sont en forme parce qu’ils ont reçu leur vaccin de ma main à chacune des campagnes de vaccination. Je me dis alors que j’y ai contribué et ça me réjouit », confie Job, d’un air sûr, esquissant un sourire.

Pour vacciner les enfants, Job collabore avec les parents

Quand les enfants voient Job et son équipe arriver, ils accourent affectueusement vers lui.

Ils le voient porter le dossard, le message de la vaccination dessus, ainsi que son kit de vaccination. Dans son avenue, les enfants l’appellent « oncle ! ». Job comprend l’importance d’entretenir une bonne conversation avec les parents avant d’administrer la dose de vaccin et il a sa propre façon de le faire avec humour.

« En arrivant dans une famille, je parle tout d’abord au parent que je rencontre avant d’appeler les enfants selon leur âge. Je dois m’assurer que le parent est d’accord et comprend l’importance du vaccin », confie-t-il, soulignant que certains parents avaient peur, croyaient que c’était un poison qu’on donne à leur enfant.

Contre la polio, la vaccination

Rebecca, 20 ans mère de 3 enfants ne saurait refuser que son enfant soit vacciné car elle sait ce que la polio peut faire à un enfant.

« Je suis témoin d’un cas de polio car ma petite sœur en a été victime. Mes parents n’étaient pas assez sensibilisés quant à son importance. Aujourd’hui, ma sœur en subit les conséquences et leur rejette la responsabilité du fait qu’elle ne sait pas marcher comme les autres !», conclut-elle avec amertume.

Job ainsi que d’autres jeunes, hommes et femmes, sont ces héros qui donnent leur temps et leur énergie pour s’assurer que tous les enfants, quel que soit leur âge, le lieu où ils habitent, aient accès à cette goutte ou à cette piqûre qui prévient les épidémies.

Photo: UNICEF RDC 2015 Ndiaga Seck.

Notre héro en images:

Découvrez toute l’histoire de Job

Cliquez ici: http://images.ponabana.com/les_heros_de_la_sante/#expo2

 

Financement de la vaccination

L’UNICEF RDC remercie les grands donateurs de son programme d’appui à la vaccination: Gavi, l’alliance du vaccin, la Fondation Bill & Melinda GatesUSAID, le Rotary International, l’Agence de coopération internationale de la République de Corée, l’Agence canadienne de développement international, et l’Agence suédoise de coopération pour le développement.

Plus d’informations sur la vaccination

The following two tabs change content below.

Arsene Tungali

Arsene Tungali est Consultant en Communication et Plaidoyer au Bureau de l’UNICEF de la zone est de la RDC. En tant que blogueur, sa passion est d’user du pouvoir des mots et des technologies pour apporter un changement et transmettre un message positif sur ce qui se passe autour de lui.

Arsene Tungali is a Communication and Advocacy Consultant in the UNICEF Office for the east zone of DRC. As a blogger, his passion is to use the power of words and technology to make a difference and send a positive message about what is happening around him.

Laisser un commentaire