Les enfants s’engagent pour leurs droits : Un atelier participatif à Kinshasa.

Les enfants s’engagent pour leurs droits : Un atelier participatif à Kinshasa.

 

A l’occasion du 10ème anniversaire de la résolution 1612 du Conseil de Sécurité des Nations Unies portant sur la mise en place d’un mécanisme de surveillance et de documentation des violations graves des droits de l’enfant en temps de conflit armé, le gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC), en partenariat avec l’UNICEF, a organisé un atelier national du 23 au 27 juillet 2015 à Kinshasa. Cet atelier a notamment regroupé 20 enfants dont dix de Kinshasa, cinq de Goma et cinq autres de Lubumbashi. Je m’en vais vous relater en détail, tout en restant brève, comment se sont déroulées ces cinq journées de l’atelier national.

Je tiens à préciser dans un premier temps que nous, les 20 enfants présents avions tous participé à un atelier provincial sur la même problématique au début du mois de juillet et c’est de là que nous avons été sélectionnés pour l’atelier national. Vous pouvez d’ailleurs lire l’article de Carmel, un Enfant Reporter de Kinshasa, sur le déroulement de cet atelier provincial : Les enfants de Kinshasa unis pour les droits de l’enfant en période de conflit armé

Le 22 juillet, nous sommes tous arrivés au lieu d’hébergement dans un quartier de Kinshasa, c’est là où nous allions travailler tout au long de l’atelier.

La première journée de travail a débuté par un mot de bienvenue avant d’enchaîner avec un récapitulatif sur certains points : les droits de l’enfant, les techniques de plaidoyer, les six violations graves des droits de l’enfant en temps de conflit armé et enfin, le mécanisme de surveillance et de documentation des violations graves des droits de l’enfant en temps de conflit armé en RDC.

Après la pause, deux d’entre nous avons lu le message de plaidoyer qui avait été élaboré lors de l’atelier provincial. Cette lecture nous a permis par la suite de produire, tous ensemble, un plan et un message de plaidoyer, national cette fois-ci.

sketch

Deux de mes amis déguisés mettant en scène notre sketch.

Plus tard dans la soirée, les enfants de chacune des provinces représentées devaient présenter les chants et les sketches qui avaient été préparés lors des ateliers provinciaux, toujours au sujet des violations des droits de l’enfant en temps de conflit armé.

Pendant la matinée de la deuxième journée nous avons préparé le mixage des chants et des sketchs pensés au niveau provincial pour en produire un de chaque, à l’échelle nationale. Après le déjeuner, l’UNICEF nous a présenté les réseaux sociaux notamment Facebook, Twitter et leur blog PO NA BANA, et comment ceux-ci pouvaient être utiles à notre travail de plaidoyer. Enfin, nous avons préparé le déroulement de l’émission de télévision que nous allions animer le lendemain au sujet du mécanisme de surveillance.

tshirtLa troisième journée fut chargée parce que nous nous sommes rendus sur le plateau de la télévision nationale dans un premier studio d’enregistrement pour y enregistrer notre chanson, “Enfants Pas Soldats” ainsi que son clip. Dans un deuxième studio, nous avons enregistré notre émission de télévision “La Voix de l’Enfant”.
Pour cette occasion, nous avions tous reçus un t-shirt bleu ciel, comme celui du drapeau congolais, avec une inscription spéciale imprimée dessus. [image]

Pour cette émission, nous avions pour invités : l’UNICEF, la MONUSCO, le GTTC (Groupe de Travail Technique Conjoint) et le REEJER (Réseau des Educateurs des Enfants et Jeunes de la Rue).
Pendant l’enregistrement de l’émission, l’invité représentant du GTTC nous a affirmé qu’aujourd’hui, dans les forces armées congolaises, il n’y a plus d’enfant ce qui est une grande réussite vis-à-vis du Plan d’Action signé par la RDC le 4 octobre 2012. Ce Plan d’Action contient quatre volets qui partent de la séparation et l’identification des enfants dans les forces armées à la lutte contre l’impunité pour atteindre l’objectif “ZERO ENFANTS SOLDATS”.

Au fil de la quatrième journée, nous avons tourné la mise en scène sur les violations des droits de l’enfant en temps de guerre avant d’aller visiter quelques sites de Kinshasa, dont le bureau d’UNICEF RDC de Kinshasa, l’hôtel du gouvernement, le premier grand bâtiment d’Afrique centrale, et dans tous ces sites nous avons pris des photos souvenir.

Et comme les bons moments ne durent jamais longtemps, nous sommes rentrés au centre pour y préparer la 5ème journée qui serait la plus importante car non seulement elle clôturerait l’atelier national, mais il s’agissait de la célébration officielle des 10 ans de la résolution 1612 du Conseil de sécurité des Nations unies.
C’est en cette journée même que nous allions nous adresser aux décideurs qui détiennent le pouvoir de mettre fin aux violations graves des droits de l’enfant en RDC en temps de conflit armé. Etaient présents entre autres : Martin KOBLER, le numéro un de la MONUSCO et représentant du Secrétaire général des Nations unies en RDC, Mme Bijou CAT Ministre du genre, de la famille et de l’enfant (GFAE), Mme Jeanine MABUNDA, représentante personnelle du chef de l’état ainsi qu’un officier de protection de l’UNICEF.

La cérémonie a été co-présentée par les Enfants Reporters Laetitia (de Goma) et Carmel (de Kinshasa) et durant la cérémonie, nous avons présenté aux autorités présentes ainsi qu’à la société civile notre chanson et notre sketch.
Bora, Enfant Reporter de Lubumbashi a ensuite présenté le Plan d’action national des enfants. Dans ce plan étaient prévues les activités suivantes :

nous renseigner auprès du GTTC (Groupe de Travail Technique Conjoint)

nous rendre chez la Ministre du GFAE chaque trimestre.

Après le discours du représentant de l’Unicef, Jules-Alphonse un Enfant Reporter de Goma, et moi avons présenté le message de plaidoyer national des enfants. Nous avons fait les requêtes suivantes à son excellence le ministre :

• Que les droits des enfants en temps de conflit soient respectés.

• Qu’il n’existe plus d’enfants dans nos forces armés

• Qu’on intègre le cours des droits de l’enfant dans la formation de nos forces armées et de la police nationale.

Et au Représentant Spécial du Secrétaire Général des nations unies d’appuyer le gouvernement dans tous ces efforts pour respecter le droits des enfants en conflit, et pour garantir que tout autre acteur le fasse.

Martin KOBLER nous a félicités et encouragés à aller encore plus loin. Mme Jeanine MABUNDA a dit dans son discours qu’en août 2015 serait établie une feuille de route pour accélérer le processus pour retirer les FARDC de la liste noire du Secrétaire général des Nations unies. En dernier lieu, la ministre du GFAE a clôturé la cérémonie et l’atelier en s’engageant à accompagner les enfants dans cette lutte contre les violations graves de leurs droits. Pendant le cocktail, la Ministre est venue vers nous pour nous dire que notre message n’est pas tombé dans des oreilles sourdes et qu’elle l’avait pris à cœur.

Je termine en disant nous osons espérer que dès aujourd’hui, d’une année à l’autre, nous commencerons à célébrer la fin des violations des droits de l’enfant et non des engagements signés pour y mettre fin.

Lisez d’autres articles au sujet de cet atelier spécial!

Donner la voix aux enfants : Serge, passionné par son travail à l’UNICEF RDC 
Nous voulons vivre dans un espoir proche et non lointain
Les enfants de Kinshasa unis pour les droits de l’enfant en période de conflit armé 
L’UNICEF réaffirme son engagement pour mettre fin aux violations graves des droits de l’enfant en période de conflit armé en RDC
Enfants dans la guerre : « Il y a de l’espoir »

Et découvrez l’émission télévisée à laquelle les enfants ont participé.

©UNICEF RDC/2015/Wingi
À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/french
Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire pour rester informé sur les actions de l’UNICEF RDC et ses partenaires en faveur des droits des enfants. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter !

The following two tabs change content below.

Eunice

Eunice a 16 ans et elle est Enfant Reporter de Kinshasa. Elle a représenté les enfants d’Afrique Centrale devant les leaders Africains au Sommet de l’Union Africaine à Addis Abeba en 2012. Dans son discours, elle a rappelé les droits de l’enfant à la survie, la liberté d’expression, l’éducation, la santé et a appelé à l’élaboration d’une stratégie pour prévenir les conflits armés qui affectent les enfants. Pourquoi enfant reporter? “Parce que je veux faire de mon pays un meilleur endroit où les enfants pourront vivre”.

Eunice is 16 years old and she is a Young Reporter in Kinshasa. She represented Central Africa’s children at the African Union Summit in Addis Ababa in 2012. In her speech to African leaders, she recalled children’s rights to survival, freedom of expression, education, health and called for a strategy to prevent armed conflicts which affect the child. Why youth reporter? “Because I want to make my country a better place for children to live.”

Laisser un commentaire