Mayi po na bana ya RDC (De l’eau pour les enfants de la RDC)

Mayi po na bana ya RDC (De l’eau pour les enfants de la RDC)

L’année passée, j’ai eu la chance de participer à deux événements très importants que sont la Journée Mondiale du Lavage des Mains et la Journée Mondiale des Toilettes, en présence du gouvernement congolais et de nos organisations partenaires. La Journée Mondiale de l’Eau, que nous célébrons aujourd’hui, complète ce qui pourrait être appelé le triangle vertueux : l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

Chris1 (640x480)

Célébration de la Journée Mondiale des Toilettes et lancement de la phase 2 du programme Ecole et Village Assainis, Kimpoko, Maluku, RDC. Photo: DFID DRC

Mais pourquoi ces trois journées sont si importantes en République Démocratique du Congo (RDC) ? Et pourquoi les organisations locales et internationales, les communautés, les administrations congolaises et le gouvernement déploient autant d’efforts pour développer ce que l’on appelle le secteur de l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH – water, sanitation and hygiene) ?

L’eau est au cœur de toutes les activités humaines, elle est la base de notre économie, de notre santé et de notre alimentation. Lors de son événement sur la nutrition en marge du G8 de 2013, le gouvernement du Royaume-Uni a développé un plaidoyer afin d’encourager les organisations de développement, les scientifiques et les gouvernements à renforcer les actions qui lient la nutrition à l’accès à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène. Ces problématiques sont particulièrement importantes dans le contexte de la RDC où l’incapacité des populations vulnérables d’accéder à l’eau potable et à l’assainissement de base continue d’avoir un impact sur les indicateurs généraux de santé et a été identifiée comme la cause principale de la dernière épidémie de choléra qui s’est propagée dans l’ensemble du pays en mai 2011.

En avril 2013, la Vice-Ministre britannique pour le Développement International, Lynne Featherstone, a effectué son premier voyage en RDC. Son périple, auquel j’ai participé, nous a emmené jusqu’au « Village assaini » de Tshibashi, au Kasaï Occidental, où nous avons pu constater l’impact sur la population du Programme National Ecole et Village Assainis mis en œuvre par les Ministères congolais de l’Enseignement et de la Santé publique et l’UNICEF. Ce programme, soutenu par le Royaume-Uni depuis 2008, a déjà démontré sa capacité à provoquer des changements de comportements durables, notamment dans l’accès et l’utilisation des services d’eau potable.

chris2 (640x427)

Village Assaini de Tshibashi, Kasaï Occidental, RDC. Photo : DFID DRC

Dans le village de Tshibashi, nous avons pu rencontrer des acteurs importants de ce changement. Comme les membres du comité du village responsables de la préservation de la source aménagée qui nous ont expliqué leur rôle en tant que gardiens de la source et les défis qu’ils rencontraient au quotidien pour préserver cette ressource si précieuse pour leur communauté. Nous avons également discuté avec les femmes du « Comité eau, hygiène et assainissement » de l’impact du programme sur la politique communautaire dans le village. Le programme représente une opportunité de s’exprimer et de jouer un rôle pour des individus et des groupes qui n’ont pas d’habitude voix au chapitre, tels que les pauvres, les femmes et les jeunes filles.

Les femmes du Comité du village assaini de Tshibashi, Kasaï Occidental, RDC. Photo: DFID DRC

Les femmes du Comité du village assaini de Tshibashi, Kasaï Occidental, RDC. Photo: DFID DRC

L’impact durable des activités sur la réforme des institutions et de la gouvernance est au cœur de la plupart des programmes de la Coopération britannique en RDC et fait l’objet d’une réflexion constante. De même que la question de la coordination des acteurs. La question de la coordination et de la recherche de synergies est centrale dans le secteur de l’eau, où au moins 13 ministères et agences publiques congolaises, une dizaine de bailleurs de fonds et un grand nombre d’organisations locales et internationales interviennent dans le but d’alimenter la population en eau potable. Une meilleure coordination engendrera une utilisation plus efficiente des ressources et des économies d’échelle.

3,7 millionsLe nombre de congolais qui bénéficieront du nouveau programme eau, assainissement et hygiène lancé par le Royaume-Uni entre 2013 et 2019.
En 2013, le Royaume-Uni a lancé son nouveau programme eau, assainissement et hygiène pour la RDC dont les objectifs sont de réduire le taux de diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans et d’assurer un accès durable et équitable aux services WASH au profit de plus de 3,7 millions de congolais entre 2013 et 2019.

Il s’agit du plus grand programme de la Coopération britannique  dans ce domaine au niveau mondial. Il comprend l’appui à Ecoles et Village Assainis et d’autres interventions en milieu rural, péri-urbain et urbain. La diversité des contextes et des acteurs dans le secteur de l’eau représente un défi de taille pour l’état congolais dont le leadership est absolument nécessaire afin de fournir une vision claire et d’engendrer des effets multiplicateurs pour les congolais et leurs enfants à court, moyen et long terme.

Retrouvez le site de la Coopération britannique en RDC

Pour aller plus loin: L’Eau et l’assainissement en RDC 

Photo d’illustration: UNICEF RDC/Adrien Majourel

 

 

The following two tabs change content below.

Christopher Pycroft

Christopher Pycroft est le Chef de Mission du Ministère de la Coopération Internationale britannique (DFID) en République démocratique du Congo depuis août 2011. Il a travaillé en qualité conseiller en gouvernance pour DFID Nigeria et en Asie du sud-est, et en tant que Chef de Mission adjoint de DFID en Afghanistan. Il croit que la mission de DFID en RDC a la responsabilité de trouver des moyens novateurs et efficaces pour soutenir la réduction de la pauvreté dans un pays vaste et complexe.

Christopher Pycroft has been the Mission Head of the Department for International Development (DFID) in the Democratic Republic of Congo since August 2011. He has worked as a Governance advisor for DFID in Nigeria and Southeast Asia, and as Deputy Head of DFID in Afghanistan. He believes the DFID mission in the DRC has a responsibility to find innovative and effective ways to support the reduction of poverty in a vast and complex country

Laisser un commentaire