Participation institutionnelle des enfants : expérience réussie

unicef-drc-pontien-2Le samedi 10 décembre 2016, l’Assemblée Provinciale des enfants de Kinshasa a élu son comité à l’issu d’un long processus qui a duré 11 mois. J’ai eu le privilège d’assister à cette élection et je peux vous dire que ce fut un jour historique pour la participation des enfants en RDC.

Les prémices de la participation institutionnelle des enfants en RDC

Tout était parti de la validation le 11 décembre 2015 par un panel d’experts du texte de proposition d’arrêté interministériel qui, conformément à l’article 83 de la Loi portant protection de l’enfant, doit fixer l’organisation et le fonctionnement des structures de participation des enfants en RDC.

Le panel d’experts était composé des délégués de plusieurs ministères ayant en charge les questions qui touchent l’enfant, au nombre desquels celui de la Femme, Famille et Enfant, de l’EPS-INC, de l’Enseignement Professionnel, du Plan, ainsi que les représentants de certains organismes du système des Nations Unies dont l’UNICEF et les représentants des organisations non gouvernementales internationales et nationales qui travaillent dans le domaine de l’enfance.

Un pari difficile mais pas impossible

En attendant la signature de l’Arrêté interministériel, la direction de la protection de l’enfance du Ministère de la Femme, Famille et Enfant, appuyée par l’UNICEF, a décidé fin décembre 2015 de mener une expérience pilote sur la mise en place des structures de participation des enfants dans deux provinces, le Haut Katanga et Kinshasa.

Dès le départ, j’ai pensé que c’était un pari difficile, mais pas impossible à gagner. Difficile parce que l’expérience dans cette configuration là n’avait jamais été tentée en RDC, mais aussi et surtout parce que l’immensité du pays et même les distances à parcourir à l’intérieur des provinces n’allaient pas faciliter la mobilité des personnes, encore moins celle des enfants.

Comment les choses se sont-elles déroulées sur terrain ?

unicef-drc-pontien-1

Un projet d’Initiation à la participation des enfants pour la défense de leurs droits a été élaboré avec l’appui financier et technique de l’UNICEF. La mise en œuvre a été confiée pour Kinshasa à une coordination provinciale comprenant des points focaux des ministères et Divisions provinciales de la Femme, Famille et Enfant, de l’Enseignement Primaire, secondaire et initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS-INC), des Affaires Sociales, de l’UNICEF et d’une structure de la Société Civile, le Réseau des Encadreurs et Initiateurs à la Participation de l’Enfant (REIPE).

Les structures d’encadrement des enfants ont été identifiées, puis 24 superviseurs communaux et 240 encadreurs des enfants provenant de quelques structures identifiées ont été formés. Ils ont à leur tour formé 7 200 enfants issus de 480 structures aux droits de l’Enfant et à la participation institutionnelle.

Des comités locaux aux comités communaux : les enfants participent !

A l’issue de la série de formations, les encadreurs ont accompagné les enfants dans la mise en œuvre de leurs plans d’action, qui prévoyaient des plaidoyers au niveau local et la mise sur pied d’un comité dans chaque structure de provenance des enfants.

On a pu avoir dans chacune des 24 communes de Kinshasa quelques 20 comités locaux des enfants. Les présidents des différents comités locaux étaient d’office membres de l’Assemblée Communale. Ce sont eux qui devaient élire le comité communal, un comité composé de 11 enfants.

Les différents présidents des comités communaux étant d’office membres de l’Assemblée Provinciale des enfants de Kinshasa, ce sont eux qui se sont réunis le samedi 10 décembre 2016, dans salle de réunion de l’Hôtel du gouvernement provincial, pour accomplir ce dernier acte du projet.

La notion du genre, plus intégrée chez les enfants que chez les adultes !

J’ai été agréablement surpris de constater que les comités de 12 communes de Kinshasa sur 24 sont dirigés par des jeunes filles. Donc, le projet avait réussi à atteindre deux objectifs à la fois : d’un côté la participation des enfants et de l’autre l’égal accès filles et garçons à des postes de responsabilité.

Participation institutionnelle des enfants : 4 leçons

Au nombre des leçons que j’ai tiré de cette expérience pilote, dans laquelle j’ai été impliqué du début à la fin, je retiens cette phrase du Directeur de Cabinet de Madame la Ministre Provinciale en Charge de l’Education, de la Communication, de l’environnement et du Genre : « L’on peut affirmer sans crainte d’être contredit que le processus qui a conduit à l’installation du comité Provincial des enfants a permis d’avoir un organe qui représente valablement les enfants de Kinshasa ».  Je le confirme, car, les présidents des différents comités des enfants à tous les niveaux ont reçu mandats de leurs bases respectives, à la différence de ce qui se faisait avant, où l’on avait souvent des structures sui generis pour représenter les enfants.

La deuxième leçon de ce projet pilote est que les enfants impliqués dans ce processus agiront, à l’avenir, en toute connaissance de cause, grâce aux informations reçues durant leur formation.

Troisièmement, alors que chez les adultes la notion du genre peine à passer, chez les enfants, les filles s’imposent pour diriger les comités aux niveaux local et communal. A l’image de la présidente du comité des enfants de la commune de la Gombe, qui a été élue première vice-présidente du comité provincial de Kinshasa, qui s’est illustrée par son expression facile et sa maîtrise des droits de l’Enfant. Je vous invite à échanger avec elle, vous deviendrez fans.

Le Comité provincial des enfants de Kinshasa comprend cinq filles sur les onze membres qui le composent. Il a un mandat de deux ans.

Que faire pour rendre aisé le passage à l’échelle nationale ?

Prévu pour se dérouler en six mois, le projet a duré onze mois. Pour cause, des décisions tardives au niveau administratif. A mon humble avis, si l’Arrêté Interministériel portant organisation et fonctionnement des structures de participation des enfants est signé et si ses mesures d’application sont prises, cela facilitera l’installation rapide des comités d’enfants dans les autres provinces.

unicef-drc-pontien-2

Je suggérerai aussi de consolider l’équipe de la coordination et du secrétariat technique, le projet impliquant déjà environ 8 000 personnes. L’appui financier devra être plus conséquent pour permettre aux encadreurs d’accompagner convenablement les enfants dans la mise en œuvre de leurs plans d’action.

Qui veut, peut

L’expérience pilote menée en 2016 a démontré qu’il est possible de mettre en place les comités et le parlement des enfants tels que voulus par la Loi portant protection de l’Enfant. Il faut pour cela que les décideurs (autorités) congolais(es), veuillent effectivement voir les structures de participation institutionnelle des enfants être une réalité sur l’ensemble du territoire et prennent les actions qui leur incombent.

Cela ne devrait pas attendre, car la participation a démontré ses vertus, aux nombres desquelles le développement, chez les enfants, de l’esprit du travail pour l’intérêt communautaire ainsi que le développement de la confiance en soi.

En attendant ces mesures et la mise à l’échelle, les enfants de Kinshasa, membres des comités à différents niveaux vont continuer à mener des plaidoyers pour leurs pairs dont les droits sont violés et à faire de la sensibilisation sur les droits de l’enfant.

J’espère que les autorités vont saisir cette opportunité pour prouver que leurs actions sont guidées par les principes d’équité et de non-discrimination, afin que très vite les enfants d’autres provinces puissent savourer également les bienfaits de la participation institutionnelle.

The following two tabs change content below.

Jean Pontien Tshibamba

Jean Pontien coordonne le Réseau des Encadreurs et Initiateurs à la Participation des Enfants (REIPE). Il forme et encadre les Enfants-Reporters. Auparavant, il a travaillé dans l'accompagnement des enfants vulnérables à Kinshasa ainsi que dans la sensibilisation sur les méfaits de l'alcoolisme et du tabagisme chez les enfants.

Derniers articles parJean Pontien Tshibamba (voir tous)

One comment

  • bjr jean pontien, merci bcp pour le travail abattu et felicitation… ns sommes impatient de voir aussi un parlement des enfants de la province de l’equateur que je fais partir des encadreurs

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This