Une princesse mobilisée pour les enfants de l’Est de la RDC

unicef-drc-enfants-reportersBEST OF 2016 – C’est dans une ambiance de fête que Son Altesse Royale, la Princesse de Hanovre, Caroline de Monaco accompagnée de son Excellence Monsieur Paulo Uchoa, l’ambassadeur du Brésil en République démocratique du Congo (RDC) et Monsieur Jérôme Froissart, Secrétaire-Général d’AMADE (Association Mondiale des Amis de l’Enfance) ont été accueillis ce 27 septembre à Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu dans l’est de la RDC, par le chef de bureau de l’UNICEF/Zone Est, Monsieur Thierry Dentice.

Princesse de Hanover en RDC, une ambassadrice des Droits de l’Enfant

A l’entrée de l’hôpital HealAfrica, première étape de la visite, une jeune fille au milieu des cadres et responsables de l’hôpital offre à la Princesse un bouquet de fleurs. Un peu plus loin à l’intérieur, un groupe d’enfants, tous vêtus de blanc – comme pour témoigner de leur aspiration à la paix après tant d’années de conflits armés -, entonne en chœur un hymne traduisant leur gratitude au soutien que leur apporte la Princesse à travers l’association AMADE et l’UNICEF.

Princesse de Hanove en RDC - Heal Africa

« Nous sommes très fiers et honorés de recevoir la visite de Son Altesse Royale, la Princesse de Hanovre. Nous vous souhaitons la bienvenue chez nous » a déclaré Docteur Jo Lusi, fondateur de HealAfrica, un complexe hospitalier spécialisé dans le traitement des victimes de violences sexuelles et la prise en charge psychosociale des enfants vulnérables, orphelins du VIH/SIDA ou victimes des violences sexuelles.

A la rencontre de victimes de violences sexuelles

Pendant sa visite à l’hôpital, Son Altesse Royale s’est longuement entretenue avec quelques adolescentes victimes de violences sexuelles. L’une d’entre elles Nadia*, 17 ans aujourd’hui, avait été violée dans un quartier de Goma et s’est retrouvée enceinte alors qu’elle n’avait que 16 ans. C’est là que sa vie a basculé.

« Je me demandais ce que cet enfant allait devenir. Comment allais-je pouvoir m’occuper de lui étant donné que moi-même je n’avais rien et que je n’étais même pas en mesure de me prendre en charge. J’avais envie de me donner la mort » raconte-t-elle avec émotion.

Après quelques mois de prise en charge psychosociale, Nadia a pu surmonter ses difficultés. Elle a donné naissance à un petit garçon et a commencé à apprendre à coudre et faire la pâtisserie. Mais elle a retrouvé le goût de la vie après avoir participé à plusieurs séances de capoeira, un art martial d’origine afro-brésilienne utilisé par l’UNICEF et ses partenaires comme outil de prise en charge transitoire d’enfants vulnérables et traumatisés. Maintenant, elle rêve de faire de grandes choses dans sa communauté.

« J’aimerais ouvrir un centre de formation où je vais enseigner la capoeira aux jeunes filles de la communauté. La capoeira m’a beaucoup aidé à me relever. Il faudrait que les filles qui traversent des moments difficiles comme moi sachent que l’espoir n’est pas perdu », a-t-elle dit.

Enfant soldat hier, jeune garçon tourné vers l’avenir aujourd’hui

Après HealAfrica, la Princesse Caroline est allée à la rencontre des ex-enfants soldats démobilisés dans le Centre de Transit et d’Orientation (CTO) mis en place par le Concert d’Action pour Jeunes et Enfants Défavorisées (CAJED), une ONG locale partenaire de l’UNICEF. Depuis 2003, cette ONG a encadré plus de 11.000 enfants sortis des groupes armés de la RDC.

unicef-drc-delegation

Parmi les ex-enfants soldats démobilisés, Lionel* 15 ans, avait été enlevé par un groupe armé alors qu’il était au champ avec ses parents à Kikutu dans le territoire de Rutshuru, à environ 80 kilomètres au nord-est de la ville de Goma.

« Quand ils [hommes armés] sont arrivés, ils m’ont demandé de les aider à transporter des fagots. J’ai tout abandonné pour les suivre. Arrivé dans la forêt, ils m’ont demandé de choisir entre prendre l’arme et rester en vie ou refuser l’arme et mourir. J’avais donc choisi de rester en vie » raconte-t-il.

Lionel est resté six mois dans la forêt avec le groupe armé. Son travail consistait à voler de la nourriture dans les champs d’autrui et à faire la cuisine.  Quand il pleuvait, il devait s’abriter sous les arbres alors qu’il n’avait rien pour se protéger contre le froid et les autres intempéries.  Un jour, prétextant d’aller à la pêche pour son maître, Lionel a réussi à s’échapper pour rejoindre un village. C’est là qu’il a pris contact avec les autorités locales qui ont facilité sa démobilisation.

Au CTO de CAJED, où il bénéficie depuis deux mois d’un encadrement psychosocial incluant des activités éducatives et récréatives, le jeune garçon ne cesse de penser à son avenir.

« Je veux repartir à l’école pour devenir une grande personnalité qui va influencer la vie et le comportement des jeunes de mon pays. Il n’est pas acceptable que les enfants continuent à être utilisés par les groupes armés », a t-il dit.

La capoeira, instrument de réhabilitation et de paix en RDC

En plus des séances psychosociales et des cours d’alphabétisation, les enfants du CTO de CAJED bénéficient des cours de capoeira pour la paix et la cohésion sociale depuis 2014. Deux fois par semaine, filles et garçons sortis des forces et groupes armés, enfants séparés ou non accompagnés et enfants de la communauté environnante pratiquent cet art martial qui permet d’éliminer les frustrations dont ils ont été victimes, de réduire les inégalités ainsi que de favoriser leur épanouissement mental et social.

Pendant sa visite à l’hôpital de Heal Africa et au CTO de CAJED, la Princesse de Hanovre a assisté à deux démonstrations spectaculaires de capoeira.

« Je suis très émue de constater que les jeunes s’intéressent à la capoeira. Je vous encourage à aller de l’avant. Le projet ne fait que commencer, et vous serez de grands capoeiristes du Congo » a –t-elle déclaré aux ex-enfants soldats démobilisés du CTO de CAJED.

« Capoeira pour la Paix »

Mis en œuvre par l’UNICEF depuis 2014, le projet « Capoeira pour la Paix » vise à améliorer le bien-être des enfants dans les zones affectées par les conflits armés. Ce projet bénéficie du soutien de l’AMADE, de l’ambassade du Brésil en RDC, du Canada et de la Suisse.

Photos : UNICEF DRC 2016 Djaounsede Madjiangar

The following two tabs change content below.

Djaounsede Madjiangar

Djaounsede Madjiangar est un Spécialiste de la Communication de l'UNICEF pour la RDC, basé à Goma. Avant de rejoindre l’UNICEF en juin 2016, Djaounsede a travaillé pendant 9 ans comme chargé de Communication et de Plaidoyer du Programme alimentaire mondial(PAM) au Tchad, en RDC, RCA, Sierra Leone, Afghanistan et Guinée Conakry. Il est convaincu que pour une vie harmonieuse dans la société, chaque enfant doit être élevé dans un esprit de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d’égalité, et de solidarité.

Djaounsede Madjiangarstrong is a UNICEF Communication Specialist for Eastern DRC, based in Goma. Before joining our team in June 2016, Djaounsede worked for 9 years as a Communication and Advocacy Officer for the World Food Programme (WFP) in Chad, DRC, CAR, Sierra Leone, Afghanistan and Guinea Conakry. He believes that for a harmonious life in a society, every child should be raised in peace, dignity, tolerance, equality and solidarity.

2 comments

  • Merci beaucoup la princesse de Hanover pour ton geste combien louable pour nos enfants a l’est de la RDC.Dieu benit toujours ceux qui donnent avec amour pour aider les gens en detresse.Voila encore nos enfants vont beneficier une education de qualite.Nous demanderons aussi a tous compatriotes congolais de suivre l’exemple de la princesse.Voila comment Dieu a benit cette princesse au centriple.

    Reply
  • Merci et Félicitation à tout les partenaire de l’UNICEF pour leur implication et volonté professionnel.

    Dans l’est de la RDC ( Goma,Sud Kivu,Maniema et Province Orientale) plus de 51 Groupes Armes sont identité et actifs dans le différents coins de chaque province. C’est pour quoi nous demandons à l’UNICEF d’ajouter le Maniema dans le projet capoeira pour aider tant soit peut les ESFGA de la province.
    Courage à tout les partenaire de la Protection de l’enfant.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This