Protection – Principales avancées en RDC

6

PROTECTION JURIDIQUE

En se basant sur les conclusions du Comité sur les droits de l’enfant (CRC), la composante de protection juridique a soutenu les efforts du gouvernement congolais pour atténuer la vulnérabilité des enfants à travers un renforcement du cadre et des systèmes légaux dans l’intention de réduire toutes formes de violence, abus et exploitation, en particulier dans les champs du recensement des naissances et de la justice pour mineurs.

Entre 2011 et 2012, 11 452 délinquants juvéniles et victimes, dont 2 036 filles, ont bénéficié de l’amélioration du système pénal pour mineurs. En 2010, l’UNICEF a joué un rôle prépondérant dans l’augmentation du taux de déclaration des naissances (28%).

PROTECTION SOCIALE POUR LES ENFANTS VULNÉRABLES

L’UNICEF a contribué de façon significative au Plan d’action national pour les enfants vulnérables ratifié en 2009. Avec une approche de « communauté protectrice », l’UNICEF a eu pour but de renforcer les capacités des communautés et foyers, et ainsi gérer des situations qui auraient pu porter atteinte aux droits des enfants.

Depuis que le gouvernement de la RDC a démarré le programme de « communautés protectrices » en partenariat avec l’UNICEF en 2008, 991 822 enfants vulnérables (469 901 filles) ont bénéficié de services sociaux.

LUTTE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE

L’UNICEF est un leader dans le programme de réponse à la violence sexiste en RDC, travaillant en collaboration avec le gouvernement et des associations, ONG internationales et agences apparentées aux Nations Unies. L’UNICEF a ardemment soutenu la Stratégie nationale en tant que cadre cohérent pour le travail du gouvernement de la RDC. En collaboration avec ses partenaires, l’UNICEF a répondu de façon appropriée et complète aux victimes de violences sexuelles, grâce notamment à des soins médicaux, psycho-sociaux, une aide à la réintégration et au recours à des conseillers et assistants légaux.

Au cours du premier semestre de 2013, 10 190 victimes, dont 3 661 enfants, ont bénéficié de soins psycho-sociaux dans l’Est.

PROMOTION DE L’ÉGALITÉ DES GENRES

Pour promouvoir l’égalité des sexes, il est important de changer les normes sociales et les comportements, et ainsi d’instiller une nouvelle perception de la masculinité et de la féminité. Les pouvoirs économiques et les rôles sociaux des hommes et des femmes doivent aussi être renforcés. Le renforcement des capacités dans la lutte contre la violence sexiste et la coordination de structures multilatérales sont les stratégies-clefs pour promouvoir l’égalité des genres. En collaboration avec le secteur de la sécurité, il est impératif de fournir aux victimes de violence sexiste un système pénal amélioré.

Dès à présent, l’UNICEF a à cœur de promouvoir l’égalité des sexes dans les provinces occidentales (ex. : Bandundu et Kinshasa) en partenariat avec le gouvernement de la RDC et l’Union Européenne.

URGENCE ET POST-CONFLIT 

La situation actuelle en RDC est extrêmement complexe d’un point de vue militaire et politique, avec des risques et des dommages accrus pour les civils dans l’Est du pays, où des groupes armés – Maï Maï Kata-Katanga et autres – sont particulièrement actifs depuis la création du M23 dans le Nord Kivu.

En collaboration avec la MONUSCO, l’UNICEF assiste le gouvernement de la RDC dans la mise en place du Plan d’action pour la lutte contre le recrutement et l’utilisation d’enfants, et autres violations des droits des enfants, par les forces armées et les services de sécurité de RDC. Le Plan d’action se concentre sur quatre activités essentielles : la prévention, la séparation et la protection, la réaction et la lutte contre l’impunité.

Au travers du programme de Désarmement, démobilisation et réintégration des enfants associés à des forces et groupes armés, les soins et protections temporaires de près de 10 000 enfants ont été assurés depuis début 2009, parmi lesquels 8 000 ont réintégré leur communauté d’origine.

Les espaces amis d’enfants (CFS) ont également permis d’héberger environ 25 000 enfants par jour dans des camps et villages d’accueil et de fournir des activités récréatives et éducatives non-formelles. De plus, tous les programmes encouragent les groupes de discussions pour adolescents et les comités de protection des enfants à promouvoir les droits des enfants, identifier les enfants vulnérables et faciliter une réponse appropriée de la part de la communauté, ou le recours aux services concernés. Le Plan d’Action de la Résolution 1612 du Conseil de sécurité des Nations Unies a été signé le 4 octobre 2012.

The following two tabs change content below.

stevebutton

Derniers articles parstevebutton (voir tous)

Pin It on Pinterest

Share This