Rencontre avec le President de l’Assemblee Provinciale du Bandundu

Rencontre avec le President de l’Assemblee Provinciale du Bandundu

A l’occasion du 24eme anniversaire de la CDE, nous, enfants reporters du Bandundu, avons rendu visite au Président de l’Assemblée Provinciale afin d’assurer le suivi des différents plaidoyers soumis à son appréciation. Accompagnés de nos encadreurs, de la chef de Division du Genre et celui de la Communication, le Président de l’Assemblée Provinciale du Bandundu nous a reçus le jeudi 14 novembre à 11h dans son bureau. Ce qui a été une satisfaction pour nous car nous avons pu lui soumettre certaines de nos préoccupations dont : le plaidoyer sur l’exploitation économique des enfants, le mariage précoce, un rappel sur le tapage diurne et nocturne au niveau du Centre de Lecture de Bandundu ainsi que l’obligation des enfants à participer aux veillées de prières.

« UNE FILLE QUI A 15 ou 16 ANS SE MARIER AVEC UN PAPA DE 45 OU 50 ANS, CELA NOUS FAIT MAL DE VOIR CA… »

Prenant la parole en ce qui concerne le mariage précoce, Mérite MBUATA dira : Nous voyons dans le quartier, une fille qui a 15 ans ou 16 ans se marier avec un papa de 45 ou 50 ans, cela nous fait mal de voir ça parce que, nous non plus nous ne pouvons accepter que l’on nous fasse cela. Ce n’est pas de leur propre gré qu’elles font ça et elles ne sont pas contentes mais la coutume exige cela.

Deo KUSANIKA de répliquer : Moi je voudrais parler des enfants qui passent toute une nuit dans les églises pour des veillées or, ces enfants devraient aller le matin à l’école. C’est pour cela que nous sommes venus auprès de vous pour vous parler, si vous pouvez prendre des mesures pour ces problèmes.

Remise de la note de plaidoyer au President de l’Assemblee Provinciale

Le Président de l’Assemblée a été attentif à nos plaintes surtout en ce qui concerne les tapages diurnes et nocturnes. En prenant la parole sur ce sujet, le Président nous a rassure à travers ces mots : « ….aussitôt arrivé ici, j’ai préparé une lettre que j’ai adressée au gouverneur de province parce c’était juste au début des vacances scolaires et je leur disais qu’au retour des vacances des élèves, il faudrait que l’on cesse avec cette histoire. Je suis étonné que vous reveniez pour me dire que rien n’a change. Je vais reposer la question au gouverneur. »

Il nous invitera par la suite, à présenter auprès des députés, les différents problèmes liés aux violations des droits des enfants afin que ces derniers arrivent à prendre une décision à soumettre au gouvernement pour exécution. Ce qui nous a réjouis.

A l’issu de cette rencontre, nous avons remis en main propre au Président de l’Assemblée Provinciale, notre note de plaidoyer.

Quant à l’édit sur l’exploitation économique des enfants, il nous a rassuré devoir assurer le suivi de sa signature et nous répondra en temps opportun.

 Le Président a également loué notre initiative et nous a recommandé de continuer sur la même lancée.

Les enfants reporters du Bandundu. De gauche à droite : Mehdi MUPASOLA, Mérite MBUATA, Jean Claude MWANGA, Deo KUSANIKA, Rolande MALEMBETO

 

Article écrit par Rolande Malembeto en collaboration avec les enfants reporters du Bandundu. Photos prises par les enfants reporters du Bandundu.

   

 

   

The following two tabs change content below.

Rolande

Rolande a 13 ans et elle est enfant reporter à Bandundu. Elle s’engage aux côtés de ses amis pour lutter contre le mariage précoce et l’exploitation économique des enfants. Plus tard, elle sera institutrice pour transmettre ce qu’elle a appris

Rolande is 13 years old and she is a youth reporter in Bandundu. Along with her friends, she is comitted to fight against early marriage and the economic exploitation of children. Later, she will be a teacher to convey what she has learned

Derniers articles parRolande (voir tous)

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire