Réponses Alternatives pour les Communautés en Crise en RDCongo

UNICEF RDC 2017 ARCC VideoVIDEODepuis 6 ans maintenant, l’UNICEF et ses partenaires ont travaillé sur les Réponses Alternatives pour les Communautés en Crise en République Démocratique du Congo (ARCC). ARCC vise à mieux répondre aux besoins des personnes touchées par des situations d’urgence, travaillant avec les marchés locaux et de l’assistance en espèces. Cela vaut-il la peine? Découvrez-le en regardant ce court métrage.

Que dire des crises humanitaires dans l’Est de la RD Congo?

La République démocratique du Congo (RDC) est un cas typique d’une situation d’urgence prolongée. Les premiers déplacements de populations à grande échelle et les crises humanitaires remontent au début des années 1990 avec des dizaines de milliers de personnes fuyant les conflits inter-communautaires dans la province du Nord-Kivu. Peu après, en 1994, les premières grandes vagues de réfugiés sont entrés dans la région du Kivu, dans le sillage de la guerre civile rwandaise et du génocide.

Depuis, deux conflits armés de grande échelle ont causé ce que beaucoup considèrent comme l’une des crises humanitaires les plus graves depuis la fin de la Guerre Froide. Aujourd’hui, 69 groupes armés sont actifs dans l’Est de la RDC, forçant 1,7 million de personnes à se déplacer dans une zone semblable à la moitié de la taille de l’Europe Occidentale.

Combiner des Réponses Alternatives pour les Communautés en Crise

De mars 2013 à septembre 2015, l’UNICEF et trois organisations partenaires (Concern Worldwide, Mercy Corps, et Solidarités International), ont collaboré pour fournir ce qui était à l’époque le seul plus grand programme de transfert monétaire inconditionnel pour la réponse humanitaire en République Démocratique du Congo.

Principalement financées par le United Kingdom Department for International Development (DFID), le programme de réponses alternatives de l’UNICEF pour les communautés en crise (ARCC II) a atteint 23 480 familles déplacées, familles d’accueil, et familles réinstallées dans l’Est de la RDC.

Aider les marchés locaux à répondre aux besoins des personnes en situation d’urgence

La théorie derrière l’approche de ARCC est que les familles touchées par le conflit en RDC font face à une grande variété de besoins selon les événements spécifiques qu’ils ont vécu, la localisation de leur lieu ou zone de refuge et de la situation familiale.

Aussi ARCC soutient que les marchés de l’Est de la RDC se sont adaptés à la crise en cours et sont dynamiques pour répondre aux besoins fondamentaux des communautés. Ainsi, la réponse flexible en argent peut être une alternative efficace en comparaison à un plan humanitaire de secours en nature.

L’approche de ARCC est basée sur l’hypothèse que les familles qui reçoivent un bon inconditionnel et de l’aide en espèce vont faire des achats qui permettront d’accroître l’accès aux biens, aux services et aux opportunités de subsistance élémentaire, et finalement au renforcement de leur bien-être.

Les résultats confirment l’hypothèse de ARCC

L’UNICEF s’est associée avec American Institutes for Research (AIR) pour étudier les effets du programme de ARCC II et a trouvé des évidences pour soutenir l’hypothèse de lRCC. En utilisant une analyse détaillée des habitudes d’achat des familles participantes, le document de l’UNICEF-AIR, qui sera publié en février 2017, montre que l’argent a été utilisé par les bénéficiaires conformément aux objectifs ARCC II.

Archétype des méthodes quasi-expérimentales, il a été constaté que ARCC a contribué de manière significative et au-delà des attentes, à l’amélioration du bien-être, a réduit les vulnérabilités et l’utilisation des mécanismes d’adaptation négatifs, et, finalement, a permis l’accroissement de la capacité de subsistance des ménages.

Vous n’êtes pas un spécialiste? Alors regardez la vidéo!

La vidéo infographique ci-dessous vise à expliquer d’une manière conviviale et sans mot technique, les résultats encourageants du programme ARCC II. Ces résultats ont poussé l’UNICEF à intensifier ARCC dans sa troisième phase, qui a commencé en 2016 et qui prendra fin en juin 2017. Au cours de la dernière année 33 281 familles ont été assistées par des transferts monétaires  dans cinq provinces de l’Est et du Sud de la RDC. L’UNICEF compte assister 24 000 familles supplémentaires dans les six mois à venir dans le Nord-Kivu en particulier, au Tangakanyika et au Kasai où les conflits engendrent actuellement de très nombreux déplacements internes.

Plus d’informations concernant les urgences en RDC

Depuis plus de deux décennies, la République Démocratique du Congo (RDC) est en proie à de multiples conflits complexes, avec des conséquences humanitaires graves.

Traduit de l’anglais par Eugène Loko Jr

The following two tabs change content below.

Gabriele Erba

Gabriele Erba est Monitoring Specialist et Coordonnateur du programme Alternative Responses for Communities in Crisis (ARCC) pour UNICEF à Goma. Economiste de formation, il a travaillé durant les sept derniers années entre Ouganda, Sud Soudan et la RDC des ONGs ainsi que pour les Nations Unies. Il milite pour une assistance digne qui puisse autonomiser les familles en leur garantissant la liberté de choix à travers les transfert monétaires. Parce que donner le droit aux plus vulnérables d'avoir le choix d’allouer leur assistance à la diversité de leurs besoins, c'est leur donner le droit à un avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This