La scolarité dans le grand Kasaï : 150 000 enfants menacés

COMMUNIQUÉ DE PRESSE150 000 enfants dans le Grand Kasaï ont besoin d’une aide d’urgence pour reprendre leur scolarité. Plus de 600 écoles endommagées lors des attaques.

Les enfants face à la violence dans le Grand Kasaï

Plus de 150 000 enfants sont privés ou ont un accès réduit à l’école en raison de la violence dans le Grand Kasaï dans le sud de la République Démocratique du Congo (RDC).

Depuis le début des violences en août 2016, des attaques ont endommagé 639 écoles primaires et secondaires dans le Grand Kasaï. De plus, de nombreuses écoles servent aujourd’hui de lieu d’hébergement de fortune pour les déplacés. Certaines infrastructures scolaires sont mêmes occupées par les milices ou des forces combattantes. Face à la violence, les enseignants hésitent à se rendre dans leurs écoles.

L’école, ferment de la fraternité, du dialogue et de la réconciliation

« Il est essentiel de pouvoir rétablir au plus vite la scolarité des enfants du Grand Kasaï », a souligné Dr Tajudeen Oyewale, Représentant ai de l’UNICEF en RDC. « L’UNICEF rappelle que l’école est un espace privilégié d’apprentissage, de socialisation, de protection et de construction de la citoyenneté. L’école donne aux enfants un cadre de normalité dans des périodes troubles et l’éducation constitue un espoir pour l’avenir de chaque enfant. Par son action éducatrice, l’école porte en elle les ferments de la fraternité, du dialogue et de la réconciliation sociale ».

La scolarité dans le Grand Kasaï comme priorité

L’UNICEF rappelle que le 28 juillet 2016, la RDC avait signé la Déclaration d’Oslo sur la Sécurité dans les Ecoles. En endossant cette Déclaration, la RDC s’était engagée à promouvoir et à protéger le droit à l’éducation dans les situations de conflit armé.

Selon l’UNICEF, plus d’un enfant sur dix en âge d’aller à l’école primaire dans le Grand Kasaï a eu sa scolarité interrompue d’une manière plus ou moins longue suite aux violences. Plusieurs écoles de la région ne sont plus opérationnelles depuis plus de 100 jours.

« Même si la volatilité de la situation sécuritaire limite l’accès humanitaire, il faut profiter des moments d’accalmie dans certaines zones pour intervenir et pour restaurer l’éducation, » a expliqué Dr Oyewale : « Une génération entière risque d’être sacrifiée si rien n’est fait pour apporter une assistance en éducation en situation d’urgence ».

Dans le cadre de son programme de réponse à l’urgence pour le Grand Kasaï, l’UNICEF appuie plus de 3600 enfants pour leur permettre de passer le test national de fin d’études primaires, en leur offrant des cours de rattrapage, du matériel scolaire et des uniformes. L’UNICEF a également organisé en urgence la formation de 64 enseignants et a appuyé la réhabilitation de 24 salles de classe.

L’UNICEF a besoin de 40,2 millions de dollars américains pour sa réponse d’urgence dans le Grand Kasaï.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site : www.unicef.org/french. Suivez- nous sur Twitter et Facebook.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

  • Yves Willemot, UNICEF DRC, +243 81 88 46 746, [email protected];
  • Sylvie Sona, UNICEF DRC, +243 81 70 96 215, [email protected];
  • Christophe Boulierac, UNICEF Geneva, +41 799639244, [email protected];
  • Joe English, UNICEF New York, + 1 917 893 0692, [email protected];
  • Patrick Rose, UNICEF Dakar, +221 78 63 80 250, [email protected]

Photo: UNICEF RDC 2017 Dubouthoumieu

The following two tabs change content below.

Yves Willemot

Yves Willemot est le chef de l’Équipe InfoCom de l’UNICEF RDC. Plus que tout, ce qui est important pour lui c'est d'être "tous ensemble pour les enfants".

Yves Willemot is Head of the UNICEF DRC InfoCom Team. More than anything, he believes that the most important is to "be together for the children".

One comment

  • Nous fils du Nord-Kivu, sommes très préoccupés par la situation au Kasaï. c’est très malheureux de voir les uns être en train de clôturer l’année scolaire pendant que les autres passent nuit en-dessous du lit craignant pour leur vie.

Laisser un commentaire