Semaine mondiale de la vaccination 2016, où en est la RDC?

communiqué-2Semaine mondiale de la vaccination, 24-30 avril

NEW YORK/GENÈVE, 22 avril 2016 – « Près des deux tiers des enfants qui n’ont pas été immunisés avec des vaccins de base vivent dans des pays qui sont partiellement ou entièrement touchés par un conflit », a déclaré l’UNICEF à l’approche de la Semaine mondiale de la vaccination.

Parmi les pays où se déroule un conflit, le Soudan du Sud a le pourcentage le plus élevé d’enfants non vaccinés avec 61 % d’entre eux ne recevant pas les vaccins pour enfants les plus essentiels, suivi de la Somalie (58 %) et de la Syrie (57 %).

« Un conflit crée les conditions idéales pour les épidémies »

a dit le Responsable de la vaccination à l’UNICEF, Robin Nandy. « Les enfants ne reçoivent pas les vaccins de base à cause de la dégradation, et parfois de la destruction délibérée, des services de santé indispensables. Même quand les services médicaux sont disponibles, l’insécurité qui règne dans la région les empêchent souvent d’arriver jusqu’aux enfants. »

La rougeole, la diarrhée, les infections respiratoires et la malnutrition sont les causes principales de maladie et de décès et, dans les situations de conflit et d’urgence, leurs effets peuvent s’aggraver. Quand les enfants contractent la rougeole dans des contextes non conflictuels, moins de 1 % d’entre eux meurent. Dans les régions où le surpeuplement et la malnutrition sont courants, comme par exemple dans les camps de réfugiés, les décès d’enfants causés par la rougeole peuvent atteindre jusqu’à 30 % des cas. Le surpeuplement et le manque d’éléments indispensables comme les produits alimentaires, l’eau et les moyens d’hébergement rendent les enfants encore plus vulnérables à la maladie.

Les régions où se déroulent des conflits voient aussi se produire les meurtres du personnel de santé et la destruction des établissements médicaux, des fournitures et du matériel, tout cela ayant des conséquences désastreuses pour la santé des enfants.

2000cas suspects de rougeole en RDC en 2016
Les régions touchées par un conflit au Pakistan et en Afghanistan restent les derniers bastions du poliovirus, qui entraîne la paralysie et a été aujourd’hui éliminé dans le reste du monde.
En Syrie, les niveaux de vaccination ont chuté, passant de plus de 80 % en 2010 à 43 % en 2014. La poliomyélite est réapparue dans le pays en 2013 après quatorze années sans cas enregistrés.
En République démocratique du Congo, plus de 2 000 cas suspects de rougeole ont déjà été signalés en 2016 avec 17 décès, la plupart d’entre eux se rapportant à des enfants âgés de moins de cinq ans.

Vacciner, une priorité dans les crises humanitaires

La vaccination, notamment celle contre la rougeole, hautement contagieuse, est une priorité essentielle lors des crises humanitaires et est un élément central de l’intervention de l’UNICEF pour protéger la santé des enfants dans de telles conditions.

En Syrie, une campagne de vaccination qui doit commencer le 24 avril ciblera les jeunes enfants qui n’ont pas pu bénéficier d’une vaccination de routine, notamment ceux se trouvant dans les zones assiégées et difficiles d’accès. Un grand nombre de ces enfants, nés depuis le début du conflit, n’ont jamais été vaccinés.
Au Yémen, malgré les combats intenses se déroulant dans le pays, les campagnes de vaccination appuyées par l’UNICEF ont permis la vaccination contre la rougeole et la rubéole de 2,4 millions d’enfants en janvier dernier et de 4,6 millions d’enfants contre la poliomyélite en avril 2016.
En Libye, la première campagne de vaccination en deux ans a été achevée en avril. Au début de ce mois, l’UNICEF a expédié plus de 1,5 million de doses de vaccins à Tripoli.
Plus de 36 millions d’enfants sont touchés par la vaccination antipolio au Pakistan où les cas de poliomyélite ont chuté de 65 % depuis 2015.
Durant la période 2014–2015, l’UNICEF a appuyé des campagnes de vaccination d’urgence contre la rougeole pour plus de 23 millions d’enfants en Iraq, en Syrie et au Yémen.

L’UNICEF et la vaccination dans les urgences et conflits

Lors des situations d’urgence et de conflit, l’UNICEF collabore avec ses partenaires pour réactiver la chaîne du froid nécessaire aux vaccins et aux différentes fournitures médicales les plus indispensables ; pour remettre en place les équipes médicales ; et pour former le personnel de santé à effectuer des vaccinations, des évaluations nutritionnelles et à administrer des suppléments en vitamine A ainsi que des traitements médicaux pour les femmes et les enfants.

La vaccination dans les situations de conflit permet de relancer les autres services de santé qui sont absolument nécessaires. Par exemple, dans les régions touchées par un conflit en Iraq, en Syrie et au Yémen, le personnel de santé assure des services de santé et de nutrition ainsi qu’une prise en charge des maladies infantiles pour les populations qui se présentent lors des campagnes de vaccination.

« Les enfants touchés par un conflit sont jetés dans une spirale destructrice de privations qui leur ravit leur santé et, par extension, leur avenir, » a dit Robin Nandy.

« La vaccination est un service indispensable qui mérite et nécessite une protection de la part de toutes les parties impliquées dans un conflit. »

Vaccination Polio RDC Sud Kivu 2015

La vaccination en République Démocratique du Congo

9 sur 10enfants couverts par le vaccin Penta3 en RDC en 2015
La République démocratique du Congo, appuyée par l’UNICEF, fournit des efforts considérables en vue d’accroitre la couverture vaccinale sur l’ensemble du territoire national ce qui a contribué à la réduction importante des taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans de 148 pour milles naissances vivantes en 2007 à 104 en 2014 (EDS – Etude démographique et de santé 2014). De 2010 à 2015, la couverture vaccinale au Penta3 – le vaccin utilisé chez l’enfant pour prévenir cinq maladies : la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B et les Infections a Haemophilus Influenzae est passée de 78% à 91%.

Ce résultat est le fruit du renforcement du Programme Elargi de Vaccination systématique à travers la disponibilité des vaccins, le renforcement de la chaine de froid, la récupération des enfants non ou insuffisamment vaccinés par les relais communautaires les campagnes de masse, l’organisation des activités de vaccination intensifiées et l’intensification de la sensibilisation de la communauté sur les avantages de la vaccination.

Le virus de la poliomyélite en RDC

Sur le plan épidémiologique, la RDC n’a pas détecté un cas de poliovirus sauvage (PVS) depuis le 20 décembre 2011, et le pays a été déclaré « pays certifié sans polio » en novembre 2015. Néanmoins, le risque d’importation du PVS et du Poliovirus Dérivé du Vaccin (PVDV) demeure élevé eu égard à l’existence des zones de santé d’accès difficile, des zones d’insécurité et des frontières non maitrisées avec des pays ayant déjà notifié des cas de PVS.

La Semaine Africaine de Vaccination 2016, est une opportunité pour renforcer le plaidoyer auprès des institutions de la République, en vue de la concrétisation de leur engagement en faveur de la

vaccination ainsi que de sensibiliser davantage la communauté sur l’importance de terminer les séries des vaccins selon le calendrier vaccinal.

# # #

La Semaine mondiale de la vaccination 2016

NOTE AUX RÉDACTIONS :

La semaine mondiale de la vaccination, qui se déroule chaque année à la fin du mois d’avril, vise à promouvoir l’utilisation des vaccins indispensables aux enfants, notamment ceux qui sont constamment exclus. Cet événement est célébré par l’UNICEF, les partenaires du domaine de la vaccination, les gouvernements et les organisations de la société civile du monde entier. La Semaine mondiale de la vaccination 2016 se déroule du 24 au 30 avril.

Pour en savoir plus : http://www.unicef.org/french/immunization/. Suivez #vaccineswork

Téléchargement de rouleaux B et de photos de qualité professionnelle.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site : www.unicef.org/french

Suivez-nous sur Twitter et sur Facebook

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Tamara Kummer, UNICEF New York, tél : + 1 617 331 4305, [email protected]

Yves Willemot, UNICEF RDC, tél: +243 81 88 46 746, [email protected]

 

Financement de la vaccination

L’UNICEF RDC remercie les grands donateurs de son programme d’appui à la vaccination: Gavi, l’alliance du vaccin, la Fondation Bill & Melinda GatesUSAID, le Rotary International, l’Agence de coopération internationale de la République de Corée, l’Agence canadienne de développement international, et l’Agence suédoise de coopération pour le développement.

Plus d’informations sur la vaccination

The following two tabs change content below.

Yves Willemot

Yves Willemot est le chef de l’Équipe InfoCom de l’UNICEF RDC. Plus que tout, ce qui est important pour lui c'est d'être "tous ensemble pour les enfants".

Yves Willemot is Head of the UNICEF DRC InfoCom Team. More than anything, he believes that the most important is to "be together for the children".

Laisser un commentaire