Toujours plus de solutions pour lutter contre le SIDA

sida en RDC

Le VIH affecte la vie d’enfants et de familles dans tous les pays du monde. Il est possible de le prévenir et de le traiter, mais pas de le guérir. Benoit Almeras, chargé de communication et photographe, nous parle de cette photo qu’il a prise. 

Un comprimé pour traiter le VIH

Il s’agit d’une photo du comprimé qui symbolise le traitement antirétroviral de l’Option B+. Le comprimé combine trois molécules qui devaient être prises séparément auparavant (“Option B”), ce qui a pour avantage de réduire (légèrement) le coût de production, de simplifier le stockage des antirétroviraux au niveau des structures de santé et, surtout, de faciliter la prise du traitement antirétroviral pour les personnes vivant avec le VIH.

Avec l’Option B+, dès qu’une personne est dépistée séropositive, elle est mise sous le traitement antirétroviral correspondant. Il lui faut alors prendre un comprimé chaque soir. Le traitement permet de contenir la propagation du rétrovirus dans le corps et d’éviter la contamination à son partenaire sexuel ou à son futur enfant.

Au-delà des aspects techniques, j’en ai surtout retenu des leçons d’humanité et des motifs d’espoir: à Lubumbashi, les personnes séropositives sous traitement témoignaient toutes de l’amélioration de leur état, de leur capacité à vivre “normalement” mais surtout de leurs projets futurs (avoir un emploi, avoir de nouveaux enfants). Elles espèrent évidemment que l’on trouvera un vaccin ou un traitement qui permettra d’éliminer le VIH, mais pour l’heure c’est la meilleure option disponible pour qu’elles restent en bonne santé.

Il reste que le défi principal pour la RDC est de convaincre ses citoyens d’effectuer les tests de dépistage (environ 8 congolais sur 10, âgés de 15 à 59 ans, ne connaîtraient pas leur statut sérologique) et de renforcer la capacité des laboratoires pour analyser les tests de dépistage des jeunes enfants. C’est un passage obligé avant la mise sous traitement.

Cela passera probablement par un grand effort de sensibilisation au niveau des communautés.

La situation du VIH/SIDA en RDC

Si le taux de prévalence du VIH/Sida semble relativement modéré en République démocratique du Congo, les connaissances en matière de Prévention de la transmission du VIH de la Mère à l’Enfant (PTME) sont limitées, tout comme le nombre de structures ayant les capacités de mener efficacement cette prévention.

En 2012, dix ans après le démarrage des activités de Prévention de la Transmission du VIH de la Mère à l’Enfant, le gouvernement a lancé un plan national d’Elimination de la Transmission du VIH de la Mère à l’Enfant pour la période 2012 – 2017, avec l’appui d’UNICEF notamment.

Le lancement de ce plan a coïncidé avec de nouvelles recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé  préconisant le passage de l’option A à l’option B+ pour améliorer l’efficacité de la Prévention de la Transmission du VIH de la Mère à l’Enfant.

Depuis septembre 2013, un projet pilote de déploiement de l’option B+ est mené dans des zones de santé du Katanga, avec l’appui d’UNICEF. Cette province est plus exposée au VIH/Sida par son ouverture vers l’Afrique Australe – où les taux de prévalence de la maladie sont parmi les plus élevés au monde – et par les comportements à risque suspectés autour de ses sites miniers majeurs.

Contrairement aux options A et B, l’option B+ ne nécessite pas nécessairement de connaître le nombre de cellules CD4 de la personne prise en charge – accélérant ainsi la mise sous traitement antirétroviral.

Plus d’informations :

Photo : UNICEF RDC 2014 Benoît Almeras

The following two tabs change content below.

Benoit Almeras

Benoit Almeras est volontaire des Nations Unies – il occupe les fonctions de chargé de communication pour la zone Est de la RDC pour le PNUD. En plus de sa passion pour la photographie et la musique congolaise, il aime raconter les histoires des personnes qu’il rencontre. Un crédo : « Si les voyages forment la jeunesse alors je veux rester jeune toute ma vie ! »

Benoit Almeras is a United Nations volunteer- he is responsible for communication for the UN development programme in the eastern zone of the Democratic Republic of Congo. As well as his passion for photography and Congolese music, he likes to tell the stories of the people he meets. His mantra is: "If travelling shapes youth then I want to stay forever young!"

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This