Le dépistage pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant

transmission du VIH de la mère à l’enfant

Goma, Nord Kivu – L’ambiance est quelque peu inhabituelle, ce matin du 18 octobre 2016, au  centre de santé de Murara, situé au nord-ouest de la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu. Des hommes mariés sont venus, nombreux, accompagner leurs épouses à la consultation prénatale (CPN). Pour certains, comme John Kalume (28 ans), c’est la toute première expérience. Assis derrière d’autres couples, le jeune homme et son épouse, Nene, suivent attentivement la séance de sensibilisation sur les consultations prénatales et la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME).

Le dépistage volontaire des couples

« Je pensais que les consultations prénatales sont une affaire de femmes. Mais aujourd’hui je comprends que le mari aussi doit venir pour le bien-être du couple et de leur bébé », a déclaré Kalume à la cérémonie de lancement des activités de la semaine CPN et PTME organisée par le Programme national de lutte contre le Sida (PNLS) avec l’appui technique et financier de l’UNICEF et de la Suède.

unicef-drc-2016-pb

John et Nene Kalume

Au cours de cette consultation prénatale, le couple Kalume n’a pas seulement écouté les conseils prodigués par le personnel de santé.  Il a même bravé sa peur en acceptant volontairement de se faire dépister.

Dépistage

« La décision de se faire dépister n’est pas facile à prendre. J’ai entendu dire que les antirétroviraux sont difficiles à avaler car il faut bien se nourrir pour supporter leurs effets secondaires. Mais pour le bien-être de la famille et surtout pour la santé de notre bébé, il est important que je connaisse mon état sérologique même si cela me fait très peur », a avoué John Kalume

Selon le rapport de la deuxième enquête démographique et de santé (EDS II-RDC 2013-2014), 1,1 pourcent de la population du Nord Kivu est séropositive. Ce chiffre ne traduit pas toute la réalité car près de 78 % de femmes et 84 % d’hommes congolais n’ont jamais effectué le test du VIH. Le dernier rapport du PNLS de 2015 indique qu’au Nord Kivu, seuls 38% de femmes enceintes ont été dépistés et connaissent leur statut sérologique.

Organisée au Nord Kivu, entre 18 et le 25 octobre 2016, la semaine de consultations prénatales et de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant vise à augmenter d’au moins 30% d’ici fin 2016, le nombre de femmes enceintes et allaitantes testées au VIH.  Le dépistage précoce permet une meilleure prise en charge des personnes séropositives et réduit fortement (de 35% à moins de 5%) le risque de transmission de la mère à l’enfant (OMS 2013).

Sortir de l’anonymat pour sensibiliser contre le VIH

Au cours de la cérémonie de lancement de la semaine CPN/PTME, Nathalie*, une jeune mère vivant avec le VIH/SIDA a partagé son expérience.  Mariée depuis 10 ans, la jeune femme est aujourd’hui mère de quatre enfants tous séronégatifs alors qu’elle et son mari vivent avec le VIH/SIDA depuis plusieurs années.

« Notre seule chance c’était d’avoir volontairement accepté de nous faire dépister très tôt pendant les consultations prénatales » a déclaré Nathalie. « Ensuite, j’ai été prise en charge dès le 1er trimestre de ma grossesse. Aujourd’hui tous mes enfants sont en bonne santé.  Je demande donc à toutes les femmes enceintes d’aller tôt aux CPN et se faire dépister avec leurs maris pour une meilleure prise en charge en cas de problème » a-t-elle ajouté.

Renforcer la coopération RDC-UNICEF pour éliminer le VIH

Le taux de consultation prénatale au premier trimestre de la grossesse au Nord Kivu reste l’un des plus faibles du pays – moins de 7%, selon le rapport annuel  du PNLS (2015).  A travers son programme d’appui à la santé maternelle et infantile, l’UNICEF soutient le programme de réduction de la transmission du VIH de la mère à l’enfant dans toute la province du Nord Kivu.

unicef-rc-2016-pb2

Lancement de la semaine CPN/PTME au Nord Kivu

« La clé de réussite de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant réside dans le diagnostic précoce suivi d’une prise en charge adéquate des mères séropositives. J’invite donc toutes les femmes enceintes et allaitantes ainsi que leurs conjoints à se faire dépister volontairement et gratuitement », a déclaré Amina Bangana, représentant le chef de bureau UNICEF Zone Est RDC au lancement de la semaine CPN/PTME au Nord Kivu.

Plus d’information à propos du VIH en RDC

Photo 1 : UNICEF DRC 2014 Benoit Almeras

Photo 2/3/4 : UNICEF DRC 2016 Cynthia Kanyera

The following two tabs change content below.

Cynthia Kanyere

Cynthia Kanyere est chargée de communication à l’UNICEF pour la Zone Est RDC. Sociologue de formation, elle travaille depuis 2005 dans domaine du journalisme et de la communication. Elle est fascinée par les enfants, quelle que soit leur classe sociale ou leur race. Son credo : « Agis pour chaque enfant de la même façon que tu agis pour ton propre enfant ».

Laisser un commentaire