Une injection pour lutter contre la fièvre jaune

IMG_1160Tôt ce jeudi, Laurent, prêtre à Kinshasa, est venu faire vacciner ses enfants en urgence contre la fièvre jaune. Comme plusieurs cas ont été identifiés dans l’Ouest du pays cette année, une campagne de vaccination de riposte à Kinshasa et dans la province du Kongo Central du 26 mai au 4 juin 2016 doit permettre d’arrêter l’épidémie.

Immuniser les communautés affectées

A Kinshasa, la campagne a lieu dans les zones de santé N’jili et Masina 2, où six cas de fièvre jaune ont été confirmés depuis le mois de mars. L’objectif est de contrôler l’extension de l’épidémie en renforçant l’immunité de la population contre la fièvre jaune. L’administration du vaccin Anti Amaril cible toutes les personnes de neuf mois et plus dans les aires de santé affectées.

Au niveau de la zone de santé de N’jili, chaque quartier dispose de plusieurs sites de vaccination, de manière à éviter à la population de parcourir des grandes distances pour se faire vacciner.

Une sensibilisation positive

A travers la sensibilisation, la population de N’jili a bien compris l’importance de se faire vacciner pour être protégée contre la fièvre jaune. Les hommes, femmes et enfants ont répondu positivement à l’appel des relais communautaires.

Laurent Mabiala, 35 ans, est père de deux enfants de quatre ans et trois ans. « Dans notre communauté nous avons reçu une lettre dans laquelle nous avons été informés de la tenue de la campagne de riposte contre la fièvre jaune. C’est pour cela que moi et mes enfants, nous sommes venus aujourd’hui pour nous faire vacciner, Mon épouse qui est au travail en ce moment sera aussi vaccinée avant la clôture de la campagne. Je me suis engagé à faire la promotion de la vaccination auprès de tous les fidèles de mon église et mes voisins », nous affirme-t-il.

Au site de vaccination Bomoi (Quartier 2), l’engouement des gens est grand, ils sont nombreux à être venus très tôt pour être vaccinés. Laurent nous explique : « Je tenais à tout prix à ce que moi et mes fils soyons vaccinés aujourd’hui ». 

Laurent Mabiala, entrain de faire vacciner sont fils Cherubin contre la fièvre jaune

Pour le bon déroulement de la campagne, la Croix rouge congolaise, partenaire de l’UNICEF, a déployé 50 volontaires qui travaillent comme agents de l’ordre dans les différents sites de vaccination contre la fièvre jaune. La campagne a de succès.Les volontaires ont du mal à contrôler la foule, qui se bouscule dans les rangs pour accéder à la salle de vaccination.

IMG_1163

Déroulement de la vaccination contre la fièvre jaune

Chaque site de vaccination a une organisation précise : quand les personnes arrivent, elles sont reçues par l’agent de l’ordre qui a des cartes de vaccination qu’il remplit pour chaque individu. Après avoir rempli les cartes, l’agent dirige la personne vers les vaccinateurs (infirmiers) qui, avant de leur administrer le vaccin, leur explique son importance. Après avoir reçu le vaccin, les personnes sont orientées vers le pointeur qui marque sur leur carte de vaccination le numéro du lot du vaccin et du diluant.

IMG_1218

Protéger la population, une priorité pour les organisateurs

Vacciner toutes les personnes de plus de neuf mois présente de nombreux défis. « La quantité de vaccin que nous avons est limitée. Plusieurs personnes vivant en dehors de cette zone de santé viennent se faire vacciner ici, ceci complique le calcul étant donné que le nombre de vaccin est donné sur base des aires de santé », précise docteur Kwasisi Kobel, médecin chef de zone de santé de N’jili.

IMG_1192

Allier les efforts contre la fièvre jaune

La campagne de vaccination de Riposte contre la fièvre jaune est organisée par le gouvernement de la RDC en partenariat avec l’UNICEF l’OMS, MSF, Save the Children et la Croix Rouge.

Le Représentant de l’OMS en RDC, Dr. Yokouidé ALLARANGAR en visite dans les différents sites de vaccination note pour sa part : « Nous sommes très satisfaits du déroulement des activités de la vaccination antiamarile dans les deux zones de santé ciblées de la Ville-province de Kinshasa. Notre appui au gouvernement de la RDC dans cette lutte repose sur des mesures urgentes pour endiguer l’épidémie de la fièvre jaune, en collaboration avec les autres partenaires afin de vacciner dans les meilleurs délais les populations des provinces touchées. L’OMS demeure également mobilisée avec les autres partenaires pour apporter un appui technique supplémentaire et mobiliser les ressources additionnelles auprès des bailleurs en vue de la réussite de cette campagne de vaccination contre la fièvre jaune». 

Photo du Représentant de l'OMS en RDC_le Dr ALLARANGAR Yokouidé lors de la visite dans les sites de vaccination de Ndjili_ photo_Eugene Kabambi_OMS

L’UNICEF appuie la campagne de riposte par la fourniture des vaccins et materiel d’injections, la communication et la mobilisation sociale pour emmener les populations à se faire vacciner et d’adopter les mesures de prévention contre la fièvre jaune.

Après s’être fait vacciner et avoir veillé à la vaccination de ses enfants, Laurent repart satisfait, et déterminé à encourager tous les membres de sa communauté à protéger leur famille contre le virus de la fièvre jaune.

 

Photo: UNICEF RDC 2016 Hélène Komerwa

The following two tabs change content below.

Hélene Komerwa

Hélène Komerwa est bénévole en Communication à l’UNICEF RDC. Journaliste de formation, elle est intéressée par la lutte pour les droits des enfants.

Hélène Komerwa is a Communication volunteer at UNICEF DRC. Originally a journalist, she is interested in the fight for children's rights.

One comment

Laisser un commentaire