Une jeune fille anciennement associée aux groupes armés renaît grâce à la couture

Une jeune fille anciennement associée aux groupes armés renaît grâce à la couture

“Si j’avais plus de matériel, j’aiderais ma famille, j’aiderais mes parents“, déclare Evelyn*, 15 ans, tout en cousant une robe colorée. Le tac-tac-tac de la machine à coudre est le seul bruit qui vient briser sa concentration.

On dirait qu’Evelyn a cousu toute sa vie, et pourtant elle vient juste de finir sa première année de formation. A présent, elle coupe et coud toute seule, et a déjà compris que ce travail de couturière pourrait rendre sa vie meilleure. “Ce travail peut nous aider.

Evelyn vient de Makobola dans l’Est de la RDC, un village qui a lourdement souffert des conflits armés dans le passé.

En 1998, des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants ont été massacrés à Makobola, et le village souffre encore des guerres qui n’en finissent pas.

En 2011, Evelyn était en route pour le marché quand des hommes armés l’ont kidnappée et emmenée dans la forêt. Elle y est restée deux ans avec le groupe armé, et la jeune femme ne s’est pas encore remise de cette épreuve. “Lorsque je vivais avec le groupe armé, ils me faisaient travailler comme un animal” rapporte-t-elle en soulignant qu’elle n’a pas eu d’enfance.

A présent Evelyn profite de chaque instant de sa nouvelle vie.

Lorsqu’elle ne se trouve pas à l’atelier de couture, elle aide gaiement sa mère dans ses tâches quotidiennes. La femme de 40 ans avait perdu tout espoir de revoir sa fille aînée en vie. “J’étais très inquiète. J’avais des pensées très noires. Je pensais que ma fille était morte,” raconte Noella Bognemo, la mère d’Evelyn, avant d’ajouter qu’une cérémonie de deuil avait été organisée lorsqu’ils voyaient que la jeune fille ne revenait pas.

Evelyn ne coud pas seulement pour gagner sa vie. Cette activité socio-économique peut l’aider à se remettre des situations traumatisantes qu’elle a vécues, et à se réinsérer plus facilement au sein de sa communauté.

De plus, elle a gagné le respect et l’estime des autres membres de la communauté.Cette fille était rejetée au début, mais à présent elle est acceptée dans la communauté grâce au travail qu’elle fait,” explique Ange Badesire, Education Officer au sein de l’ONG Transcultural Psychosocial Organisation (TPO).

Grâce à des fonds provenant du gouvernement suédois, l’UNICEF s’associe avec TPO pour aider des enfants comme Evelyn à reconstruire leur vie.

Les enfants reprennent leur scolarité ou suivent une formation professionnelle.

Makobola se situe près du lac Tanganyka, mais les enfants du programme ne pêchent pas. On leur conseille de choisir des formations moins dangereuses en fonction de leur âge et en vertu des principes de l’Organisation Internationale du Travail.

De plus, le programme les aide à développer leur autonomie et leur capacité à choisir.

Je suis impressionné par la force de ces enfants”.

Ils sont très rapidement capables de reprendre une vie normale et de choisir seuls leur propre formation,” explique Marie Nilsson, de l’ambassade de Suède, en faisant l’éloge de la capacité de résistance des enfants qu’elle a rencontrés lors de la visite de la coopération suédoise à Makobola en mai.

L’UNICEF et ses partenaires aident les enfants précédemment associés aux forces et groupes armés à diriger un commerce ou à retourner à l’école, tout en continuant de travailler avec les communautés et les familles afin de protéger toujours mieux les enfants de la maltraitance, et de les aider à grandir dans un environnement paisible.

L’histoire d’Evelyn en images:

*Evelyn n’est pas le véritable nom de cette enfant. Son nom a été modifié pour la protégerde représailles.

Traduit de l’anglais par Anaïs Belaud.

The following two tabs change content below.

Ndiaga Seck

Ndiaga Seck est le Spécialiste en Communication de l’UNICEF à l’Est de la RDC. Il a une spécialisation en Études Humaines et Sociales, en Éducation et en Journalisme. Pendant les huit dernières années, il a travaillé pour IRIN et OCHA en Afrique de l’Ouest, OCHA et UNICEF en RDC. Son credo : « Un monde digne des enfants est à portée de main. Saisissons-le ! »

Ndiaga Seck is a UNICEF Communications Specialist in Eastern DRC. He specializes in human and social studies, education and journalism. For the past eight years, he has worked with IRIN, OCHA, in West Africa. His leitmotiv: “A World fit for children is within reach. Let’s grab it!”

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This