Une lettre, signée par de jeunes survivants de violence : la campagne #ENDviolence

Une lettre, signée par de jeunes survivants de violence : la campagne #ENDviolence

Au cours du processus de développement de l’agenda post-2015, l’UNICEF continue de promouvoir l’initiative ENDviolence pour exiger un objectif précis pour mettre fin à la violence envers les enfants.

L’inclusion de l’Objectif 16 : Promouvoir l’avènement de sociétés justes, pacifiques et ouvertes et développer les cibles qui composent d’autres objectifs démontent qu’il existe une volonté officielle de mettre fin à la violence sous toutes ses formes ; l’heure est venue de transformer ces promesses écrites en changement pour les enfants.

A l’approche de l’Assemblée générale des Nations unies où les Objectifs de développement durable seront adoptés, certains Bureaux-pays et Comités nationaux de l’UNICEF ont travaillé sur une opportunité unique de rappeler aux dirigeants mondiaux les promesses de mettre fin à la violence et, en utilisant la voix des jeunes, de les confronter à leurs devoirs.

Les Comités Britannique et Irlandais ont présidé l’élaboration d’une lettre touchante écrite par de jeunes survivants de violence et adressée aux dirigeants mondiaux, leur demandant de prioriser leurs efforts pour mettre fin à la violence répandue qui affecte des millions d’enfants chaque jour. Au total, 18 Bureaux-pays et Comités nationaux ont travaillé avec des jeunes dans leurs pays respectifs afin d’identifier un survivant de violence pour partager une lettre. Ces lettres ont été fusionnées pour créer une seule lettre de la part des 18 jeunes qui représentent tous les enfants à travers le monde.

Les 18 jeunes sont originaires de : l’Afrique du Sud, l’Australie, le Brésil, le Cambodge, la République Démocratique du Congo, l’Espagne, Gaza, l’Irlande, l’Islande, la Jamaïque, la Jordanie (un réfugié syrien), le Nigéria, le Pakistan, les Pays-Bas, le Portugal, le Sud-Soudan et l’Ukraine.

COMMUNIQUE DE PRESSE

L’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF David Beckham appelle les dirigeants mondiaux à mettre fin à la violence envers les enfants (#ENDviolence)

Vidéo de David Beckham disponible ici: http://uni.cf/1JXxyDl
Photos et autres supports multimédia disponibles ici : http://uni.cf/1ES0S1e

LONDRES/NEW YORK, le 15 septembre 2015 – L’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF David Beckham se fait le champion d’une lettre signée par 18 enfants rescapés de la violence qui appelle les dirigeants mondiaux à mettre fin aux exactions généralisées dont sont victimes des millions d’enfants dans le monde. L’un des signataires est un garçon de 16 ans vivant au Cambodge, où s’est rendu David Beckham cette année.

« Lorsque je suis allé au Cambodge avec l’UNICEF cette année, j’ai passé du temps avec des enfants et des jeunes ayant subi de terribles violences et sévices, souvent de la part de personnes censées les protéger. Leur histoire était bouleversante et en tant que père il m’est insupportable d’imaginer que d’autres enfants soient exposés aux mêmes souffrances, » a affirmé David Beckham.

« Après avoir écouté ces enfants au courage incroyable, et après avoir entendu le récit des violences qu’ils ont subies, je tiens à m’assurer que les dirigeants mondiaux interviennent pour protéger les enfants du danger. Tous les enfants, en particulier les plus vulnérables, doivent être en sécurité. C’est pourquoi je vais me rendre aux Nations Unis ce mois-ci, en septembre, pour faire en sorte que toutes les voix des enfants soient entendues et que la communauté internationale s’unisse pour mettre fin aux violences commises envers les enfants. »

Cette lettre percutante, qui contient notamment les mots de rescapés des violents conflits au Soudan du Sud, d’abus sexuels en Islande, et du trafic d’enfants au Pakistan, met l’accent sur l’épidémie de violence à laquelle sont confrontés les enfants partout dans le monde.

La semaine prochaine, David Beckham rencontrera le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake, à la veille de l’adoption du programme de développement le plus vaste que le monde n’ait jamais connu. Ensemble, ils appelleront les dirigeants mondiaux à placer les enfants, en particulier les plus défavorisés, au cœur de toutes les décisions et tous les investissements des 15 prochaines années.

Au début de l’année, David Beckham a lancé 7: The David Beckham UNICEF Fund et s’est engagé à aider les enfants les plus vulnérables du monde au cours de la prochaine décennie, et notamment les enfants affectés par la violence.

« En février, lors du lancement de mon nouveau fonds avec l’UNICEF, j’ai fait la promesse de faire entendre la voix des enfants les plus vulnérables du monde et d’aider à mettre en lumière les problèmes auxquels ils sont confrontés. Il est choquant qu’un enfant meure toutes les cinq minutes à cause de la violence. Les enfants subissent des violences à la maison, à l’école et au sein de leur communauté et cela doit cesser. J’espère que d’autres se joindront à moi pour appeler les dirigeants mondiaux à placer les enfants au cœur des nouveaux objectifs et à s’engager à mettre fin aux violences dont ils sont victimes », a dit David Beckham.

Cornelius Williams, le responsable mondial de la Protection de l’enfance à l’UNICEF, a affirmé : « Chaque jour des enfants sont victimes de torture, de violences sexuelles, physiques, morales, de négligence et d’autres atrocités.

« Les violences envers les enfants, notamment les violences sexuelles, laissent des séquelles profondes et indélébiles même lorsqu’ils deviennent adultes. Elles déchirent les familles et les sociétés, détruisent la stabilité et anéantissent les progrès. Pourtant, trop souvent, elles sont invisibles et passées sous silence. Nous devons dire l’indicible, le rendre visible, et prendre des mesures pour y mettre fin. »

Les Objectifs de développement durable, le nouveau programme de développement sur 15 ans qui sera adopté à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre, présentent une occasion historique de changer le sort de tant d’enfants. Mais pour cela, dit l’UNICEF, il faut que le monde concentre son attention sur les enfants les plus défavorisés et vulnérables et place leur droit à la sécurité, à l’éducation et à la santé au cœur des priorités.

Les derniers chiffres de l’UNICEF révèlent que :

Environ 120 millions de filles de moins de 20 ans dans le monde (environ 1 sur 10) ont été victimes de rapports sexuels forcés ou d’autres actes sexuels forcés.
Un cinquième des victimes d’homicides dans le monde sont des enfants et des adolescents de moins de 20 ans.
Près d’un quart des filles de 15 à 19 ans dans le monde (près de 70 millions) signalent avoir été victimes d’une forme de violence physique après l’âge de 15 ans.

Lisez et partagez la lettre écrite par les enfants victimes de violences (à l’adresse suivante : www.unicef.org/endviolence) et contribuez à mettre fin aux violences pour tous les enfants (#ENDviolence).

Note aux rédactions :
À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : www.unicef.org/french

Pour plus d’informations sur 7: The David Beckham UNICEF Fund, veuillez consulter www.7.org.
Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Georgina Thompson, UNICEF New York, Tél. : +1 917 238 1559, [email protected]
Jess Ord, UNICEF Royaume-Uni, Tél. : +44 207 375 6237, [email protected]

©UNICEF/NYHQ2012-0096/Asselin A propos de la photo : Le 22 février, Céline [PRÉNOM MODIFIÉ], 16 ans, assiste à un cours de couture dans un centre de transit et d’orientation pour filles ayant survécu à des violences sexuelles et autres abus, à Bukavu, la capitale de la Province du Sud Kivu. Elle a été violée deux années auparavant par un membre d’un groupe armé et tomba enceinte. “Je ne sais pas comment je prendrai soin de mon fils et de mon petit frère,” dit-elle. Le centre, appuyé par l’UNICEF et géré par l’ONG congolaise BVES (Bureau de Volontariat au Service de l’Enfance et de la Santé), offre un abri, des services psychosociaux et de santé, ainsi qu’une éducation et une formation professionnelle. Les enfants des filles reçoivent également un soutien.
Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire pour rester informé sur les actions de l’UNICEF RDC et ses partenaires en faveur des droits des enfants. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter !

The following two tabs change content below.

Unicef International

Derniers articles parUnicef International (voir tous)

2 comments

  • La “VIOLENCE”dans nos communautés pose grand problème qui ne peut pas être résulu par un seul organisme en RDCongo vu les difficultés socio-politico-économiques qui touchent le pays.C’est ainsi que les membres de l’ONGD CACLES ont fais un état de lieu sur cette thématique dans nos bases et ont soumi un avis favorable à madame Anne Elisabeth de l’UNICEF pour souténir cette plateforme afin de lutter contre ce fleau qui freine notre développement en disant un seul doigt n’a jamais laver le visage,il faut aumoins 5 ou 10 pour faire face aux salités.L’union fait la force,intéressez à ce combat ce pur et fatal chez nous,nous le déclarons tout haut.Contactes: +243990169657/ +243817318862,

Laisser un commentaire