VIH/SIDA : N’oublions pas les jeunes !

VIH/SIDA : N’oublions pas les jeunes !

Le docteur Faustin Kitetele évoque avec vous la problématique de la prise en charge des adolescents touchés par le SIDA à travers l’histoire de John et le travail remarquable de l’hôpital Kalembe-Lembe, pionnier dans la prise en charge des jeunes atteints par le VIH.

12%des jeunes de moins de 15 ans n'ont pas eu accès au traitement dont ils avaient besoin (2013)
Il faut savoir qu’en RDC, l’un des maillons faibles de la lutte contre l’épidémie du VIH/SIDA c’est la prise en charge des enfants et des jeunes malades. Il existe en effet un écart énorme de traitement entre les adultes et les enfants atteints par le VIH : en 2013, seulement 12% des moins de 15 ans qui avaient besoin d’un traitement, en ont effectivement bénéficiés (source : PNLS, 2013).

Cet écart de traitement est d’autant plus grave que le SIDA est particulièrement difficile à vivre pour les jeunes. Ils sont plus vulnérables et n’ont pas toujours la possibilité d’accéder au dépistage et aux traitements dont ils ont besoin.

Les enfants des rues figurent parmi les plus touchés par cette problématique.

Les jeunes atteints par le SIDA sont également souvent stigmatisés. L’histoire de John, un jeune garçon tout juste âgé de 16 ans, le démontre bien. Orphelin de père et de mère, il vit avec son oncle. C’est par ces mots qu’il lui a appris sa maladie : « arrêtes de m’embêter avec ton avenir ; de toute façon, tu ne vivras pas longtemps avec ton SIDA. Tu mourras comme tes parents ».

Son oncle fait partie de ceux qui ne savent pas que l’on peut vivre avec le VIH.

C’est par ces témoignages que l’on se rend compte que les gens ignorent beaucoup du VIH/SIDA. D’où l’importance d’organiser des sessions de sensibilisation comme le fait régulièrement l’hôpital pédiatrique de Kalembe-Lembe, situé à Kinshasa. Elles sont l’occasion de se rendre compte d’où se situent les erreurs et d’y remédier.

C’est ainsi qu’en décembre, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA, que plus de 2000 jeunes ont pu être sensibilisés. On a insisté sur les modes de transmission du VIH, qu’ils ne semblent pas bien maîtriser, mais aussi sur la Prévention de la Transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME).

Nous avons remarqué aussi que certains ne pensent pas que tant de jeunes soient porteurs du VIH, notamment parce qu’ils croient qu’un enfant né d’une mère infectée ne vit jamais longtemps. Pour d’autres, le SIDA est une infection qui concerne les adultes et non pas les jeunes qui sont beaucoup plus « sains » et n’ont pas l’expérience sexuelle des adultes.

En plus de la sensibilisation, les rencontres et le partage d’expérience entre pairs infectés par le VIH est crucial. C’est le fait d’avoir rencontré d’autres jeunes qui a suscité chez John un espoir :

« je me suis dit que si tous ces jeunes, infectés comme moi, vivaient positivement, dans la convivialité avec des projets et des ambitions, je n’avais pas à me laisser mourir ».

John explique qu’il était sidéré de voir une vingtaine d’adolescents, comme lui, débattre du VIH de manière dédramatisée comme s’il s’agissait de n’importe quelle maladie. Même la problématique du traitement était abordée de manière simple et accessible.

L’histoire de John est bien la preuve de la nécessité de ces activités. Les jeunes, qui sont les plus touchés et pourtant les moins protégés, méritent qu’on leur parle des moyens de se protéger du SIDA et qu’on leur offre les solutions qui leur permettent de vivre avec.

Photo: UNICEF/Sierra Leone 2011/Asselin

The following two tabs change content below.

Faustin Kitetele

Faustin Kitetele est médecin chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital pédiatrique de Kalembe-Lembe de Kinshasa

Faustin Kitetele is the chief of the infectious diseases's department at the Kalembe-Lembe children's hospital of Kinshasa

Derniers articles parFaustin Kitetele (voir tous)

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

7 comments

    • Bonjour Antoine,
      En effet, nous avons encore beaucoup à faire et surtout à apprendre avec les enfants.
      Ce n’est pas pour rien que certaines organisations internationales et partenaires d’appui reconnaissent aujourd’hui qu’ils ont péché pendant longtemps envers les enfants en les oubliant.
      Oublier les enfants, c’est ignorer l’avenir.

      Cordialement,

      FKit

    • Bonjour Dr Vindu,

      Je pense que c’est un problème rencontré dans beaucoup de pays. Nous qui sommes conscients de la chose, nous devons lutter pour que la problématique de l’enfant puisse occuper une place de choix lors des grandes réunions.
      La maltraitance psychologique des enfants infectés par le VIH, drépanocytaires et autres, dans les familles, écoles, églises, hôpitaux,… sont des faits connus dans nos pays et qui paraissent pourtant comme des faits divers.
      Ou en est-on avec la convention relative aux droits de l’enfant que nos pays ont si bien ratifiée?

  • Merci Dr Faustin pour l’intérêt que vous portez aux enfants atteints de VIH.
    Nous aurons besoin de vous surtout pour la divulgation du statut VIH des adolescents au moment opportun.
    Merci
    Dr Felly

    • Bonjour Felly,
      Nous sommes prêts à assister toutes structures qui aimeraient avancer dans ce sens.
      N’oublions pas que l’enfant fait mieux face à sa maladie s’il connait ce qui se passe dans son corps. En plus, l’enfant est l’acteur principal et un figurant qui ne subit que ce que les autres décident.
      La divulgation améliore non seulement l’adhérence au traitement, mais rend aussi l’enfant autonome.
      Cordialement,
      FKit

  • Félicitation pour ce grand travail que vous êtes entrain de faire . N’avons nous pas entendu que la jeunesse est l espoir de demain ? Dans cette jeunesse ‘ il y a aussi cette jeunesse victime de la maladie et vous vous réveiller pour soigner et donner l’espoir à cette jeunesse mérite des encouragement . Je voudrais vous dire au delà de ce que vous faites ,il faut associer l’évangile de Jésus Christ afin que cette jeunesse ne tombe pas dans l immoralité et qu ‘elle découvre aussi l’amour infini de Dieu pour chacun d’eux .

Laisser un commentaire