Déplacé par les violences, Shukuru rêve de reprendre sa vie normale

violences interethniques en Ituri

Shukuru, 13 ans, a fui les violences qui menaçaient son village

Depuis le mois de décembre 2017, des violences interethniques ravagent la Province de l’Ituri, au nord-est de la République Démocratique du Congo. Le territoire de Djugu n’est pas épargné par ces violences et de nombreuses familles sont contraintes de fuir, laissant tout derrière eux. Dans la panique, des enfants se retrouvent seuls et non accompagnés.

Orphelin de père et de mère, Shukuru, 13 ans, a fui les violences qui menaçaient son village, situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Bunia.

« Quand nous avons appris que ça brûlait déjà dans les villages voisins, il fallait quitter le village pour ne pas être les prochaines victimes. Dans la foulée, ma tante n’était pas trouvable. J’ai donc suivi d’autres personnes et c’est comme cela que je me suis retrouvé tout seul à Bunia », raconte Shukuru qui a fui le village Malili 4.

Le jeune garçon est très inquiet. Se retrouver seul, sans personne sur qui compter, ce n’est pas facile.

« Nous sommes nombreux ici et manger pose problème. Il fait très froid la nuit et je n’ai rien pour me couvrir. Je dors à même le sol, dans la poussière. C’est vraiment insupportable… Il faut que cela cesse ».

Avant de quitter son village, Shukuru était élève en quatrième année primaire. Il ne sait pas quand il pourra reprendre les cours.

« Tous les jours, j’essaye de me renseigner pour savoir si ma tante est encore en vie mais je n’ai pas encore de réponse. C’est mon parrain qui prenait en charge ma scolarité mais je ne sais pas où il se trouve. J’ai besoin de retourner à l’école mais pour l’instant, c’est impossible », explique Shukuru qui rêve de reprendre sa vie normale. « Je veux étudier, jouer, bien manger et dormir », conclut le jeune garçon.

La situation de Shukuru n’est pas isolée. Plus de 46.000 enfants sont déplacés suite aux tensions interethniques en Province de l’Ituri. Parmi eux, 245 enfants séparés de leurs familles et 70 enfants non-accompagnés sont en besoin urgence d’assistance. Tous ces enfants n’ont qu’un souhait : vivre dans la paix totale afin de reprendre une vie normale.

Plus d’informations sur la Province de l’Ituri

The following two tabs change content below.

David

David a rejoint le Club d'Ecoute pour Enfants en 2012. Deux ans après, il en est devenu le porte-parole puis en 2015, le coordonnateur. La même année, David est devenu Enfant Reporter. Il présente également diverses émissions sur les droits de l'Enfant. "Parler des droits de l'Enfant via les médias, c'est ma préférence". David étudie le droit à Bunia et rêve de travailler à la défense des droits des plus vulnérables.

David joined the Children's Listening Club in 2012. Two years later, David became the spokesperson and in 2015 the coordinator. That same year, David became a child reporter. Since 2014, David has hosted various programmes on child rights.  "I want to use the media to talk about child rights”. David studies law in Bunia and dreams of working to protect the rights of the most vulnerable. He says he will always work for children.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire