Communiqué de Presse: Journée Internationale de la Couverture Sanitaire Universelle

Communiqué de Presse: Journée Internationale de la Couverture Sanitaire Universelle

Communiqué de Presse du Groupe Inter-Bailleurs Santé :

Afin de réaliser la couverture sanitaire universelle en République Démocratique du Congo, les bailleurs de fonds membres du Groupe Inter-Bailleurs Santé en sigle GIBS plaident en faveur d’un accroissement substantiel du budget de l’Etat consacré au secteur de la santé.

Kinshasa, 12 décembre 2015 – A l’ occasion de la Journée internationale de la couverture sanitaire universelle (12 décembre) et alors que le Parlement de la RDC est en passe de voter le budget pour 2016, les partenaires membres du Groupe Inter-Bailleurs Santé appellent le gouvernement de la RDC à accroitre de façon substantielle le budget de l’Etat consacré au secteur de la santé en vue de la réalisation progressive de la couverture sanitaire universelle.

Bien que la République Démocratique du Congo ait pu réduire son taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans de 148 à 104 pour milles naissances vivantes entre 2007 et 2014, celui-ci reste l’un des taux de mortalité les plus élevés au monde. Il en est de même pour le taux de mortalité maternelle qui reste très élevé (846 pour 100.000 naissances). Le GIBS se réjouit de la volonté du Gouvernement de la RDC de mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation progressive d’une couverture sanitaire universelle priorisant la santé des mères, des nouveaux nés et des enfants ainsi que la santé de la reproduction.

La réalisation progressive d’une couverture sanitaire universelle nécessite de mettre en œuvre sur une large échelle, un ensemble de services de santé dont l’efficacité est démontrée telles que la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant et les soins obstétricaux d’urgence, et de les étendre progressivement à toute la population du pays. Pour ce faire, le système de santé doit être renforcé, afin d’assurer l’accessibilité de ces services aux populations les plus vulnérables et les plus marginalisées.

Atteindre cet objectif nécessitera la mobilisation de ressources financières substantielles, nettement supérieures à la situation actuelle du financement des besoins de santé. En 2013, selon les Comptes Nationaux de la Santé, la dépense totale par habitant se situait autour de 18,5 dollars américains comparé à une dépense de 140 dollars américains en Afrique sub-saharienne. Près de la moitié de cette dépense est supportée directement par les ménages et 39,3% provient des subventions des partenaires au développement. Le budget de l’Etat, non compris l’aide au développement, représente seulement 14,2% de la dépense totale de santé.

Selon une projection récente du Ministère de la Santé Publique (MSP), le coût estimé de la mise en œuvre progressive de la couverture sanitaire universelle devrait progresser de 500 millions de dollars américains en 2015 pour atteindre 3,2 milliards de dollars américains en 2030.

Dans ce contexte, il est impératif que l’Etat congolais mobilise davantage des ressources domestiques en appui à la mise en œuvre progressive de la couverture sanitaire universelle. Ceci en complément de l’aide au développement afin de réduire les dépenses des ménages, en particulier les plus pauvres, et de garantir la pérennité des acquis.

Le GIBS note que le budget 2016 soumis au Parlement ne présente pas de changement significatif par rapport aux budgets des années précédentes en ce qui concerne le secteur de la santé. En 2015, la proportion du budget de l’Etat consacrée au secteur de la santé (hors transferts aux provinces) était de 3,4%. Elle est de 3,6% dans le projet de loi de finance 2016. Le GIBS plaide pour que les dépenses effectives de l’Etat en matière de santé s’accroissent rapidement pour représenter au moins 9% des dépenses totales de l’Etat (hors aide au développement) d’ici 2020.

En outre, le GIBS plaide pour une répartition plus équitable des dépenses de l’Etat dans le secteur de la santé, y inclus une augmentation des transferts vers les Provinces en vue de réduire les inégalités face à l’accès à des soins de santé de qualité.

Enfin, le GIBS souligne l’importance que l’augmentation des ressources en faveur du secteur de la santé, mobilisées tant au niveau national qu’international, aille de pair avec une accélération des réformes dans le domaine de la gestion des finances publiques, créant ainsi des conditions favorables à l’amélioration tangible des services de santé.

Les partenaires du GIBS réitèrent leur engagement en faveur de la réalisation progressive et pérenne de la couverture sanitaire universelle, dans le cadre de la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable.

###

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Yves Willemot, Chef Communication, UNICEF RDC, Tél : +243 818846746, [email protected]

Laisser un commentaire