Ebola a tué toute ma famille

Photo: UNICEF DRC Naftalin

« Ils étaient huit et ils sont tous morts », dit Dieudonné*, un jeune garçon de 13 ans vivant à Mangina, épicentre de l’épidémie d’Ebola à l’est de la République Démocratique du Congo. Tout a commencé quand la maman de Dieudonné est tombée malade et est décédée. « Lorsque nous avons enterré maman, la famille était à côté de son corps », explique le jeune garçon. « Rapidement, tout le monde a commencé à avoir des maux de tête et des diarrhées »

Après avoir perdu sa mère, le père de Dieudonné a lui aussi commencé à être malade, suivi de son frère et sa sœur ainsi que ses tantes et ses oncles. « Un après l’autre, ils sont tous allés au centre de santé et y sont morts », continue Dieudonné. « Seule ma grande sœur est encore vivante mais elle se trouve au centre de traitement ».

Lorsque sa grande sœur a été prise en charge centre de traitement Ebola, Dieudonné est resté seul dans la petite maison familiale, cette même maison qui a été le point de départ de tout son malheur. « Tous ceux qui entraient dans notre maison sont tombés malades », se rappelle le jeune garçon.

A 13 ans seulement, Dieudonné a perdu tous ses repères, toutes les personnes qu’il aimait et sur qui il pouvait compter. « Je n’ai plus personne qui peut s’occuper de moi », explique tristement le jeune garçon, qui ne sait pas si sa sœur survivra à la maladie. Dieudonné bénéficie actuellement d’un soutien psychosocial, matériel et alimentaire. Dieudonné a également été vacciné contre la maladie il y a quelques jours.

Le jeune garçon ne sait pas de quoi sera fait son avenir. « Je dois continuer à vivre mais je ne sais pas comment je faire », explique-t-il. « C’est grave. »

Lire aussi :

The following two tabs change content below.

Typhaine Daems

Typhaine Daems est Volontaire des Nations Unies, chargée de communication digitale à l’UNICEF RDC. Elle est s'occupe tout particulièrement de la gestion des réseaux sociaux et du blog.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire